La fraction du pain et sa signification

28 janvier 2011: Eucharistie, égl. Saint François d'Assise, Paris (75), France. January 2011: Mass, Paris (75), France.

Fraction du pain

Par René Pothier et Sœur Catherine Aubin, Dominicaine, professeur de théologie spirituelle et sacramentaire à Rome

« La nuit qu’il fut livré, Jésus rompit le pain » (1 Co 11, 23). Après sa résurrection, raconte Luc, les disciples le reconnurent à la fraction du pain (Lc 24, 35). Qu’en est-il de ce geste si significatif qui guérira les disciples de leur aveuglement ? Pourquoi un tel décalage entre cet événement et nos célébrations où la fraction du pain passe si souvent inaperçue ? En a-t-il toujours été ainsi ? Par ailleurs, on pourra aussi se reporter à l’histoire iconographique de ce récit des pèlerins d’Emmaüs qui est riche de sens1.

Le mémoire de maîtrise de René Pothier concernant « La Fraction du pain »2 permet de réfléchir à nouveau sur l’évolution et les déplacements de sens depuis la période apostolique. Sa recherche confirme et précise l’importance de la fraction du pain dans le rituel juif, puis dans le Nouveau Testament et l’Église ancienne. Au fil des siècles, cette fraction du pain perdra progressivement son importance, et un déplacement théologique s’opérera tant en Occident qu’en Orient.

Cet aperçu historique donne à penser sur ce que nous vivons aujourd’hui dans nos célébrations. En conclusion, il s’amènera à interroger sur une résonance possible quant au comportement des fidèles aujourd’hui.

Télécharger l’article complet ci-contre.

Article extrait de la revue La Maison-Dieu, n°209, 1997, p 61-78

[1] Voir P. PRETOT, Les Yeux ouverts des pèlerins d’Emmaiis dans LMD 195, 7-48. // [2] R. POTHIER, La Fraction du pain, mémoire de maîtrise en théologie, Institut catholique de Paris, 1993. (Les numéros de pages donnés en cours de texte renvoient à ce mémoire : p. XXX.) En italique, les réflexions personnelles de Catherine Aubin (NDLR).

Approfondir votre lecture

  • 30 mars 2008: 26èmes assises nationales des EDC (Entrepreneurs et dirigeants chrétiens) sur le thème "Diriger et Servir", Marseille (13), France.

    Quelques petits gestes de la liturgie

    Dans la célébration liturgique, toute la personne est engagée et les gestes qu’elle pose revêtent autant d’importance que les mots, les chants, les silences. C’est un ensemble d’éléments variés qui fait accéder au mystère et entrer en relation avec Dieu.

  • Célébration communion

    Catéchèse mystagogique pour la première des communions

    En cette période de l’année où est encore majoritairement célébrée la « première des communions » des enfants – mais aussi celle des jeunes et des adultes – nous vous proposons des points d’appuis pour intégrer une catéchèse mystagogique dans le cadre de la célébration de ce sacrement.

  • 27 novembre 2016 : Célébration de la messe dominicale, 1er dimanche de l'Avent. Prêtre entouré des servants de messe. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75), France.

    Vivre l’Eucharistie comme servant d’autel

    Rassemblés pour célébrer : Les servants d’autel sont membres de l’assemblée même s’ils sont placés dans le sanctuaire de l’église. Les servants d’autel ont une fonction spéciale à jouer dans les célébrations liturgiques. Les servants d’autel participent activement à la prière de l’assemblée puisqu’ils en font partie : chants, prières communes, attitudes physiques.