Vierge

Du latin virgo : « jeune fille intacte ». La Vierge par excellence est Marie qui, lors de l’Annonciation, rappelle à l’ange Gabriel qu’« elle ne connaît point d’homme » (Lc 1, 34). A la suite de Notre Dame et à l’invitation du Christ (cf. Mt 25, 1, 13), des jeunes filles chrétiennes ont, dès les premiers siècles, fait le vœu de virginité, d’abord de façon privée, puis, à partir du IVè siècle surtout, de façon publique.

Les sacramentaires anciens conservent les vénérables prières de consécration des vierges, celle du léonien particulièrement, reprise dans le rituel restauré. Comme toutes les grandes cérémonies de consécration de personnes (ordination, profession), la consécration des vierges comporte une allocution initiale du célébrant (habituellement l’évêque), des questions mani­festant le propos de la candidate, le chant des litanies et la prière consécratoire ; suit la remise de l’anneau et, éventuellement, du voile et du livre de la liturgie des Heures.

Pour les moniales, le rite de la consécration des vierges est habituellement lié, dans une même cérémonie, à la profession solennelle. Pour les fêtes des saints, un commun des vierges est prévu, dans le missel et dans le livre des Heures.

Avec Marie et les saintes Vierges, celles qui font le vœu de virgi­nité ne sont pas privées de noces, comme dit saint Augustin : elles rappellent aux fidèles que toute l’Église, en sa destinée ultime, est l’Épouse du Christ (cf. Mt 9, 15 ; Jn 3, 29), cette Jérusalem céleste que l’Apocalypse présente « comme une jeune mariée parée pour son époux » (21, 2 ; cf. Ep 5, 25-32).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • 30 septembre 2017 : Répétition du groupe Etincelo dans la crypte de l'église Saint François d'Assise, à l'occasion du jubilé des 800 ans de la présence des Franciscains en France. Paris (75), France.

    Proposition de la Province de Rouen pour chanter pendant le temps de Noël

    La cote du temps de Noël est « F ». Voici les proposition de chants de la Province de Rouen pour les célébrations qui jalonnent le temps de la Nativité : Messe de la nuit et messe du jour de la Noël, Dimanche de la Sainte Famille, Baptême du Seigneur, Solennité de Sainte Marie Mère de Dieu, Épiphanie du Seigneur.

  • ALSACE : PAYSAGES - SOUS-BOIS- ROUTE ET CHEMIN EN CAMPAGNE - ARBRE FRUITIER ( POMME ).

    L’été, le temps des pèlerinages

    Le pèlerinage est une expérience personnelle vécue à la suite d’une décision volontaire dont les motivations peuvent être multiples. Mais quelles que soient les motivations, le pèlerin s’engage dans une démarche particulière qui peut le modifier, le transformer. Le pèlerinage est une forme particulière de piété personnelle qui peut être communautaire. La pratique des pèlerinages est universelle et se retrouve dans toutes les cultures.

  • Aout 2008: Statuette de la Vierge, bas. Notre-Dame du Rosaire, Lourdes (65), France.

    La prière du Rosaire

    A son origine, le rosaire est la prière de ceux qui ne sont pas assez savants pour lire les Psaumes, en particulier les « frères » dans les monastères. De même qu’il y a 150 psaumes, le Rosaire est composé de 150 Je vous salue Marie répartis en 15 dizaines précédées d’un Notre Père. Pendant chaque dizaine, on médite un mystère du Christ.

  • LMD 266 Marie juin 2011

    La Maison-Dieu n°266 consacré à Marie dans le mystère de l’Église

    Le volume N°266 de La Maison-Dieu consacré à Marie est paru en juin 2011 aux éditions du Cerf.

  • Flambeaux de la Procession Mariale, Lourdes (65), France.

    Le Propre de la fête de l’Assomption

    Oraisons, antiennes et préface de la messe, hymnes des offices. Le 15 août, l’Église fête l’Assomption de la Vierge Marie. « Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée, Mère de Dieu a été élevée en Son corps et en Son âme à la gloire du Ciel ». C’est en ces termes qu’en 1950, le Pape Pie XII a défini la foi catholique relative à l’Assomption.