La fraction du pain et sa signification

28 janvier 2011: Eucharistie, égl. Saint François d'Assise, Paris (75), France. January 2011: Mass, Paris (75), France.

Fraction du pain

Par René Pothier et Soeur Catherine Aubin,  Dominicaine, professeur de théologie spirituelle et sacramentaire à Rome

 

« La nuit qu’il fut livré, Jésus rompit le pain » (1 Co 11, 23). Après sa résurrection, raconte Luc, les disciples le reconnurent à la fraction du pain (Lc 24, 35). Qu’en est-il de ce geste si significatif qui guérira les disciples de leur aveuglement ? Pourquoi un tel déca¬lage entre cet événement et nos célébrations où la fraction du pain passe si souvent inaperçue ? En a-t-il toujours été ainsi ? Par ailleurs, on pourra aussi se reporter à l’histoire iconographique de ce récit des pèlerins d’Emmaiis qui est riche de sens[1].

Le mémoire de maîtrise de René Pothier concernant « La Fraction du pain »[2] permet de réfléchir à nouveau sur l’évolution et les déplacements de sens depuis la période apostolique. Sa recherche confirme et précise l’importance de la fraction du pain dans le rituel juif, puis dans le Nouveau Testament et l’Église ancienne. Au fil des siècles, cette fraction du pain perdra progressivement son importance, et un déplacement théologique s’opérera tant en Occident qu’en Orient.

Cet aperçu historique donne à penser sur ce que nous vivons aujourd’hui dans nos célébrations. En conclusion, il s’amènera à interroger sur une résonance possible quant au comportement des fidèles aujourd’hui.

Télécharger l’article complet ci-contre.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°209, 1997, p 61-78

[1] Voir P. PRETOT, Les Yeux ouverts des pèlerins d’Emmaiis dans LMD 195, 7-48. // [2] R. POTHIER, La Fraction du pain, mémoire de maîtrise en théologie, Institut catholique de Paris, 1993. (Les numéros de pages donnés en cours de texte renvoient à ce mémoire : p. XXX.) En italique, les réflexions personnelles de Catherine Aubin (NDLR).

Approfondir votre lecture

  • dsc_0573

    Le grand bonheur de servir

    Par Mgr Jean-Pierre Grallet, Archevêque émérite de Strasbourg   Pourquoi es-tu servant d’autel ? Telle est la question que je souhaite te poser aujourd’hui. Pour ma part, j’y vois trois raisons : tu es servant d’autel à cause du Christ, à cause de l’Eglise et aussi à cause de toi-même. Servir à cause du Christ Quand tu entres en…

  • couv

    La présence du servant d’autel à l’ambon

     « La messe comporte comme deux parties : la liturgie de la Parole et la liturgie eucharistique ; mais elles sont si étroitement liées qu’elles forment un seul acte de culte. En effet, la messe dresse la table aussi bien de la parole de Dieu que du Corps du Christ, où les fidèles sont instruits et restaurés » (PGMR…

  • Pape François baptême

    Le baptême des petits enfants et l’eucharistie, sacrements de la miséricorde

    Par Frédérique Poulet, Maître de conférence à la faculté de théologie d’Angers où elle enseigne la théologie dogmatique et la liturgie Spontanément lorsqu’on pense sacrement et miséricorde on se réfère au sacrement de pénitence et réconciliation. Or ce sacrement trouve sa source historique dans la nécessité d’un geste de l’Église manifestant la possibilité de renouvellement…