Propre

Le Propre est constitué par l’ensemble des célébrations particulières à telle ou telle communauté chrétienne : surtout des fêtes de saints ; on appelle aussi Propre le livre où sont réunis les textes correspondant au calendrier des célébrations particulières. Les Propres sont nombreux et de niveaux divers : Propre d’un pays, d’une province, d’un diocèse, d’une ville, d’une église ou d’une chapelle ; Propre d’un ordre, d’une congrégation ou d’une commu­nauté religieuse.

Les Solennités propres sont les suivantes : celle du Patron princi­pal du lieu, de la ville ou de la cité ; celle de la dédicace et de l’anniversaire de la dédicace de l’église propre ; celle du Titulaire de l’église propre ; celle du Titulaire, du Fondateur ou du Patron principal de l’ordre ou de la congrégation religieuse.

Les Fêtes propres sont les suivantes : celle du Patron principal du diocèse ; celle de l’anniversaire de la dédicace de la cathédrale ; celle du Patron principal de la région ou de la province, de la nation, d’un territoire plus vaste ; celle du Titulaire, du Fondateur, du Patron principal de l’ordre ou de la congrégation et de la province religieuse (à moins que ce ne soit une Solennité, comme plus haut). S’y ajoutent les autres Fêtes propres à une église, les autres Fêtes inscrites au calendrier d’un diocèse, d’un ordre ou d’une congréga­tion.

Les Mémoires obligatoires propres sont les suivantes : celle du Patron secondaire du lieu, du diocèse, de la région ou de la pro­vince, de la nation, d’un territoire plus vaste, de l’ordre ou de la congrégation et de la province religieuse ; les autres Mémoires obli­gatoires inscrites au calendrier d’un diocèse, d’un ordre ou d’une congrégation.

Les Mémoires facultatives propres sont les fêtes de saints dont le culte est plus local ; elles peuvent être célébrées par tous ceux qui suivent le calendrier où elles sont inscrites.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • 23 septembre 2018 : Envoi 2018 du diocèse de Meaux. Chorale dans la cath. St Etienne à Meaux (77), France.

    Des Ordinaires pour des temps liturgiques précis

    La question d’avoir des Ordinaires propres à des temps liturgiques donnés mérite d’être posée. Mais avant, il convient tout d’abord de s’entendre sur le terme « Ordinaire » lui-même.

  • Flambeaux de la Procession Mariale, Lourdes (65), France.

    Le Propre de la fête de l’Assomption

    Oraisons, antiennes et préface de la messe, hymnes des offices. Le 15 août, l’Église fête l’Assomption de la Vierge Marie. « Au terme de sa vie terrestre, l’Immaculée, Mère de Dieu a été élevée en Son corps et en Son âme à la gloire du Ciel ». C’est en ces termes qu’en 1950, le Pape Pie XII a défini la foi catholique relative à l’Assomption.

  • 23 mars 2012: Mains de femme en prière avec un chapelet sur un livre de psaumes.Egl. Saint Pierre de Montmartre, Paris (75), France.

March 23rd, 2012: Woman's hands praying with a rosary on an open book of psalms. Saint Pierre de Montmartre Church, Paris (75), France.

    Le temps ordinaire, un espace pour une conversion paisible

    L’année liturgique présente, dans sa structure, une alternance de temps forts, nettement caractérisés, et de temps dits « ordinaires ». Ces temps ordinaires n’ont cependant rien de quelconque. On n’y célèbre pas un aspect particulier du mystère chrétien, mais on y chemine au fil des jours vers le Père, dans la lumière du Christ, accompagnés par l’Esprit.

  • Mais fleurs Ciric 188486

    Fleurir le Temps ordinaire

    Avec la fête de la Pentecôte s’achève le temps pascal, les 50 jours qui font comme une seule fête, une seule « grande semaine ». Nous entrons dans ce que l’Église appelle « le temps ordinaire ». Qu’est-ce à dire ? Si l’on regarde dans le dictionnaire, nous voyons : « Qui est dans l’ordre commun, habituel » – « qui a coutume d’être, de se faire, d’arriver. »

  • 11 avril 2010 : Cierge pascal allumé lors du dimanche in albis. Egl. Saint Severin. Paris (75) France.

April 11th, 2010 : Eastern candle. Saint Severin ch. Paris (75) France.

    Fêtes, solennités, mémoires … les degrés des célébrations liturgiques

    Le calendrier liturgique est une machine à faire de la différence. Le fait que les normes liturgiques établissent des degrés divers de célébration doit inciter les pasteurs à varier les modalités de célébration, notamment leur ampleur.