Aménagement de l’espace liturgique de la cathédrale de Créteil

Baptistère de la cathédrale Notre-Dame de Créteil

Baptistère de la cathédrale Notre-Dame de Créteil

Par Marie-Pierre Etienney

Le réaménagement de la cathédrale de Créteil a été étudié par une équipe diocésaine accompagnée par le frère Patrick Prétot, rédacteur en chef de la revue La Maison-Dieu et professeur à l’Institut Supérieur de Liturgie.

L’architecture du chœur en forme de courbe dessinée par l’architecte Stoskopf en 1978 s’adapte parfaitement à la courbe de l’ensemble de l’espace. Cette disposition est en accord avec la réforme de la liturgie qui souligne l’importance de la participation active de l’assemblée. Le chœur est mis en valeur par des centaines de plaques de laiton poli fixées sur les poutres formant un arc de lumière qui évoque le lien entre Dieu et les hommes. Le plasticien scénographe Stéphane Durand ainsi que son associée Véronique Folhen en sont à l’origine.

Une croix en bois doré est fixée sur le fond du chœur, en hauteur. « Elle est en relation avec la croix de procession dressée à côté de l’autel et qui porte le Christ crucifié. Ensemble, elles rappellent la mort et la Résurrection du Christ, dont chaque eucharistie fait mémoire. »

Dans le chœur, l’autel et l’ambon, réalisés par le sculpteur Vincent Guiro, ont retrouvé une place centrale. « La forme de l’autel en pyramide inversée, légèrement détachée de sa base, évoque le tombeau ouvert au matin de la Résurrection. Une légère lumière met en relief le blanc de ses parois qui émergent comme au matin de Pâques. Le plateau de l’autel qui évoque la pierre des sacrifices est comme une table qui reçoit le pain et le vin de l’Eucharistie tandis que sur l’ambon est posé le livre de la Parole de Dieu ».

Pour la cathèdre, l’architecte Anne Bernot a opté pour une réalisation très sobre, hormis ses dimensions et la devise de l’évêque qui la surplombe « Que ma joie soit en vous ». Les sièges sont en bois et ils sont fixés à une banquette recouverte de granit.

Cette même artiste est à l’origine de la conception de fonts baptismaux. Le baptistère est disposé dans l’axe de la porte d’entrée de la cathédrale et de l’autel. Il permet le baptême par immersion des petits enfants ainsi que le baptême par aspersion d’enfants, de jeunes et d’adultes.

 

Cet article a été écrit à partir du très bel ouvrage Créteil, la cathédrale déployée. Vous pourrez y découvrir les différentes étapes de la réalisation de cette cathédrale qui marque son temps par son originalité architecturale.

Approfondir votre lecture

  • 17 Novembre 2013 : Messe dominicale, présidée par P. Jacques BADJI, dans l'égl. Saint Jean Baptiste de Sceaux (92) France.

    COVID-19 : Dispositions pratiques en vue de la reprise des célébrations liturgiques

    La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié le 23 mai 2020 par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées. La CEF note :

  • « Pourquoi célébrer en famille la Parole de Dieu ? »

    Célébrer la liturgie de la Parole le dimanche en famille : pourquoi ? Comment ?

    Devant l’impossibilité de se réunir en communauté paroissiale, beaucoup de familles se demandent comment vivre le dimanche de manière qu’il reste le « jour du Seigneur ».
    La messe à la télévision ou par vidéo est une possibilité. Mais cette possibilité présente l’inconvénient de laisser chacun « spectateur », passif devant l’écran. La tradition de l’Église dispose d’autres ressources, telle la célébration de la liturgie de la Parole, que les difficultés actuelles peuvent nous faire redécouvrir pour célébrer activement en famille.

  • « Nous voici dépouillés de ce qui est le cœur de la vie chrétienne, sa source et son sommet : l’eucharistie. »

    En l’absence de rassemblement dominical, garder la communion entre nous !

    Que nous arrive-t-il en ces jours ? Alors que le Carême nous appelle à vivre un certain dépouillement intérieur pour accueillir avec plus de vigueur la vie du Christ, le monde entier se trouve sous la crainte d’un virus qui nous menace. Et nous voici dépouillés de ce qui est le cœur de la vie chrétienne, sa source et son sommet : l’eucharistie. Plus encore, nous sommes privés de communauté, de cette communauté au sein de laquelle le Christ vient, chaque dimanche, nous redire : « La paix soit avec vous », lui qui se fait reconnaître dans la fraction du pain comme Seigneur de nos vies.