Faire un programme d’éclairage pour une église

Nef de la cathédrale de Créteil (94)

Nef de la cathédrale de Créteil (94)

Par Isabelle Renaud-Chamska, présidente d’Art, Culture et Foi Paris

 

Les techniques d’éclairage ayant formidablement progressé depuis quelques années, la lumière électrique n’est plus seulement un moyen au service d’une meilleure lisibilité des objets et des lieux. Elle permet aussi d’émouvoir, de faire percevoir, de laisser imaginer, de transporter, de faire pressentir ou ressentir toute une gamme d’émotions ou de sensations. La mise en lumière permet de hiérarchiser les éléments, d’introduire une dramaturgie, de raconter une histoire.

Les responsables pastoraux en charge d’une église (curé, doyen, équipe pastorale…) doivent avoir une conscience très vive des ressources – et des dangers – liés aux capacités de l’éclairage moderne. Il leur faut quitter toute naïveté avant de se lancer dans un projet d’éclairage qui sera une aventure. Qu’ils ne pensent pas, par exemple, qu’on éclaire une église simplement pour y voir clair. Ou qu’il pourrait exister un éclairage neutre. Même si personne ne l’a prescrit, la fonction et les effets de l’éclairage mettront toujours en valeur un effet et ils produiront toujours une émotion, l’absence d’émotion étant déjà elle-même une émotion. Les éclairagistes du théâtre savent admirablement «manipuler » le public à la guise du metteur en scène. Ce n’est évidemment pas l’objectif du liturge qui, pour rester maître de la situation — c’est-à-dire, dans l’ordre de la liturgie, pour respecter toujours une certaine réserve par rapport aux signes qu’il met en œuvre — aura soin d’établir dans la plus grande clarté un programme liturgique très précis donnant à l’éclairagiste tous les éléments qui lui permettront de créer la fonction et les effets convenant aux lieux des célébrations et aux saints mystères qui s’y déroulent.

 

Ce document comportera des plans et des coupes en élévations, cotés le plus précisément possible.

Il donnera aussi l’histoire du lieu, qu’il soit ou non classé au titre des monuments historiques, et surtout l’histoire qui se raconte dans ce lieu, ce qu’on y fait quotidiennement, ou habituellement, en donnant le plus de détails possible. C’est un énorme travail qui exige qu’on n’oublie rien de la description de la vie interne de l’église : qui y vient ? Quand ?pour quoi faire ? Où se tient-on ?, pendant combien de temps ? A quelle heure et en quelle saison ? Dans quelle posture ou position debout, assis, à genoux ? Marche-t-on ? d’où à où ? etc.

Il faut trouver les mots aussi pour dire à l’éclairagiste ce que les gens attendent de ce lieu et des différents espaces qui le composent expliquer la participation active des fidèles, le rôle de l’ambon dans la proclamation de la Parole de Dieu, le sens de l’autel ; énoncer tout ce qu’on fait et ce dont on a besoin à chacun des endroits de église, dans le chœur, bien sûr, mais aussi dans les bas-côtés, dans la nef, dans le déambulatoire, au baptistère, dans les lieux d’accueil et de réconciliation etc… Cela exige de la part de la communauté chrétienne un effort d’élucidation de ses propres pratiques et de ses priorités. Car il est probable que tous les besoins ne pourront pas être honorés en même temps.

Le programme tentera aussi de préciser les ambiances, les couleurs, les points à mettre en valeur, les effets souhaités.

[…] Télécharger l’article intégral ci-contre.

Approfondir votre lecture

  • 23 mars 2012: Mains de femme en prière avec un chapelet sur un livre de psaumes.Egl. Saint Pierre de Montmartre, Paris (75), France.

March 23rd, 2012: Woman's hands praying with a rosary on an open book of psalms. Saint Pierre de Montmartre Church, Paris (75), France.

    Le temps ordinaire, un espace pour une conversion paisible

    Par Serge Kerrien, diacre du diocèse de Saint-Brieuc-Tréguier et conseiller pastoral au SNPLS L’année liturgique présente, dans sa structure, une alternance de temps forts, nettement caractérisés, et de temps dits « ordinaires ». Ces temps ordinaires n’ont cependant rien de quelconque. On n’y célèbre pas un aspect particulier du mystère chrétien, mais on y chemine au fil des jours vers…

  • 8 décembre 2016 : L'assemblée lors de la messe de l'Immaculée Conception, célébrée en l'église Notre Dame de l'Assomption à Montesson (78), France.

    Catéchèse du pape : « Dans le silence, écouter la voix de l’Esprit Saint »

    Par le pape François, Audience générale du 10 janvier 2018 Le pape François a voulu consacrer un cycle de catéchèses sur la messe et l’eucharistie lors des audiences du mercredi.   Chers frères et sœurs, bonjour ! Dans le parcours de catéchèse sur la célébration eucharistique, nous avons vu que l’acte pénitentiel nous aide à nous…

  • 6 décembre 2017 : Le pape François conduit l'audience générale dans la salle  Paul VI, décorée pour de Noël. Vatican.

December 6, 2017: Pope Francis leads his wednesday general audience at the Paul VI Hal, Vatican.

    Catéchèse du pape sur l’Eucharistie : « Que peut donner le Seigneur à celui qui a le cœur plein de lui-même ? »

    Par le pape François, Audience générale du 3 janvier 2018   Cette première audience de l’année 2018 s’inscrit dans un cycle de catéchèses données par le pape François sur la messe et l’eucharistie. Le Saint Père se penche cette fois sur le sens de la prière pénitentielle. Chers frères et sœurs, bonjour! En reprenant les catéchèses…