Faut-il fleurir pendant le Carême ?

Fleurir en carêmePar Soeur Marie Nathanaël Gagelin – PSSE

 

Ce qui se fait

Depuis de nombreuses années, les fleurs sont dans nos églises même pendant le Carême. Si tel est le cas, leur présence doit être sobre, simple et discrète, évoquant, la plupart du temps, l’austérité de ce temps liturgique mais aussi le mystère pascal, car l’assemblée est là pour recevoir la vie de Dieu et lui rendre grâce.

Surtout, éviter l’abondance et l’ajout, dimanche après dimanche d’éléments supplémentaires qui font de la composition florale une « boutique de super marché » ! Alors on ne sait plus ce que nous célébrons, on ne sait plus où poser le regard… et les fleurs deviennent un obstacle à la prière, juste le contraire de ce pourquoi elles sont faites !

Pour remplacer le bouquet dit « évolutif » (il faudrait rayer ce mot de notre langage), il est souhaitable de garder tout le long de la période le même élément ou le même vase qui va être un peu le fil conducteur du temps liturgique. S’il s’agit d’une souche, on peut la tourner et la retourner dans tous les sens et la fleurir différemment chaque dimanche.

Ce qui est souhaitable

Peu à peu et même assez rapidement, ces fleurissements pendant le carême devront disparaître, car la Présentation générale du missel Romain (PGMR) dit clairement que « pendant le Carême, la décoration de fleurs à l’autel est interdite, à l’exception du quatrième dimanche (Lætare), des solennités et des fêtes. »

Si nous voulons être fidèles à la liturgie qui est première pour nous, il faut y arriver et revenir au dépouillement souhaité ; le manque de fleurs, ne serait-il pas alors semblable au jeûne que nous demande l’Eglise ? Nous sommes sensibles aux vides dans un bouquet pour laisser une place à notre soif. De même ce vide de fleurs peut-il nous conduire à accueillir dans le secret l’essentiel : « nous laisser réconcilier avec Dieu », « Fermer la porte et prier le Père qui est présent dans le secret », sans être distrait par autre chose, pas même par les fleurs !

Dans ce désert qui nous entoure, le regard qui nous pénètre est celui de l’Amour même. Laissons-le faire son œuvre en nous ! Laissons jaillir la source ! La joie est au rendez-vous, et une paix profonde. Alors Pâques pourra fleurir en abondance !

Approfondir votre lecture

  • Fleurir l'Avent

    Fleurir la nuit de Noël

    Par Christiane Chaylard, ancien membre du département Fleurir en liturgie du SNPLS   Noël, célébration de l’inattendu de Dieu qui s’est rendu visible dans l’existence de l’homme Jésus, est aussi la fête de l’émerveillement des enfants devant la crèche, des retrouvailles des familles, de l’espoir d’une fraternité universelle. Après le temps de l’Avent – attendre, éteindre – «…

  • janvier 1997: Art Sacré, copie avec variante de l'Icône de la sainte Trinité de Andreï Roublev.

    Le Baptême du Seigneur : la manifestation de la Trinité

    Lc 3, 15-16.21-22 Cette fête qui a été rattachée à la fin du VIIIe s. à l’octave de l’Épiphanie, termine le temps de Noël. Avec elle, nous quittons la perspective chronologique des évangiles de l’enfance. Nous entrons dans l’âge adulte de Jésus et dans son identité véritable, celle de Fils de Dieu. Les paroles prêtés…

  • 29 Novembre 2014 : Un couple prie devant une satue de la Vierge lors de la prière commune avant de partir en évangélisation de rue ( mission dans le quartier ), dans le cadre de la campagne de l'Avent 2014 initiée par le diocèse de Paris. Paroisse Sainte Trinité. Paris (75), France.

November 29th, 2014: Street evangelism for Advent 2014. Holy Trinity parish. Paris, France.

    Mai, le mois de Marie dans l’année liturgique

    Par Jean Évenou, Prêtre du diocèse de Quimper, ancien membre de la Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrements   Le mois de Marie est né à Rome autour du Collège romain tenu par les jésuites, avant d’atteindre la France seulement à la veille de la Révolution. C’est au XIXe siècle qu’il…