Aménagement de l’espace liturgique de la cathédrale de Créteil

Baptistère de la cathédrale Notre-Dame de Créteil

Baptistère de la cathédrale Notre-Dame de Créteil

Par Marie-Pierre Etienney

Le réaménagement de la cathédrale de Créteil a été étudié par une équipe diocésaine accompagnée par le frère Patrick Prétot, rédacteur en chef de la revue La Maison-Dieu et professeur à l’Institut Supérieur de Liturgie.

L’architecture du chœur en forme de courbe dessinée par l’architecte Stoskopf en 1978 s’adapte parfaitement à la courbe de l’ensemble de l’espace. Cette disposition est en accord avec la réforme de la liturgie qui souligne l’importance de la participation active de l’assemblée. Le chœur est mis en valeur par des centaines de plaques de laiton poli fixées sur les poutres formant un arc de lumière qui évoque le lien entre Dieu et les hommes. Le plasticien scénographe Stéphane Durand ainsi que son associée Véronique Folhen en sont à l’origine.

Une croix en bois doré est fixée sur le fond du chœur, en hauteur. « Elle est en relation avec la croix de procession dressée à côté de l’autel et qui porte le Christ crucifié. Ensemble, elles rappellent la mort et la Résurrection du Christ, dont chaque eucharistie fait mémoire. »

Dans le chœur, l’autel et l’ambon, réalisés par le sculpteur Vincent Guiro, ont retrouvé une place centrale. « La forme de l’autel en pyramide inversée, légèrement détachée de sa base, évoque le tombeau ouvert au matin de la Résurrection. Une légère lumière met en relief le blanc de ses parois qui émergent comme au matin de Pâques. Le plateau de l’autel qui évoque la pierre des sacrifices est comme une table qui reçoit le pain et le vin de l’Eucharistie tandis que sur l’ambon est posé le livre de la Parole de Dieu ».

Pour la cathèdre, l’architecte Anne Bernot a opté pour une réalisation très sobre, hormis ses dimensions et la devise de l’évêque qui la surplombe « Que ma joie soit en vous ». Les sièges sont en bois et ils sont fixés à une banquette recouverte de granit.

Cette même artiste est à l’origine de la conception de fonts baptismaux. Le baptistère est disposé dans l’axe de la porte d’entrée de la cathédrale et de l’autel. Il permet le baptême par immersion des petits enfants ainsi que le baptême par aspersion d’enfants, de jeunes et d’adultes.

 

Cet article a été écrit à partir du très bel ouvrage Créteil, la cathédrale déployée. Vous pourrez y découvrir les différentes étapes de la réalisation de cette cathédrale qui marque son temps par son originalité architecturale.

Approfondir votre lecture

  • Messe Laudato Si’ pour la création à la Basilique de Fourvière.

    La liturgie face au défi de la sauvegarde de la Création

    Depuis 2015, chaque 1er septembre, les catholiques sont invités à célébrer une Journée mondiale de prière pour la sauvegarde de la Création. Certaines communautés prolongent par une « Saison de la création » jusqu’au 4 octobre, fête de saint François d’Assise, proclamé en 1979 « patron céleste de ceux qui se préoccupent d’écologie » par Jean-Paul II. Mais au‑delà de ces temps forts annuels, la liturgie elle-même encourage à relever le défi de l’écologie.

  • Champ de pavots au coucher du soleil.

    Laudato Si’, entre désert et jardin : des pistes pour le fleurissement dans la liturgie

    Dans ce texte, Elena Lasida présente l’encyclique « Laudato Si’ » en faisant des liens entre l’encyclique et la mission « Fleurir en liturgie » et suggère des pistes concrètes pour le fleurissement. Il s’agit de la retranscription d’une intervention donnée dans le cadre de la session nationale Fleurir en liturgie sur le thème « L’Alliance, entre désert et jardin » le 21 novembre 2017.

  • vitrail-henri-guérin

    Guide « L’éclairage dans les églises, comment y voir clair ? »

    Une étude du département Art sacré vient d’être réalisée sur la lumière et l’éclairage dans les églises. Fruit d’une réflexion d’experts – historiens de l’art, éclairagistes, liturges et théologiens – elle invite à aborder la question d’un point de vue théologique pour donner des points de repère sur la manière d’éclairer les édifices cultuels.