Bénédiction des maisons : repères pratiques

Les demandes de bénédiction de maisons restent fréquentes dans nos diocèses et sont un moment de rencontre et de partage avec les familles. Que ce soit pour une maison nouvellement bâtie ou à l’occasion d’un déménagement, cette demande de bénédiction marque le désir de donner une dimension spirituelle à ce lieu de vie.

            Cette demande, parfois liée à quelques formes de superstition, peut devenir l’occasion d’une rencontre, d’un échange de vie, et d’une annonce de la foi. Répondre à ce désir, c’est aussi dire à ces familles que le cadre de leur vie quotidienne a du prix aux yeux de Dieu. C’est une manière de faire écho à la parole de Jésus à Zachée : « Aujourd’hui il faut que j’aille demeurer dans ta maison » (Luc 19, 5).

            Le Livre des bénédictions offre deux formulaires pour cette prière auprès des familles en insistant dans les indications (n° 477 et 491b) pour que cela soit réalisé impérativement en présence des personnes qui constituent ce foyer.

La bénédiction d’une maison nouvelle

            Le chapitre IX  propose une célébration en deux parties principales comme pour la majorité des formulaires : lecture de la parole de Dieu, louange et intercession comprenant la prière de bénédiction et le geste de l’aspersion.

      « Bénis leur existence et leur travaux, garde-les de tout danger et de tout mal et donne-leur la joie et la paix de ton Esprit Saint » (extrait de la prière n°487A).

            La bénédiction de Dieu est ainsi invoquée, non pas sur les « pierres » qui composent l’habitation, mais sur les « pierres vivantes » qui habitent ce lieu et qui par le baptême, sont chacune « temple de l’Esprit Saint ».

La bénédiction des maisons au Temps pascal 

            Cette pratique coutumière dans certains pays peut aussi être un temps privilégié durant le Temps de Pâques afin de  manifester l’accomplissement de la victoire du Christ dans notre existence quotidienne. La prière de bénédiction ici proposée (cf. encadré) inscrit la réalité du mystère pascal dans l’existence de chaque jour. Sous forme trinitaire, elle rappelle la protection de Dieu pour « la maison des Hébreux » ; elle fait mémoire de la présence du Ressuscité dans la « maison d’Emmaüs » au soir de Pâques, et nous appelle à accueillir l’Esprit Saint présent partout dans nos maisons.

            Entrer dans une nouvelle maison est une étape importante dans la vie des familles. Y recevoir la bénédiction de Dieu manifeste la présence du Seigneur et son désir de se rendre proche de tous ceux qui lui accordent sa confiance : « Aujourd’hui le salut est arrivé pour cette maison » (Luc 19, 9).

La prière de bénédiction n°491E

Tu es béni, Dieu notre Père :

Toi qui as protégé les maisons des hébreux par le sang de l’Agneau pascal ;

Tu nous as donné en ton Fils Jésus l’Agneau véritable qui nous sauve par sa mort.

Nous t’en prions : protège, réconforte et défends ceux qui habitent cette maison.

Seigneur exauce-nous.

Tu es béni, Seigneur Jésus ressuscité,

toi qui es entré au soir de Pâques dans la maison d’Emmaüs, avec deux de tes disciples.

Nous t’en prions : entre et demeure dans cette maison, manifeste ta présence à ceux qui s’y trouvent.

Seigneur exauce-nous.

Tu es béni, Esprit Saint,

toi qui es partout présent et qui fais de nous ta demeure.

Nous t’en prions : fais vivre dans l’amour ceux qui habitent sous ce toit et ceux qui y seront accueillis.

Seigneur exauce-nous.

Préliminaires généraux N°12

En glorifiant Dieu en toute chose et en recherchant avant tout la manifestation de la gloire de Dieu envers les hommes, renés ou à renaitre par grâce, l’Église, par ses bénédictions, loue le Seigneur pour eux et avec eux dans les circonstances particulières de leur vie et invoque sur eux la grâce de Dieu. En même temps, l’Église bénit aussi les objets et les lieux qui concernent soit l’activité humaine, soit la vie liturgique, la piété et la dévotion, en ayant cependant toujours sous les yeux les hommes qui se servent de ces objets et qui travaillent dans ces lieux. Car c’est l’homme, pour qui Dieu a voulu et a fait ce qui existe et qui est bon, c’est l’homme qui est le réceptacle de sa sagesse et qui reconnaît, par les rites de bénédiction, qu’il use des créatures de manière à chercher, aimer Dieu et à le servir fidèlement lui seul.

 

Pascal Sarjas, Enseignant en liturgie au séminaire de Metz et responsable PLS du diocèse de Metz

Pour approfondir les bénédictions

  • Bénédictions pour accueillir les saisons

    Bénir le printemps, l'été, l'automne et l'hiver pour rendre grâce à Dieu et s'ouvrir au chemin spirituel qui découle de ce cycle des saisons.

  • Bénédiction de la table familiale

    La table familiale est une invitation à l’action de grâce. C’est autour d’une nourriture préparée et partagée que nous apprenons les fondamentaux de notre vie d’homme, l’ouvrant à la transcendance en commençant simplement par dire merci. La prière de bénédiction de la table -Benedicite- s’inscrit dans cette sagesse.

  • Bénédiction des objets de piété : repères pratiques

    Chapelets, médailles, statues… les demandes de bénédiction d’objets de piété sont fréquentes, surtout dans les sanctuaires. Ces demandes traduisent de grands besoins, le désir d’une parole qui fasse du bien, d’une prière qui soutienne ou d’un geste qui conforte. Une pastorale des bénédictions est appelée à soigner l’accueil, la parole et le geste.

Quelques ouvrages sur les Bénédictions

Les bénédictions

Collection Célébrer - Les bénédictions, éd. Mame, septembre 2019.

Prier avant le repas

L'Oasis 12 - Couverture vignette