19 mars : chanter et fêter saint Joseph

La lettre apostolique « Patris corde », publiée par le Pape François le 8 décembre 2020 à l’occasion du 150ème anniversaire de la déclaration de Saint Joseph comme patron de l’Eglise universelle, invite à découvrir ou redécouvrir le rôle central de Joseph dans l’histoire du salut, lui « l’homme juste, l’humble charpentier, l’homme de la présence quotidienne discrète et cachée, l’intercesseur, le soutien et le guide ». Il est devenu le modèle de celui qui veut avoir un cœur de père, car il s’est montré « Père de tendresse – Père dans l’obéissance – Père dans l’accueil – Père au courage créatif – Père travailleur – Père dans l’ombre ».

A l’approche de la fête de Saint Joseph, le 19 mars, pour accompagner la lecture de la lettre du pape, voici trois hymnes et des litanies qui reprennent le chemin et les attitudes de Joseph à travers les rares mentions dans les évangiles canoniques et en s’appuyant sur la longue tradition de l’Eglise qui aime contempler sa figure.

  • Dieu t’a choisi, hymne dont Jacqueline-Frédéric Frié est l’auteure et qui comporte plusieurs versions musicales dont celles des compositeurs Joseph Gélineau W 75, Lucien Deiss W 68-1a et 1b, Jean-Paul Lécot W 126.

A travers le refrain, le texte bénit Dieu d’avoir choisi Joseph pour remettre le Christ-enfant entre ses mains. Les couplets disent à leur manière les belles attitudes humaines et spirituelles de Joseph : « Homme d’espérance (…) Homme de silence (…)  Tu te tiens dans l’ombre (…)  Juste entre les justes (…) Homme de silence (…) Homme doux et chaste ».

Musicalement, la version de Joseph Gélineau a le caractère modal qu’on lui connait. Chez Lucien Deiss, le choix est à la fluidité par la rythmique ternaire. Jean-Paul Lécot privilégie la belle noblesse du refrain. Chacune de ces versions, quoiqu’un peu aigües, est abordable par une assemblée en veillant à un temps d’apprentissage.

  • Heureux l’homme au cœur pur dans les trois versions proposées par les compositeurs Joseph Gélineau W 118 (Ed Studio SM), Philippe Robert WP 14-37-1 (Trirem) ou Henri Dumas WP14-37-3 (Ed Kinnor)

A l’image des béatitudes, le texte de cette hymne débute ainsi : « Heureux l’homme au cœur pur ». Puis vient : « Heureux le serviteur obscur ». Un peu plus loin la mission de Joseph est signifiée : « Joseph peut entrevoir de loin sa part dans l’œuvre d’alliance ». Enfin : « Heureux l’homme qui sait accueillir le Verbe de lumière : Jésus en regardant Joseph verra l’image du Père ».

Musicalement, Joseph Gélineau et Henri Dumas proposent des versions épousant souplement la rythmique naturelle du texte. Philippe Robert, à trois voix égales, privilégie le caractère plus solennel de la béatitude.

  • Etais-tu là, Joseph ? WP 60-66 (Ed Kinnor) Hymne dont l’auteur est Maurice Coste (C.F.C.) et la mise en musique de Philippe Robert.

Dans les trois premiers couplets, le texte comme en miroir, questionne directement Joseph sur son « éventuelle » présence auprès de Marie (annonciation, visitation, Cana) et sa propre mission : « Joseph, Fils de David, nous savons seulement que ta mission fut de donner son nom à Jésus, fut d’enseigner l’alliance à Jésus, fut simplement de croire au Messie », avant en final, d’intercéder pour qu‘il veille sur nous au nom de Jésus.

Musicalement conçue à l’unisson, la couleur mineure/modale accentue à chaque fois les différents questionnements. Chaque réponse, comme en miroir, débute sur le mode majeur et rend intense et solide la figure de Joseph. C’est une version davantage destinée à un chœur.

  • Les Litanies de Saint Joseph écrites par Maurice Coste dans les versions des compositeurs Michel Wackenheim W 38 (Ed Bayard-Liturgie) et Philippe Robert WY 38-64-2 (Ed Kinnor)

C’est un chemin pour un temps d’intercession déployé, reprenant cette fois sous la forme litanique les différentes figures et attitudes reçues et méditées de l’identité de Joseph dans l’histoire du Salut : descendant d’Abraham, Fils de David, époux de la Vierge Marie, père pour Jésus, de la naissance à Bethléem à la vie cachée à Nazareth, mais aussi l’homme juste et droit, le modèle d’humilité et de fidélité, le protecteur de l’Eglise et le patron des travailleurs.

« Prions Saint Joseph d’intercéder pour nous, Il est proche de Dieu et il est proche de nous ».  

Les deux versions musicales, chacune dans une manière abordable, appuient le caractère litanique sous la forme mélodique ascendante et ternaire de l’intercession.

Pour conclure, et en citant à nouveau le Pape François :

« Nous pouvons tous trouver en saint Joseph l’homme qui passe inaperçu, l’homme de la présence quotidienne, discrète et cachée, un intercesseur, un soutien et un guide dans les moments de difficultés. Saint Joseph nous rappelle que tous ceux qui, apparemment, sont cachés ou en “deuxième ligne” jouent un rôle inégalé dans l’histoire du salut. À eux tous, une parole de reconnaissance et de gratitude est adressée ».

SNPLS, département musique

Saint Joseph

  • Cheminer avec saint Joseph : propositions spirituelles du diocèse de Bordeaux

    Le diocèse de Bordeaux a édité un livret proposant trois liturgies domestiques autour de la figure de saint Joseph et sept semaines de prière au saint, à vivre seul(e), en famille, ou petit groupe, en communion avec toute l’Eglise.

  • Solennité de Saint Joseph époux de la Vierge Marie, le 19 mars

    Saint Joseph, l’époux de Marie, eut pour mission de « veiller sur Jésus comme un père » (Cf. Préface de la messe). Mais le Seigneur a voulu que le chef de la sainte Famille de Nazareth continue à remplir la même tâche dans l’Eglise, qui est le corps du Christ. Si Marie est la Mère de l’Eglise, Joseph en est le Protecteur. C’est pour cela que sa fête est une solennité en liturgie.

  • Prières eucharistiques : Joseph mentionné à la suite de Marie

    La Congrégation pour le culte divin et la discipline des sacrement a émis le 1er mai 2013 un décret disposant que dans les prières eucharistiques II, III et IV du Missel romain, sera désormais mentionné Joseph à la suite de Marie : depuis toujours les fidèles manifestent une dévotion constante et ininterrompue envers saint Joseph, l’époux chaste de la Mère de Dieu et patron de l’Eglise entière, au point que Jean XXIII demanda au cours du concile que son nom soit ajouté au Canon romain.