L’Assomption de la Vierge Marie

Vitrail Marie

Ce jour-là, est célébrée la montée au ciel de la Vierge Marie. La Tradition rapporte qu’elle ne connut pas la mort mais un endormissement avant d’être élevée au ciel par les anges. L’assomption de Marie découle de sa maternité divine.

« Je tressaille de joie dans le Seigneur, mon exulte en mon Dieu. Car il m’a enveloppée du manteau de l’innocence, il m’a fait revêtir les vêtements du salut, comme une mariée met ses bijoux. » (Isaïe 61, 10)

Le mot latin assumptio vient du verbe ad-sumere « prendre pour soi », « tirer à soi ». La Solennité de l’Assomption de Marie célèbre la glorification de la Mère de Dieu.

Les Écritures canoniques ne parlent pas de ce mystère, mais très vite la foi de l’Église en a témoigné : dès la fin du Ve siècle, on enregistre des allusions à une fête de la « dormition » ou du « passage » de Marie.

Le 1er novembre 1950, Pie XII a défini solennellement le dogme de l’Assomption de Notre-Dame, dans les termes suivants : « Marie, l’Immaculée Mère de Dieu, toujours Vierge, à la fin de sa vie terrestre, a été élevée en âme et en corps à la gloire du ciel ».

Le mystère de l’Assomption est le privilège marial qui répond au privilège de l’Immaculée Conception : si Marie est la toute-pure, devenue la Mère de Dieu, associée à l’œuvre rédemptrice de son Fils, il convenait que Dieu l’élevât à la Gloire du Christ ressuscité et monté au ciel. Après l’Ascension du Seigneur, l’Assomption de Notre-Dame est pour nous le gage de notre appel à la Gloire : à côté de l’humanité du Christ, une personne humaine est entrée dans la vie des Trois et ne cesse, avec Jésus, d’intercéder pour que nous soyons là où elle est.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie
© Editions CLD, tous droits réservés

Pour les premiers chrétiens, la mort de Marie ne pouvait être qu’un sommeil, une dormition, mais un sommeil court pour que son corps qui a porté le Fils de Dieu ne soit pas dégradé. Ainsi est née à Jérusalem, dès le Ve siècle, la fête de la Dormition de la Mère de Dieu. Saint Jean Damascène (VIIe s.) explique : « Celle qui avait hébergé le Verbe divin en son sein devait être logée dans la demeure de son fils ».

De la même manière, dans la Préface de la messe du jour, on retrouve des allusions qui unissent ces deux mystères de Marie, celui de sa maternité et celui de son assomption : « Tu as préservé de la dégradation du tombeau le corps qui a porté ton propre Fils et mis au monde l’auteur de la vie ».

C’est seulement en 1950 que l’Église définit le dogme de l’Assomption. La Prière d’ouverture reprend les termes de la déclaration dogmatique : « Après avoir achevé le cours de sa vie terrestre, Marie a été élevée en corps et en âme dans la gloire céleste ».

La Parole a fécondé la Vierge Marie, dit l’évangile de la veille. L’évangile du jour, avec le chant du Magnificat, est comme une célébration de cette parole agissante. Par l’assomption de Marie, Dieu porte à sa plénitude ses actes sauveurs. Dans la fête de l’Assomption, nous contemplons la destinée qui nous est promise.

Extrait de Célébrer n°398
  • Le Propre de la fête de l’Assomption

    Les oraisons, antiennes et préface de la messe, les hymnes des offices propres à la Solennité de l’Assomption de Marie, le 15 août. Le 15 août, l’Église fête l’Assomption de la Vierge Marie. « Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée, Mère de Dieu a été élevée en Son corps et en Son âme à la gloire du Ciel ».

  • L’Assomption : Marie élevée dans la gloire de Dieu

    Au cœur de la liturgie, nous célébrons la solennité de l’Assomption de Marie. Les livres du Nouveau Testament ne nous précisent pas ce qu’a été la fin de la vie de la Vierge Marie. Il est question d’elle pour la dernière fois dans les Actes des Apôtres qui présente la petite communauté en prière avant la Pentecôte (Ac 1, 14).

  • Le répertoire des chants à Marie

    On constate que bien des chants mariaux relèvent de la dévotion. Or, le renouveau de la théologie mariale au cours du XXe siècle et le concile Vatican II ont déplacé le curseur en réaffirmant le rôle théologique et théologal de la figure mariale au cœur de l’économie divine. Nous retenons ici trois éléments ; chacun aboutira à une question posée aux chants liturgiques actuels et à venir, comme autant de critères de choix, d’analyse et de discernement.

  • Fleurir à l’Assomption

    L’Assomption de Marie est fêtée le 15 août. C’est au milieu des vacances, c’est l’éblouissement de l’été. Ce jour-là, nous fleurissons tout spécialement Marie, la Vierge, la Mère de Dieu, la première qui monte au ciel, qui nous précède, qui nous attire et nous fleurissons aussi, comme à chaque eucharistie, la Pâque du Seigneur.

  • Exhortation apostolique Marialis cultus

    EXHORTATION APOSTOLIQUE MARIALIS CULTUS DE SA SAINTETÉ LE PAPE PAUL VI SUR LE CULTE DE LA VIERGE MARIE Vénérables Frères, Salut et Bénédiction apostolique Depuis que nous avons été élevé au siège de Pierre, nous nous sommes constamment efforcé d’intensifier le culte marial, non seulement pour répondre au sentiment de l’Église et à notre inclination personnelle, mais aussi parce […]

  • Proposition de chants pour l’Assomption

    Proposition de chants liturgiques pour la fête de l’Assomption célébrée le 15 août.

  • LMD 266 Marie juin 2011

    La Maison-Dieu n°266 consacré à Marie dans le mystère de l’Église

    Le volume n°266 de La Maison-Dieu consacré à Marie est paru en juin 2011 aux éditions du Cerf.

  • Fleurir Marie

    Que dire sur Marie ? Il y a tant de choses et tant ont été proclamées, chantées par une multitude : « Toutes les générations te diront bienheureuse ! » Les litanies déclinent sans fin les sentiments d’admiration, d’amour, de reconnaissance : « comblée de grâce », favorisée de Dieu : ce terme qui, en hébreu, nous renvoie à la Bien-aimée, la « favorisée » du Cantique des cantiques…

Marie dans la liturgie

Sur eglise.catholique.fr

L'Assomption en questions

Assomption (7)

Sur TV.catholique.fr

Fêtes et solennités

Approfondir votre lecture

  • La Vierge Marie fêtée tout au long de l’année liturgique

    Par son parfait consentement aux œuvres de Dieu en elle et en son Fils, Marie est le modèle achevé de notre participation à la liturgie.

  • Immaculée Conception de la Vierge Marie, le 8 décembre

    La solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie est fêtée le 8 décembre. La Tradition de l’Église reprise dans un dogme le 8 décembre 1854, reconnaît à la mère du Christ une conception sans péché originel, en vue de sa maternité divine. Cette année, elle sera fêtée le lundi 9 décembre 2019 et non le 8 décembre, deuxième dimanche de l’Avent.

  • Solennités, fêtes et saints

    Dans les fêtes de l’année liturgique, on placera au premier plan les fêtes du Seigneur, car elles commémorent les mystères centraux de notre salut, les événements principaux de la vie du Christ ou des dévotions liés à la personne du Christ, comme le Sacré-Cœur ou la Croix de Notre-Seigneur.