Le service de l’autel, lui donner un sens

eucharistieLa pastorale du service à l’autel dépasse le seul service liturgique. Être servant d’autel, ce n’est pas uniquement être serviteur de la célébration. La pastorale du service à l’autel est un lieu de proposition et d’approfondissement de la foi chrétienne. Si les jeunes doivent y trouver une formation liturgique, ils vont également y recevoir une formation spirituelle, une certaine catéchèse, une expérience fraternelle de convivialité, de découverte et de vie en Église. Être servant, c’est répondre à l’appel de Dieu.

 

Quelle participation ?

Le service à l’autel est un service de louange au Seigneur, un service à toute la communauté rassemblée qui s’offre au Père avec et par le Christ ressuscité.

Les servants doivent avoir ce charisme particulier d’aider l’assemblée dont ils font partie à rencontrer le Christ à travers le prêtre qui le représente. Par leur attitude, leur manière d’être, leurs gestes et leur vie de prières, ils en sont pleinement acteurs et témoins.

Il convient donc d’aider les servants à entrer dans une démarche de prières et de serviteur de l’assemblée.

La participation des servants au mystère de l’Eucharistie doit s’exercer de manière consciente, pieuse et active. Leur présence est importante au cœur de toutes les célébrations, quelles qu’elles soient (eucharistie, célébration de la Parole, vêpres, adoration du Saint Sacrement, temps de prières, baptêmes, mariages, etc).

A quel âge peut-on devenir servant d’autel ? Il n’y a pas de règles bien définies sur le sujet. Dans certaines paroisses, seuls les enfants ayant fait leur première communion sont acceptés. Des guides existent concernant les différentes étapes dans le service à l’autel et les connaissances nécessaires pour le passage d’une étape à une autre. Mais ces étapes ne constituent pas une hiérarchie entre les servants, elles sont un moyen personnel  pour les servants de mieux vivre leur vie chrétienne, de mieux mettre en pratique la Parole de Dieu, de mieux remplir leur rôle de servant, de se préparer à prendre des responsabilités dans la vie.

La participation des filles au service à l’autel est laissée au choix pastoral de l’évêque du lieu.

Se limiter à la question de la mixité semble très réducteur et ne peut aboutir qu’à une impasse. Il est préférable d’aborder cette question par la place de tout baptisé au sein de l’Eglise. (Cf. les différents textes de Rome sur le sujet, les homélies de Jean-Paul II et Benoit XVI)

 

L’attitude pendant la célébration : qualité de présence, qualité d’être

Si être servant, c’est répondre à l’appel de Dieu présent au milieu de  l’assemblée durant la célébration, c’est donc avoir devant Dieu une attitude respectueuse et toujours penser à sa présence.

L’attitude du servant est d’autant plus importante qu’il est vu de l’assemblée qu’il doit aider à prier et non pas distraire. La difficulté face à des enfants agités est de leur faire prendre conscience, dès la préparation à la sacristie, de leur rôle, de leur entrée en prières, du service qu’ils vont accomplir. Un enfant intéressé par sa mission et qui  mettra tout son cœur et toute sa foi dans ce qu’il doit faire aura moins tendance à s’agiter, à se laisser disperser.

Plus que des rites à accomplir, c’est une attitude intérieure que le servant doit avoir.

« Dans l’assemblée, chaque acteur liturgique fait ce qu’il a à faire, tout et seulement ce qu’il a à faire. » (Constitution sur la liturgie n° 28)

Chaque membre de l’assemblée liturgique a un rôle bien précis. Seul le Christ est le principal acteur, il est représenté par le prêtre. Tous les autres acteurs, diacres, servants, animateur, lecteurs, chorale, musiciens participent à la célébration et chacun dans le rôle qui lui est imparti. Ainsi, si un diacre est présent, il ne doit pas se substituer aux servants mais assumer son rôle : proclamer l’Evangile, recevoir le pain et le vin pour la présentation des dons, élever le calice à la doxologie, distribuer la communion, inviter à la paix et renvoyer l’assemblée. Il peut, à la demande du célébrant, faire l’homélie.

De même chaque servant a sa fonction. Le servant n’est pas là pour remplir l’espace. Pour que la liturgie soit belle, chaque acteur dans sa fonction aura à cœur  d’être en communion avec les autres.

Approfondir votre lecture

  • 13 septembre 2010 : Salve Regina devant la Statue de Notre-Dame du Salut (XIIIe) à l'issue de l'inauguration de la Chapelle de l'auberge de jeunesse Adveniat, oeuvre des Assomptionnistes. Paris (75) France.

September 13th, 2010 : Inauguration of Adveniat Youth Hostal chapel Paris (75) France.

    Fête du Rosaire de la Vierge Marie, le 7 octobre

    Il faut distinguer la prière du Rosaire, dévotion populaire, de la fête du Rosaire, solennité liturgique. La fête se rattache initialement à le Confrérie du Rosaire, d’inspiration dominicaine, qui se proposait de diffuser la dévotion au chapelet. En 1571, le pape saint Pie V institua une fête de Notre-Dame de la Victoire, en action de grâce pour la victoire de Lépante remportée par…

  • pelerinage

    Fête de la Croix Glorieuse, le 14 septembre

    Il s’agit d’une fête très ancienne puisqu’elle s’enracine sans doute dans la célébration de la dédicace de la basilique constantinienne du Saint-Sépulcre, le 14 septembre 335. Cette fête de la dédicace se transforma rapidement en fête de la Croix glorieuse à cause des ostensions de la croix qui en marquaient la célébration et par l’aspect essentiel du mystère chrétien qu’elle manifeste. La fête de la Croix glorieuse…

  • Tigery chemin neuf

    Le Chemin Neuf propose un colloque sur la prière de délivrance en décembre

    Qu’entend-on par délivrance ? Qui est concerné par ce ministère ? Peut- on se passer de la délivrance dans l’Eglise d’aujourd’hui ? La Communauté du Chemin Neuf réunit cette année huit intervenants, dont Mgr Hervé Gosselin, évêque d’Angoulême, pour porter des réflexions théologiques et pastorales sur la prière de délivrance. Un colloque organisé en région parisienne…