La communion sous les deux espèces

4 Avril 2015 : Les nouveaux baptisés communient pour la première fois lors de la Vigile pascale en l'égl. Notre Dame des Vertus. Aubervilliers (93) France. April 4th, 2015: Easter vigil in Notre Dame des Vertus ch. Aubervilliers (93), France.

Communion sous les deux espèces

Par Bernard Maitte, Prêtre, professeur au séminaire d’Aix et responsable du département de pastorale et spiritualité de l’ISTR de Marseille. Membre du SNPLS.

Et Jean-Philippe Revel, Prêtre et professeur de liturgie, théologie des sacrements et patristique

 

La volonté du Christ

Il convient tout d’abord de considérer que le Christ a expressément voulu instituer l’eucharistie sous le signe d’un repas où on mange et on boit, signe de la convivialité et la commensalité de l’homme avec Dieu et, en conséquence, des hommes entre eux. Les paroles du Christ à la Dernière Cène disent clairement que la coupe, comme le pain, est offerte à tous les disciples (et pas seulement aux ministres) : « Prenez et buvez-en tous » (Mt 26,27).

Cependant, dès l’antiquité chrétienne, on a pris conscience que, en certaines circonstances exceptionnelles, on pouvait recevoir la communion sous une seule espèce, soit celle du pain, par exemple pour les malades ou les mourants[1], soit celle du vin, par exemple pour les tout-petits enfants recevant l’eucharistie dès leur baptême[2]. En effet l’eucharistie nous fait communier au Christ ressuscité et « le Christ ressuscité ne meurt plus » (Rm 6,9). Son Corps ne peut donc être séparé de son Âme ni de son Sang, et recevoir le Corps du Christ, c’est recevoir le Christ tout entier. Dès lors, au plan de la présence réelle comme à celui de la communication de la grâce, il n’y a pas de différence entre la communion sous une seule espèce ou sous les deux espèces. la différence se situe au niveau de la signification sacramentelle.

Cette doctrine, développée par saint Thomas d’Aquin[3], sera canonisée par le concile de Trente[4]. Entre-temps, vers la fin du Moyen Âge, une attention exclusivement portée à l’efficacité des rites (communication de la grâce), avait abouti à une progressive désaffection de la communion sous les deux espèces[5]. Cela a engendré une réaction excessive de certains réformateurs protestants (ainsi que de certains groupes de chrétiens comme les Hussites de Bohème) exigeant la communion sous les deux espèces sous peine de ne pas recevoir en totalité la présence réelle du Christ. C’est contre ces excès que le concile de Trente a, de façon sans doute un peu maladroite, interdit la communion au calice aux simples fidèles et aux ministres non célébrants[6].

Après plusieurs siècles, le concile de Vatican II, estimant que les raisons de cette interdiction ne s’imposaient plus, a voulu renouer avec la pratique ancienne en ouvrant à nouveau la possibilité pour tous d’accéder à la communion au Sang du Christ[7].

 

[…] Télécharger la suite de l’article ci-contre

[1] En raison de la difficulté de conserver le vin consacré. // [2] En raison de l’impossibilité pour un bébé de manger du pain : d’où la coutume de passer entre ses lèvres le doigt du ministre trempé dans le vin consacré, ce que font encore aujourd’hui les orientaux. // [3] Somme théologique, IIIa pars, q. 76, art. 1 et 2. // [4] Session XXI, chap. 1 et 3, canons 1, 2 et 3 : Denzinger-Hünermann (DH) 1726 – 1727, 1729, 1731 – 1723. // [5] A cette attitude s’est ajoutée, il faut bien le reconnaître, une certaine paresse : la communion sous les deux espèces est rituellement plus compliquée ; mais il s’y joint aussi le respect mal compris ; on risque plus facilement de renverser le vin consacré. // [6] Voir les références ci-dessus ainsi que, à la session XXII, le « Décret au sujet des demandes que soit concédé le calice » : DH 1760, remettant au Souverain Pontife l’examen de ces demandes. // [7] Constitution sur la sainte Liturgie, Sacrosanctum Concilium n° 55

 

Approfondir votre lecture

  • Pape François baptême

    Le baptême des petits enfants et l’eucharistie, sacrements de la miséricorde

    Par Frédérique Poulet, Maître de conférence à la faculté de théologie d’Angers où elle enseigne la théologie dogmatique et la liturgie Spontanément lorsqu’on pense sacrement et miséricorde on se réfère au sacrement de pénitence et réconciliation. Or ce sacrement trouve sa source historique dans la nécessité d’un geste de l’Église manifestant la possibilité de renouvellement…

  • 6 août 2015 : Adoration du Saint sacrement lors du festival "Welcome to Paradise", organisé par la communauté du Chemin Neuf, qui a rassemblé 2000 jeunes du monde entier à l'abbaye d'Hautecombe, Eglise de l'abbaye d'Hautecombe, Saint-Pierre-de-Curtille (73), France.

August 6, 2015: "Welcome to Paradise festival", 2000 young adults came from around the world to Hautecombe abbey (73), France.

    L’adoration eucharistique

    Par Serge Kerrien, Diacre permanent et délégué épiscopal au diocèse de Saint-Brieuc pour les questions de catéchèse et catéchuménat, pastorale sacramentelle et liturgique, formation, pèlerinages et pardons.   Si vous ouvrez le dictionnaire au mot « adorer » vous lirez ceci : « Rendre un culte à un dieu, un objet divinisé ; aimer passionnément ; apprécier…

  • Détail du tabernacle, oeuvre de l'artiste contemporain Edouard ROPARS, de la Maison d'Eglise Saint-Paul-de-La Plaine. Saint Denis (93) France.

    Le culte eucharistique en dehors de la messe

    Par Robert Cabié, Professeur honoraire à l’institut catholique de Toulouse. Un peu d’histoire Dans les premiers siècles de l’Église, on conservait du pain eucharistique, après la célébration, pour l’apporter aux mourants. Le concile de Nicée de 325 parlait déjà d’une « règle ancienne interdisant de priver du dernier et très nécessaire viatique celui qui est près…