Le temps de Noël

À Noël, en célébrant le 25 décembre, la naissance de Jésus, l’incarnation du Fils de Dieu, c’est le mystère pascal tout entier qui est célébré sous un aspect particulier.

Un rameau sortira de la souche de Jessé, père de David, un rejeton jaillera de ses racines (Isaïe, 11, 1)

Le Verbe s’est fait chair et il a habité parmi nous (Jn 1, 14).

Célébrer le temps de Noël

La liturgie du temps de Noël est très fournie. Cette richesse n’est pas aisée à percevoir car le temps de Noël qui débute le soir du 24 décembre (premières vêpres) et s’achève par la fête du baptême du Seigneur est un temps assez court.

Les solennités de Noël et de l’Épiphanie ont pour objet la célébration d’un événement réel, la naissance de Jésus, et en même temps la célébration du mystère de l’Incarnation. L’union de la nature divine et de la nature humaine est affirmée dans bien des textes liturgiques :

« Accepte, Seigneur, notre sacrifice en cette nuit de Noël ; Et, dans un prodigieux échange, nous deviendrons semblables à ton Fils en qui notre nature est unie à la tienne. » (Prière sur les offrandes, messe de la nuit).

Extrait de Célébrer n°394

1

Noël et l'Octave de la Nativité du Seigneur

24 décembre 2011 : Prière eucharistique lors de la messe de Noël célébrée par le p. Jean Marie GLANC de la communauté de Paroisses Saint André entre Lindre et Stock, Languimberg (57), France. 24 December 2011: Christmas mass, Languimberg (57), France.

24 décembre 2011 : Prière eucharistique lors de la messe de Noël.

Comme à Pâques, la fête de la Nativité se déploie dans une octave. L’Église y commémore saint Etienne premier martyre, saint Jean l’Évangéliste et les saints Innocents. Ces trois fêtes ont un lien avec la Nativité. On nommait Dies natalis, le jour de la mort des martyrs et des saints et d’une certaine manière, Etienne est le premier des nouveaux-nés à la suite du Christ. En saint Jean, nous rappelons l’auteur du quatrième évangile, en particulier son Prologue proclamé le jour de Noël : « le Verbe s’est fait chair » (Jn1, 14). Enfin vient le martyre des saints Innocents, martyrs muets dont l’oraison d’ouverture dit qu’ils sont témoins du Christ « non pas par la parole mais par leur seule mort ». Le dernier jour de l’octave, nous célébrons Marie, mère de Dieu. Cette fête est comme le dernier écho à celle de la Nativité.

Extrait de Célébrer n°394

Lire la suite

2

Saint Marie Mère de Dieu

13 septembre 2010 : Salve Regina devant la Statue de Notre-Dame du Salut (XIIIe) à l'issue de l'inauguration de la Chapelle de l'auberge de jeunesse Adveniat, oeuvre des Assomptionnistes. Paris (75) France. September 13th, 2010 : Inauguration of Adveniat Youth Hostal chapel Paris (75) France.

13 septembre 2010 : Salve Regina devant la Statue de Notre-Dame.

C’est par la maternité virginale de Marie (P 1) que le Verbe s’est fait chair. En adorant dans l’Enfant de Bethléem le Fils de Dieu fait homme, nous reconnaissons que Marie est la Mère de Dieu (P 2, Pr). Mais si la maternité divine de Marie s’inscrit en filigrane dans toute la liturgie de la Nativité, les chrétiens des diverses régions ont aimé à consacrer un jour du temps de Noël à honorer « la mère de notre Dieu et Seigneur Jésus Christ » (Prière eucharistique 1).

L’Eglise de Rome a choisi pour cet hommage l’octave de la Nativité, bien avant que ce jour ne marquât en Occident le commencement de l’année.

En saluant la Mère de Jésus (A 1), nous n’oublions pas qu’elle est aussi notre Mère, la Mère de tous ceux qui ne font qu’un seul corps avec le Christ, « la Mère de l’Eglise », ainsi que le rappelle la prière après la communion (P 3).

Réf. Missel du dimanche

Lire la suite

3

L'Epiphanie

6 janvier 2015 : Livre Saint près de l'Enfant Jésus. Messe de la solennité de l'Epiphanie en la basilique Saint Pierre au Vatican, Rome, Italie. January 6, 2015 : The Epiphany mass in Saint Peter's basilica, Vatican, Rome, Italy.

Messe de la solennité de l’Epiphanie en la basilique Saint Pierre au Vatican.

Épiphanie signifie « manifestation de Dieu ». Après la naissance de Jésus, les trois rois mages, Balthazar, Gaspard et Melchior sont venus l’adorer, reconnaissant en lui sa divinité.

« A la vue de l’étoile, les mages se dirent entre eux : Voici le signe du grand Roi, allons à sa recherche ; offrons-lui en présent l’or, l’encens et la myrrhe, alléluia » (antienne de l’Epiphanie).

Épiphanie veut dire manifestation. Mais la manifestation du Christ au monde comporte des aspects multiples. Aussi l’Eglise s’attache-t-elle à célébrer au temps de Noël deux séries d’événements, qui ont révélé progressivement en Jésus le Fils de Dieu fait homme. Les uns entourent sa naissance et son enfance, les autres marquent les débuts de sa vie publique. Parmi les premiers, le plus significatif est la venue des mages à Bethléem ; parmi les seconds, c’est le baptême du Seigneur dans le Jourdain. si la venue de mages a retenu l’attention davantage que celle des bergers , c’est que ces hommes arrivaient d’au-delà des frontières d’Israël, du lointain Orient. En les attirant au Christ Enfant, Dieu a « dévoilé le mystère de notre salut pour que les peuples en soient illuminés » (Pr). Fête du Christ « Seigneur souverain » (A 1), qui nous éclaire « par la lumière éternelle de sa divinité (Pr), l’Épiphanie est donc aussi la fête de la vocation des hommes à la foi, puis à la vision de Dieu (P 1). de la fois à la vision, Jésus est présent à notre cheminement vers la lumière, lui qui dans l’Eucharistie « s’immole et se donne en nourriture » (P 2). La célébration liturgique nous dispense ainsi « la clarté d’en haut » (P 3), qui nous conduira comme les mages vers le terme de la route.

Réf. Missel du dimanche

Lire la suite

4

Le baptême du Seigneur

2008: "Le Baptême" (détail), mosaïque de Marko Ivan Rupnick (2007) appartenant à la série des "mystères lumineux", facade de la bas. Notre-Dame du Rosaire, Lourdes (65), France.

« Le Baptême » (détail), mosaïque de Marko Ivan Rupnick (2007).

Cette fête est célébrée le dimanche qui suit l’Epiphanie.

Au baptême de Jésus dans le Jourdain, par saint Jean-Baptiste, les cieux s’ouvrirent ; l’Esprit, comme une colombe, reposa sur lui, la voix du Père se fit entendre :

« Celui-ci est mon Fils bien-aimé ; en lui j’ai mis tout mon amour. » (Matthieu, 3, 17)

Réf. Missel du dimanche

Après avoir fêté l’Épiphanie de l’enfance de Jésus, nous célébrons aujourd’hui dans le Baptême du Seigneur l’Épiphanie qui ouvre sa vie publique. Ainsi s’achève le temps de Noël, au long duquel nous avons proclamé notre foi en la divinité de Jésus Christ et en notre propre divinisation dans le Christ.

Lire la suite

Approfondir votre lecture

  • 22 novembre 2014 : Illustration du temps de l'avent. Une mère et ses enfants allument les bougies, d'une couronne de l'Avent. Paris (75), France. November 22th, 2014: Advent time. Paris, France.

    L’Avent

    L’Avent est le temps de l’attente pieuse et joyeuse. Il débute le 4e dimanche avant Noël, et marque le début de l’année liturgique. Ce temps a une double caractéristique : c’est à la fois un temps de préparation aux solennités de la Nativité, où l’on commémore le premier avènement du Fils de Dieu parmi les hommes, […]

  • La présentation de Jésus au Temple

    Comme les festivités qui entourent la Nativité, la fête de la Chandeleur est liée à la lumière. Mais aussi à la purification, la fécondité, la prospérité, toujours très proches dans les croyances et les traditions. – Domnique Cadet L’Avent Immaculée Conception de la Vierge Marie, le 8 décembre Le temps de Noël Noël et l’octave de […]

  • 8 décembre 2016 : Crèche devant l'autel dans l'église Notre Dame de l'Assomption à Montesson (78), France.

    Immaculée Conception de la Vierge Marie, le 8 décembre

    La solennité de l’Immaculée Conception de la Vierge Marie est fêtée le 8 décembre. La Tradition de l’Église reprise dans un dogme le 8 décembre 1854, reconnaît à la mère du Christ une conception sans péché originel, en vue de sa maternité divine.