La fraction du pain et sa signification

28 janvier 2011: Eucharistie, égl. Saint François d'Assise, Paris (75), France. January 2011: Mass, Paris (75), France.

Fraction du pain

Par René Pothier et Sœur Catherine Aubin, Dominicaine, professeur de théologie spirituelle et sacramentaire à Rome

« La nuit qu’il fut livré, Jésus rompit le pain » (1 Co 11, 23). Après sa résurrection, raconte Luc, les disciples le reconnurent à la fraction du pain (Lc 24, 35). Qu’en est-il de ce geste si significatif qui guérira les disciples de leur aveuglement ? Pourquoi un tel décalage entre cet événement et nos célébrations où la fraction du pain passe si souvent inaperçue ? En a-t-il toujours été ainsi ? Par ailleurs, on pourra aussi se reporter à l’histoire iconographique de ce récit des pèlerins d’Emmaüs qui est riche de sens1.

Le mémoire de maîtrise de René Pothier concernant « La Fraction du pain »2 permet de réfléchir à nouveau sur l’évolution et les déplacements de sens depuis la période apostolique. Sa recherche confirme et précise l’importance de la fraction du pain dans le rituel juif, puis dans le Nouveau Testament et l’Église ancienne. Au fil des siècles, cette fraction du pain perdra progressivement son importance, et un déplacement théologique s’opérera tant en Occident qu’en Orient.

Cet aperçu historique donne à penser sur ce que nous vivons aujourd’hui dans nos célébrations. En conclusion, il s’amènera à interroger sur une résonance possible quant au comportement des fidèles aujourd’hui.

Télécharger l’article complet ci-contre.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°209, 1997, p 61-78

[1] Voir P. PRETOT, Les Yeux ouverts des pèlerins d’Emmaiis dans LMD 195, 7-48. // [2] R. POTHIER, La Fraction du pain, mémoire de maîtrise en théologie, Institut catholique de Paris, 1993. (Les numéros de pages donnés en cours de texte renvoient à ce mémoire : p. XXX.) En italique, les réflexions personnelles de Catherine Aubin (NDLR).

Approfondir votre lecture

  • 10 mars 2020 : Dans le cadre des mesures prises contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, le pape François célébre la messe quotidienne, seul, sans fidèles, dans la chapelle de la résidence Sainte Marthe au Vatican.

    La messe TV ou sur le Web, un exercice de communion !

    La maladie, l’âge, la distance ou des circonstances exceptionnelles privent souvent les chrétiens de la messe dominicale. Les alternatives radiophoniques, télévisuelles ou sur le Web existent tout au long de l’année et se multiplient en ce moment de confinement généralisé. Mais l’écran risque de laisser passifs, alors que la Constitution sur la Liturgie du Concile Vatican II a tenu à rappeler un principe fort : on n’assiste pas à la messe comme des spectateurs, mais on participe ensemble à l’action par laquelle, mystérieusement mais réellement, le Christ rejoint chacun et forme son corps qu’est l’Église.

  • « Nous voici dépouillés de ce qui est le cœur de la vie chrétienne, sa source et son sommet : l’eucharistie. »

    En l’absence de rassemblement dominical, garder la communion entre nous !

    Que nous arrive-t-il en ces jours ? Alors que le Carême nous appelle à vivre un certain dépouillement intérieur pour accueillir avec plus de vigueur la vie du Christ, le monde entier se trouve sous la crainte d’un virus qui nous menace. Et nous voici dépouillés de ce qui est le cœur de la vie chrétienne, sa source et son sommet : l’eucharistie. Plus encore, nous sommes privés de communauté, de cette communauté au sein de laquelle le Christ vient, chaque dimanche, nous redire : « La paix soit avec vous », lui qui se fait reconnaître dans la fraction du pain comme Seigneur de nos vies.

  • 30 mars 2008: 26èmes assises nationales des EDC (Entrepreneurs et dirigeants chrétiens) sur le thème "Diriger et Servir", Marseille (13), France.

    Quelques gestes de la liturgie

    Dans la célébration liturgique, toute la personne est engagée et les gestes qu’elle pose revêtent autant d’importance que les mots, les chants, les silences. C’est un ensemble d’éléments variés qui fait accéder au mystère et entrer en relation avec Dieu.