Lavement des pieds et pénitence, une Lecture de Saint Jean 13, 1-20.

05 avril 2007, Benoît XVI essuie les pieds d'un homme au début de la célébration du Jeudi Saint en la Cathédrale Saint Jean de Latran, Rome, Italie.

05 avril 2007, Benoît XVI essuie les pieds d’un homme au début de la célébration du Jeudi Saint en la Cathédrale Saint Jean de Latran, Rome, Italie.

Par Yves-Marie Blanchard, Prêtre exégète, spécialisé dans les écrits johanniques, il est professeur à l’ISL.

Non seulement la péricope du lavement des pieds (Jn 13, 1-20) constitue l’un des textes les plus commentés du quatrième Évangile[1], mais elle est parfaitement exemplaire des résultats acquis par l’exégèse historico-critique. D’une part, le texte est éminemment complexe et semble bien résulter de la combinaison de plusieurs couches rédactionnelles.

D’autre part, son interprétation ne saurait se contenter d’accumuler des lectures fragmentaires, sans prendre en compte la figure globale du texte, tel qu’il se donne à lire dans l’édition définitive.

Dans un effort de lecture « canonique »[2], soucieux d’honorer à la fois l’unité du texte achevé et la pluralité des énoncés le constituant, nous tenterons d’articuler plusieurs lectures possibles, avant de nous interroger sur une éventuelle ouverture pénitentielle, suggérée entre autres par saint Ambroise[3] mais rarement relevée par les auteurs modernes[4].

 

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°214, 1998, p 35-50.

Télécharger l’article intégral ci-contre.

[1] Pour les années 1966-1985, on pourra consulter G. VAN BELLE, Johannine Bibliography 1966-1985, BETL n° LXXXII, Louvain, 1988, p. 266-269. Depuis lors, se reporter aux index des multiples commentaires ou bien aux chroniques bibliographiques, notamment celles des Recherches de Science Religieuse assurées par X. LEON-DUFOUR puis M. MORGEN. // [2] Pour une définition de la notion de « critique canonique », voir Y.-M. BLANCHARD, « Vers un nouveau paradigme exégétique », La Théologie dans l’Histoire, F. BOUSQUET et J. DORE éd., Paris, 1997. // [3] AMBROISE DE MILAN, Des sacrements. Des mystères. Explication du Symbole, B. BOTTE éd., Paris, Éd. du Cerf, coll. « Sources chrétiennes » n° 25 bis, 1961, p. 92-97 et 172-175. // [4] Dans un article suggestif mais finalement peu connu, « L’Interprétation pénitentielle du lavement des pieds », L’Homme devant Dieu (Mélanges de Lubac) Paris, 1963, p. 75-91, P. GRELOT établit le dossier des textes patristiques et médiévaux suggérant une interprétation pénitentielle du lavement des pieds. Aussi étrange et arbitraire qu’elle puisse paraître, cette position marginale nous semble mériter d’être prise en considération. En effet, de nouvelles perspectives s’ouvrent désormais à la pratique exégétique : – d’une part, la prise en compte d’une pluralité des sens, à l’articulation des diverses couches rédactionnelles, selon un principe de non-exclusivité (ainsi, évoquer une possible lecture « pénitentielle » n’entame en rien la pertinence d’interprétations autrement explicites) ; – d’autre part, l’intérêt pour la Wirkungsgeschichte, ou histoire de l’effectuation, c’est-à-dire la reconnaissance que le texte s’enrichit de la somme des lectures produites au long de son histoire (ainsi, fixer le sens initial, voire rechercher l’intention de l’auteur, ne constituent plus l’objet premier d’une exégèse, aussi attentive à la réception du texte -lecture – qu’à sa genèse – rédaction).

Approfondir votre lecture

  • « Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés. » (Ps. 79)

    Vivre la pénitence : les pistes du rituel

    « Dieu fais-nous revenir » (Psaume 79). Ce cri du psalmiste devient souvent le nôtre, lorsque nous réalisons, qu’à cause de notre faiblesse ou du péché, nous avons besoin de renouer avec lui ou tout simplement d’intensifier notre vie baptismale. Chacun alors pense spontanément au sacrement de la pénitence et de la réconciliation, qui représente le chemin de la conversion privilégié dans l’Eglise latine depuis le Moyen Age jusqu’à une période récente. Or l’épidémie nous prive de ce chemin.

  • 27 novembre 2016 : Célébration de la messe dominicale, 1er dimanche de l'Avent. Inclination profonde des prêtres et diacres devant l'autel. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75), France.

    L’Avent est-il un temps de pénitence ?

    En ouvrant le Missel, la réponse est claire : le temps de l’Avent est un temps de pieuse et joyeuse attente (cf. Normes universelles de l’année liturgique n° 39). Prières et préfaces soulignent l’attente et ne parlent pas de pénitence :

  • 23 mai 2010 : Seaux à eau bénite et buis pour l'aspersion lors de la messe de Pentecôte, Beauvais (60), France.

    Le rite pénitentiel et l’aspersion durant le Temps pascal

    On a tous vu, une fois ou l’autre, au début d’une célébration eucharistique solennelle ou télévisée, le président asperger généreusement l’assemblée d’eau bénite. Utilisant souvent un bouquet de branches de cèdre ou d’olivier, il s’exécute en traversant la foule tandis qu’un chant festif souligne le caractère baptismal de l’action posée.