Célébration des obsèques au crématorium

Obsèques au crématorium

Obsèques au crématorium

Les symboles chrétiens au crématorium

Par Sylvie André, Sœur Auxiliatrice, membre du SNPLS

 

Qu’en est-il de tous ces symboles et gestes rappelant notre foi baptismale dans la résurrection, dans un espace « inhabituel » tel que le crématorium ?

La croix

La croix, signe et instrument de notre salut, est parfois refusée par les familles endeuillées car elle signifie clairement la mort. Or elle y a toute sa place car ce signe rappelle le lieu où Dieu nous parle et nous rejoint : dans sa souffrance et sa mort.

Il serait donc nécessaire qu’une croix soit présente au crématorium, non sur le cercueil mais à proximité, mise en valeur par une bougie par exemple.

La lumière

Lors de funérailles dans l’église, le cierge pascal est déjà allumé, signe du Christ ressuscité qui nous accueille.

Tout symbole s’inscrit dans un contexte. Ainsi, le cierge pascal dans la nuit pascale, symbolise le passage de la mort à la vie à la suite du Christ mort et ressuscité. Il symbolise le Christ-Lumière qui conduit son peuple dans l’église, lieu central de toute vie chrétienne. Le transporter au crématorium apparait inopportun. En effet, c’est prendre le risque de lui faire perdre signification et dignité, en le réduisant à un cierge destiné à allumer les lumignons. Mais rien n’empêche l’utilisation de bougies. La mise en œuvre du rite de la lumière s’appuierait alors sur la parole du psalmiste : « lumière de mes pas, lampe sur ma route » (Ps 118, 105).

L’eau

Etant donné la signification baptismale du rite de l’aspersion, il semble inopportun que l’officiant l’omette. Il fait sens avec la prière de recommandation qui le suit. La coutume associe les participants à ce geste en les invitant à venir bénir le corps. C’est un geste de foi. Par délicatesse, d’autres gestes seront proposés pour permettre à chacun d’être à l’aise et vrai : poser la main sur le cercueil, s’incliner en signe de respect, déposer une fleur, etc. A l’officiant de les orienter vers l’espérance des retrouvailles en Dieu.

L’encens

Ce rite s’apparente à l’huile sainte du baptême, symbole du don et de la force de l’Esprit-Saint. S’il est retenu au crématorium, il serait bon de l’évoquer plutôt dans son second sens, celui de l’expression de la prière de l’assemblée en référence au psaume 140, 2a « que ma prière devant toi s’élève comme un encens ». Il aurait davantage sa place au début de la prière plutôt qu’à la fin.

Hormis le cierge pascal et l’eucharistie, pour lesquels le lieu naturel demeure nos églises, les rites qui manifestent l’honneur rendu au corps peuvent se déployer ailleurs à la condition que :

– le ministre qui y représente l’Église soit reconnu par elle ;

– qu’on y écoute la parole de Dieu ;

– que l’espace de la prière révèle par les objets et les signes que nous sommes dans une célébration chrétienne ;

– que les rites eux-mêmes soient ceux que l’Église nous donne traditionnellement.

 

Télécharger la fiche pratique complète :

S. André – Célébration au crématorium

Belle Ile en Mer en Bretagne : atmosphères et nature. Paysage.

Approfondir votre lecture

  • 6 Octobre 2015 : Messe de funérailles célébrée par P. Thomas de BOISGELIN. Egl. Notre-Dame des Vertus. Aubervilliers (93), France.

October 6th, 2015: Funeral mass. Notre-Dame des Vertus ch. Aubervilliers, France.

    La rencontre entre ceux qui préparent une célébration pour des funérailles et les familles concernées

    Par Béatrice Brie, Laïque en mission ecclésiale, membre de l’équipe PLS, déléguée pour la pastorale des funérailles pour le diocèse de Créteil   Nous le voyons bien, à la lumière des tragédies de notre temps, le besoin de communion reste immense, et l’Eglise est le lieu privilégié de la communion. Lors des entretiens avec les familles…

  • partition 9

    En célébration face au deuil : quel positionnement pour le musicien d’Église ?

    Par Agnès Pinardel-Minier, adjointe musique au SNPLS et chantre professionnelle Chantre du diocèse de Paris, ma fonction est de conduire le chant des funérailles. La charge affective des familles en deuil nécessite de trouver un équilibre entre juste distanciation du chagrin des autres et proximité de l’humanité partagée, prestation professionnelle bienséante et retrait de l’artiste pour…

  • 3 septembre 2006 : Funérailles du Père Marie-Dominique Philippe, o.p., fondateur de la Congrégation Saint Jean. Accueil du corps à la Primatiale Saint Jean, par le père Michel Cacaud, recteur de la Primatiale. Lyon (Rhône), France.

    Les rites de l’accueil

    Introduction : Des rites en l’honneur du corps La liturgie est une action rituelle et symbolique qui met en scène constamment du faire et du dire, de l’action et de la parole. Or le langage rituel n’est pas de l’ordre du discours abstrait mais de l’agir où le corps est partie prenante. La liturgie est dans…