Fraction

La « fraction du pain » est un des plus anciens noms de l’Eucha­ristie (Lc 24, 35 ; Ac 2, 42). Le rituel juif des repas prévoyait que le président, après avoir prononcé la bénédiction, rompe le pain pour le distribuer aux convives. Jésus a fait ces gestes lors des deux multiplications des pains (Mt 14, 19; 15, 36; Jn 6, 11) et au moment de l’institution de l’Eucharistie (Lc 22, 19). Le rite de la fraction devenait alors le symbole du Christ-Serviteur donnant sa vie pour que nous ayons la vie en abondance : il se livre pour être « rompu » (par la souffrance) et distribué entre tous. « Rompre le pain » devient ainsi l’acte central de la liturgie chrétienne (Ac 2, 46; 20, 7.11 ; 27, 35 ; 1 Co 10, 16).

Dans la célébration de la messe, le rite de la fraction se situe après le geste de paix, pendant le chant de l’Agnus Dei. En insérant cette invocation dans la messe, le pape Sergius (687-701) institua qu’on la chanterait pendant « la confraction du corps dominical ». La fraction est un geste préparatoire à la communion, objet d’une vénération particulière, parce qu’il reproduit celui du Seigneur ; son symbolisme est souligné par la triple invocation à l’Agneau de Dieu qui s’est livré pour nous, et que nous mangeons comme notre Pâque. La concélébration rend la fraction plus nécessaire et plus parlante ; quand un seul pain eucharistique peut être partagé entre les concélébrants et quelques-uns, au moins, des fidèles, le symbolisme de l’unité est mieux exprimé (cf. 1 Co 10, 16-17).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • 23 septembre 2018 : Envoi 2018 du diocèse de Meaux. Chorale dans la cath. St Etienne à Meaux (77), France.

    Des Ordinaires pour des temps liturgiques précis

    Avent, Temps de Noël, Carême, Temps pascal … la question d’avoir des Ordinaires propres à des temps liturgiques donnés mérite d’être posée. Mais avant, il convient tout d’abord de s’entendre sur le terme « Ordinaire » lui-même.

  • 29 juillet 2014 : Messe pour les pèlerins à l'occasion du Pèlerinage pour la Paix organisé par Pax Chrisiti. Ardevon (50), France.

July 29, 2014: A pilgrim recites our father in Ardevon Church during the Peace pilgrimage to Mont-Saint-Michel to mark the 70th anniversary of the Normandy landings and the liberation of France. Ardevon, France.

    Catéchèse du pape : Le Notre Père et l’eucharistie

    Chers frères et sœurs, bonjour ! Nous poursuivons nos catéchèses sur la Sainte messe. Lors de la dernière Cène, Jésus prit le pain et la coupe, il rendit grâce à Dieu, et nous savons qu’ensuite il « rompit le pain ». À cette action correspond, dans la liturgie eucharistique de la messe, la fraction du pain. Elle est précédée de la prière que le Seigneur nous a enseignée, le « Notre Père »

  • 1 mars 2017 : Geste lors de la prière du "Notre Père", durant la célébration de la messe des Cendres. Paroisse Saint-Denys du Saint-Sacrement, Paris (75), France.

    Le Notre Père dans les rites de communion

    Dans la célébration de la messe, la communion apparaît comme l’aboutissement de toute la célébration et le sommet de la participation des fidèles. Elle est préparée par un ensemble de rites qui n’empiètent pas les uns sur les autres, mais forment une suite ordonnée préparant et anticipant ce que la communion va réaliser : faire de fidèles divers et variés un seul corps, celui du Christ.

  • 28 janvier 2011: Eucharistie, égl. Saint François d'Assise, Paris (75), France.

January 2011: Mass, Paris (75), France.

    La fraction du pain et sa signification

    « La nuit qu’il fut livré, Jésus rompit le pain » (1 Co 11, 23). Après sa résurrection, raconte Luc, les disciples le reconnurent à la fraction du pain (Lc 24, 35). Qu’en est-il de ce geste si significatif qui guérira les disciples de leur aveuglement ? Pourquoi un tel décalage entre cet événement et nos célébrations où la fraction du pain passe si souvent inaperçue ? En a-t-il toujours été ainsi ?

  • hostie

    La fraction du pain : origine, sens, mise en oeuvre

    Imaginons que la messe n’ait pas de nom ou que l’on veuille lui en donner un autre, et que l’on fasse, à cet effet, une enquête auprès des chrétiens, un dimanche matin, à la sortie des églises : « Monsieur …, Madame …, êtes-vous baptisé(e) ? – Oui ! – Quel nouveau nom donneriez-vous à la messe ? » Il n’est pas sûr que « Fraction du pain » sortirait une seule fois ! Et pourtant …