Se préparer au mariage comme vocation à partir du Rituel

« Chaque mariage est une “histoire de salut” et cela suppose qu'on part d'une fragilité qui, grâce au don de Dieu et à une réponse créative et généreuse, fait progressivement place à une réalité plus solide et plus belle » (Amoris Laetitia n. 221).

« Chaque mariage est une “histoire de salut” et cela suppose qu’on part d’une fragilité qui, grâce au don de Dieu et à une réponse créative et généreuse, fait progressivement place à une réalité plus solide et plus belle » (Amoris Laetitia n. 221).

Dans Amoris Laetitia, son exhortation sur la « joie de l’amour » dans la famille (2016), le pape François consacre plusieurs numéros (nn. 205-216) à la préparation au mariage. Cette préparation est décisive à ses yeux, car elle doit permettre que « les fiancés ne voient pas le mariage comme la fin du parcours, mais qu’ils assument le mariage comme une vocation qui les lance vers l’avant » (n. 211).

Le mariage, une vocation qui lance vers l’avant

Assumer le mariage comme une vocation exige bien sûr que chacun vérifie d’abord son désir de se donner à l’autre « avec la décision ferme et réaliste de traverser ensemble toutes les épreuves et les moments difficiles ». C’est la raison pour laquelle la préparation au mariage doit se présenter comme le moyen privilégié que s’offrent les futurs époux pour engager un dialogue de fond. Il s’agit d’aborder les nombreux thèmes de la vie de couple, et en particulier les fameux « quatre piliers » : liberté, fidélité, indissolubilité, fécondité. Les propositions de l’Église sont multiples : soirées ou sessions avec d’autres couples, rencontres plus personnalisées, souvent complétées par des livres ou des parcours qui permettent aux couples d’approfondir à leur rythme. À titre d’exemple, on peut renvoyer ici au parcours en six étapes mis au point confinement vécu en 2020 par les Centres de préparation au mariage (CPM) pour aider les couples à continuer leur préparation malgré tout, mais le parcours peut servir d’appoint à tous ceux qui voudraient se donner du temps pour dialoguer.

Cependant on ne percevra son mariage comme une vocation qu’en se posant les mêmes questions, mais sur un horizon plus large. Il s’agit de mettre en rapport son projet de couple avec le projet même de Dieu tel que le destin de Jésus le manifeste au plus haut point. On découvre alors un amour libre, fidèle, indestructible et fécond pour l’humanité, dans lequel tout amour humain trouvera une source de grâce pour durer et se renouveler. On reçoit simultanément un appel : l’invitation à devenir partenaires de l’actualisation de cet amour en le reflétant à travers le quotidien du couple pour le bien de tous. Nul doute qu’un tel appel puisse mettre en route le couple en lui désignant un horizon qui l’incite à se dépasser toujours.

Les ressources de la liturgie

Or tout dans la liturgie dessine cet horizon. Ainsi au cours de la célébration du mariage, la Bible sera proclamée pour qu’on puisse l’entendre dans sa profonde actualité. Elle ne cesse de décrire comment Dieu a voulu rencontrer l’humanité pour se lier peu à peu à elle dans une incroyable histoire d’amour qui culmine dans la vie de Jésus et son invitation : « Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres » (Jn 13, 34), dit Jésus. En choisissant les textes qui seront lus et entendus pour leur mariage, chaque couple, en fonction de son histoire et de l’appel qu’il perçoit, recueille le « programme » selon lequel son propre amour devrait refléter celui de Dieu. Se découvrir partenaires d’un amour si immense, s’engager à chercher à y répondre jour après jour, ne peut que dynamiser !

Mais d’autres aspects de la liturgie invitent à entrer dans cette alliance dynamisante. Ainsi lorsqu’on se laisse guider par une des prières d’ouverture proposées par le rituel : « En cet instant où Mathilde et Jean se présentent devant toi, Seigneur, nous te prions : leurs cœurs sont déjà remplis d’amour l’un pour l’autre, mais ils veulent te confier cet amour et te demandent de le consacrer. Sois la source même de la parole qu’ils vont se donner en ta présence et qu’ils auront à garder tout au long de leur vie. Donne-leur d’être fidèles comme tu es fidèle : que leur union s’en trouve toujours affermie. Donne-leur de s’aimer comme tu les aimes : que leur amour en soit toujours nouveau ». Cette prière reconnaît pleinement la valeur de l’amour humain, mais la met en relation avec Dieu, source de l’amour, ouvrant la perspective d’une consécration qui donne à l’amour des époux de pouvoir ressembler à cet amour immense. C’est les rendre capables de marcher vers la sainteté.

Comme l’indique Amoris Laetitia, pour tirer tout le bénéfice de la célébration de leur mariage, il importe donc que les fiancés reçoivent une préparation « les aidant à percevoir et à vivre le sens de chaque geste. Rappelons-nous qu’un engagement, si important comme celui qui exprime le consentement matrimonial, et l’union des corps qui consomme le mariage, lorsqu’il s’agit de deux baptisés, ne peuvent qu’être interprétés comme signes de l’amour du Fils de Dieu fait chair et uni à son Église dans une alliance d’amour » (n. 213). Toute la célébration parle de l’alliance et invite à y participer. En le comprenant, les futurs époux se rendront mieux compte que le sacrement offre bien plus qu’une étape, à ranger dans les bons souvenirs : Dieu y inclut un avenir, prêt à exercer « son influence sur toute la vie matrimoniale, d’une manière permanente » (n° 215). Il serait dommage de se priver d’une telle ressource.

Se préparer en parcourant les étapes de la célébration

Plutôt de d’attendre les dernières semaines pour construire leur célébration, les fiancés gagneraient donc à s’intéresser beaucoup plus tôt à ce que la célébration va leur permettre de vivre : à travers tout un parcours, ils vont y être publiquement appelés à participer à une histoire décisive pour l’humanité, celle de l’actualisation d’un amour libre, fidèle, indestructible et fécond ; ils vont s’entendre répondre qu’ils sont prêts à l’aventure et seront envoyés en mission. Chaque couple gagnera à parcourir et à méditer les différents temps de la célébration.

Pour cela, on peut s’aider d’un ouvrage comme « Préparer et célébrer notre mariage : comprendre et vivre le rituel de l’Église catholique » (Serge Kerrien, Benoît Sévenier, Sophie Gall-Alexeeff, Fabrice Bravard, Monthabor édition / SNPLS, 2016). Ce livret comporte des réflexions et un ensemble de questions simples tout à fait utiles pour un partage tout. On peut télécharger ici quelques exemples de ces questions : « Des questions pour partager en couple autour des étapes du rituel du mariage…

Le diocèse de Créteil a élaboré également toute une série de fiches‑repères sur « Le mariage chrétien à l’heure d’Amoris Laetitia »). Celles-ci se veulent avant tout un outil de formation et d’animation pour aider les équipes de préparation au mariage à accompagner les couples de fiancés. Mais les cinq fiches qui présentent les étapes de la célébration peuvent tout à fait être utiles aux couples eux-mêmes : il leur suffira de se concentrer surtout les deux premières colonnes des fiches en laissant la troisième destinée aux équipes.

La première fiche permet de découvrir comment l’ouverture de la célébration fait résonner une convocation. Car par la célébration de leur mariage, les futurs époux appellent leurs proches à se rassembler autour d’eux pour entendre la Bonne Nouvelle qui leur est adressée et célébrer le mystère de l’amour de Dieu pour les hommes et femmes d’aujourd’hui. Le rite d’ouverture permet de constituer l’assemblée et d’instaurer un climat de recueillement.

La deuxième fiche montre qu’avant d’échanger leur parole, les futurs époux vont écouter l’appel de Dieu à entrer dans son amour. Par l’écoute de la parole de Dieu le couple et l’assemblée s’inscrivent dans une Tradition commune et peuvent ainsi préparer leur cœur avant d’entrer spirituellement dans la célébration du sacrement. La liturgie de la Parole fait comprendre que chaque mariage prend place dans l’histoire du salut de l’humanité et que le Christ vivant est présent dans la vie de ceux qui s’engagent, les appelant à vivre en disciples du Christ et comptant sur eux pour participer à sa mission de répandre l’amour de Dieu dans le monde.

Éclaires par la Parole de Dieu, les fiancés vont ensuite se donner l’un à l’autre pour toujours, en Dieu, par l’échange des consentements et le don des alliances. Le prêtre ou le diacre invoquera le Père afin qu’il donne aux époux son Esprit et sa force pour consacrer leur union et les aider à réaliser leur projet. Cette étape comporte deux temps essentiels. Une troisième fiche présente d’abord le dialogue initial qui reprend « les piliers du mariage ». Une quatrième fiche présente la bénédiction nuptiale.

Les rites d’envoi décrits dans la dernière fiche récapitulent enfin les dons que les époux ont reçus et encouragent les nouveaux mariés à mettre en œuvre les promesses de la célébration de leur mariage. Ils ont reçu la bénédiction, signé les registres. Ils vont remonter l’allée centrale de l’église. Ils seront encouragés sur le parvis par tous pour vivre leur amour dans le monde.

La liturgie n’a de cesse de manifester, comme le dit encore le pape François dans Amoris Laetitia que « chaque mariage est une “histoire de salut” et cela suppose qu’on part d’une fragilité qui, grâce au don de Dieu et à une réponse créative et généreuse, fait progressivement place à une réalité plus solide et plus belle » (n. 221). Bonne préparation, rituel en mains !

L’équipe SNPLS

Pour aller plus loin :

  • mariage, signature des registres

    Se « donne »-t-on vraiment le sacrement du mariage ?

    Il fut un temps où l’on trouvait fréquemment sur les faire-part de mariage : « Adélie et Ulysse se donneront le sacrement de mariage. » L’expression est moins fréquente aujourd’hui, et le Rituel du mariage actuel, qui date de 2005, y est sans doute pour quelque chose. A en considérer la structure et les acteurs, on peut comprendre pourquoi.

  • mariés de dos devant l'autel

    Approfondir le sens du mariage par la liturgie

    Les équipes de préparation au mariage connaissent bien les « quatre piliers » du mariage chrétien : liberté, fidélité, indissolubilité, fécondité. Ce carré magique a l'avantage de résumer la conception catholique du mariage. Mais il est source de malentendus dans la mentalité moderne où droits et devoirs sont issus d'un contrat social visant le bonheur maximal entre individus libres et égaux.

Approfondir votre lecture

  • « Il ne s’agit pas tant d’enseigner que d’accompagner des étapes vers la rencontre de Dieu [...] »

    Le rituel : une pédagogie au service de la pastorale du mariage

    Les réflexions qui suivent ont été souvent partagées dans le contexte de formations destinées aux équipes de préparation au mariage. On n’y trouvera aucun remède miracle aux difficultés liées aux demandes. Sans prétendre tout dire, elles veulent esquisser un chemin possible parmi d’autres, un chemin dont la visée est clairement initiatique, un chemin où l’on prend par la main les futurs mariés en abordant la liturgie comme source de la vie chrétienne.

  • 17 Novembre 2013 : Messe dominicale, présidée par P. Jacques BADJI, dans l'égl. Saint Jean Baptiste de Sceaux (92) France.

    COVID-19 : Dispositions pratiques en vue de la reprise des célébrations liturgiques

    24 mai 2020 – La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié le 23 mai 2020 par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées. La CEF note :

  • 30 septembre 2017 : Bénédiction de jeunes mariés en l'église Saint-Ambroise. Paris (75), France.

    Le sacrement du mariage tel que la célébration en parle !

    La théologie du mariage est sans-doute l’une des plus complexes en sacramentaire Cet article fait le choix de l’aborder en analysant l’itinéraire très éloquent que propose la célébration du mariage, telle que le rituel la présente. Les différents rites et les prières, mis en lien avec les Préliminaires, peuvent en effet constituer un lieu catéchétique majeur pour appréhender la sacramentalité du mariage.