L’Épiphanie, la manifestation de Jésus à tous les hommes

cierge pascalMt 2, 1-12

« L’Épiphanie est un mystère de lumière, représentée de manière symbolique par l’étoile qui a guidé le voyage des mages. Toutefois, la vraie source de lumière, l’« astre d’en haut qui vient nous visiter » (Lc 1,78), c’est le Christ1. » (Benoît XVI, homélie sur l’Épiphanie, 2006).

La manifestation du Christ se diffuse comme par cercles concentriques : la Vierge Marie, Joseph, ensuite les bergers de Bethléem qui représentent le « reste d’Israël », les pauvres auxquels est annoncée la Bonne Nouvelle. La lumière du Christ parvient enfin jusqu’aux mages qui constituent les prémices des peuples païens. Le Christ est manifesté comme Lumen gentium, « Lumière des nations ».

Mise en œuvre liturgique

Les lectures invitent à mettre à en valeur la lumière. On n’hésitera pas à faire accompagner la procession de l’évangéliaire ou la proclamation de l’évangile par des céroferaires.

Le rite de l’encensement est lui aussi tout indiqué.

Prière litanique

Que notre prière monte vers le Seigneur, Jésus, la lumière des nations. Vienne ta lumière, Seigneur !

  • Sur les pays du Moyen Orient, sur les peuples si longtemps déchirés, d’Israël et du monde arabe, R/
  • Sur les peuples d’Asie en quête de l’esprit, sur les peuples d’Afrique ouverts à la présence divine, R/
  • Sur les indiens d’Amérique, sur les peuples d’Océanie, sur tous les peuples lointains, R/
  • Sur les peuples d’occident, qui se détruisent dans la course au profit, mais où tant de saints t’ont glorifié, R/
  • Sur les peuple de toutes races, de toutes religions, et sur les pays où s’est obscurci le souvenir de Dieu2, R/

Chants

En chant d’entrée, on pourra choisir : Peuples, criez de joie CNA 579 ou Allez par toute la terre CNA 533, et pour l’acclamation de l’évangile : Alléluia, lumière des nations U 13-71.

Toutes les propositions de chants pour l’Epiphanie

 

  1. Benoit XVI, Homélie sur l’Épiphanie, 2006.

2. Source : Site internet de la Communauté francophone cistercienne

Approfondir votre lecture

  • Vitrail représentant le baptême du Seigneur par Jean le Baptiste.

    Scruter les origines à partir des épiphanies du Seigneur

    Le mystère du surgissement de Dieu au cœur de ce monde révèle (epiphania) la destinée de l’homme promis à la gloire, même et surtout si celle-ci passe par le signe contradictoire de la croix. C’est donc la création d’un véritable itinéraire spirituel qu’augurent les épiphanies du Seigneur dont le sens est l’accomplissement de pâques et dont la vie sacramentelle est la réalisation.

  • La Madone du Magnificat Botticelli

    Vêpres de l’Épiphanie : les antiennes du Benedictus et du Magnificat

    Une lecture un peu superficielle de la liturgie de l’Épiphanie confortée par le folklore qui entoure la visite des mages, risque de réduire celle-ci à une aimable méditation des premiers événements de la vie du Christ dans le prolongement de Noël.

  • Eglise du Saint-Sauveur, transept sud : Les noces de Cana, fragment.
Fresque du 14ème siècle.

    Les noces de Cana, une « épiphanie » sur l’horizon de la croix

    Dans l’hymne Illuminans Altissimus, célébrant le Seigneur « qui donne leur éclat aux globes scintillants des astres », Ambroise de Milan illustre le thème du Christ lumière du monde au moyen de trois références, présentées selon un ordre logique différent de la chronologie des événements. Ce sont, tour à tour, le baptême de Jésus, l’adoration des Mages et le vin de Cana.