Proposition de chants pour l’Epiphanie

Gentile da Fabriano, L'Adoration des Mages (détail), 1423, tempera sur bois, 203 x 283 cm, Musée des Offices, Florence, Italie.

Gentile da Fabriano, L’Adoration des Mages (détail), 1423, tempera sur bois, 203 x 283 cm, Musée des Offices, Florence, Italie.

Par Agnès Pinardel-Minierdépartement Musique du SNPLS

La cote du temps de Noël est « F ». Ce temps liturgique est caractérisé par les chants traditionnels. La liturgie gardera du joyeux côté populaire une fraîcheur candide. Vivons ce temps avec ce qu’il contient de folklore en gardant la « noble simplicité » prônée par Vatican II.

L’ordinaire de la messe : Kyrie, Gloria (qui revient après son absence pendant l’Avent), Sanctus, Agnus peuvent être les mêmes sur toute la période (les 3 semaines de Noël jusqu’au baptême) pour colorer cette période dans son « ordinaire » pas seulement dans son « propre ».

En plus des ordinaires de messe et cantiques du temps de Noël proposés dans un autre article, voici les chants plus spécifiques de l’Épiphanie :

Chant d’entrée

  • À pleine voix chantons pour Dieu (F 180-2, ADF)
  • Debout, resplendis (KX 230, Ed. de l’Emmanuel) en chant d’entrée, ou 2 couplets en envoi
  • Tu es la vraie lumière (L 15, CNA 595)

Acclamation d’Évangile

En méditation post-communion

  • A l’Orient l’étoile a paru (FP 47-65-3/promo épiscopale 2005 ADF, puis F 557, promotion épiscopale 2009 Europart)
  • Aux yeux de Dieu étaient-ils rois(FX 44-30, Jubilus, promotion épiscopale 2003)
  • Dans l’ombre d’une étable (FP 11-49-2, Sodec, promotion épiscopale 1993)
  • Qui es-tu Roi d’humilité (F 231, Studio SM, promotion épiscopale 2001)
  • Un chant s’élève dans le ciel (F 560, Europart)

Chant d’envoi

  • Alléluia, lumière des nations (U 31-71, Bayard)

vignette-site-secli

Commander ces partitions sur le site du SECLI :

secli.cef.fr

 

 

Approfondir votre lecture

  • Vitrail représentant le baptême du Seigneur par Jean le Baptiste.

    Scruter les origines à partir des épiphanies du Seigneur

    Le mystère du surgissement de Dieu au cœur de ce monde révèle (epiphania) la destinée de l’homme promis à la gloire, même et surtout si celle-ci passe par le signe contradictoire de la croix. C’est donc la création d’un véritable itinéraire spirituel qu’augurent les épiphanies du Seigneur dont le sens est l’accomplissement de pâques et dont la vie sacramentelle est la réalisation.

  • La Madone du Magnificat Botticelli

    Vêpres de l’Épiphanie : les antiennes du Benedictus et du Magnificat

    Une lecture un peu superficielle de la liturgie de l’Épiphanie confortée par le folklore qui entoure la visite des mages, risque de réduire celle-ci à une aimable méditation des premiers événements de la vie du Christ dans le prolongement de Noël.

  • Eglise du Saint-Sauveur, transept sud : Les noces de Cana, fragment.
Fresque du 14ème siècle.

    Les noces de Cana, une « épiphanie » sur l’horizon de la croix

    Dans l’hymne Illuminans Altissimus, célébrant le Seigneur « qui donne leur éclat aux globes scintillants des astres », Ambroise de Milan illustre le thème du Christ lumière du monde au moyen de trois références, présentées selon un ordre logique différent de la chronologie des événements. Ce sont, tour à tour, le baptême de Jésus, l’adoration des Mages et le vin de Cana.