COVID-19 : Note sur la célébration des funérailles en France

7 octobre 2015 : Messe de funérailles. Egl. Saint-Jean-de-Montmartre. Paris (75) France.

7 octobre 2015 : Messe de funérailles. Egl. Saint-Jean-de-Montmartre. Paris (75) France.

Le Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) publie cette note afin de répondre aux questions sur la célébration des funérailles dans le contexte actuel de crise sanitaire en raison de l’épidémie du coronavirus COVID-19 qui se répand sur l’ensemble du territoire français.

La visite aux personnes âgées et aux familles en deuil peut se faire, mais sans contact, si possible à bonne distance. Pour cela, le prêtre ou le diacre doit se munir de la déclaration nécessaire « attestation de déplacement dérogatoire ».

Pour le moment, les obsèques peuvent être célébrées dans les églises. L’assemblée devra être inférieure à 20 personnes, qui devront se répartir dans l’ensemble de l’église.

Il faut reporter la célébration eucharistique à des temps meilleurs. Seul celui qui préside bénit le corps avec l’eau bénite ; les autres s’approchent et s’inclinent sans toucher le cercueil et font le signe de croix sur eux-mêmes.

Il convient que les prêtres et les diacres remplacent pour présider les obsèques les laïcs de plus de 70 ans afin de protéger ces derniers.

Selon le message de Mgr Eric de Moulins-Beaufort, Président de la Conférence des évêques de France, aux évêques de France, publié le 17 mars 2020 sur eglise.catholique.fr

Pour aller plus loin

L'Eglise, par delà le confinement

2

Agenda du mois

01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30

Tous les dossiers

Approfondir votre lecture

  • Cimetière de village.

    Faire mémoire des fidèles défunts, après le COVID-19

    La crise sanitaire que nous traversons privent souvent les familles et les proches d’un défunt de l’accompagner pleinement jusqu’à son inhumation. Et même si les églises continuent à accueillir pour les obsèques, l’impossibilité pratique pour beaucoup de s’y rendre pour la célébration d’adieu ou la réduction à un nombre restreint de participants entraînent des souffrances, puisqu’une étape importante du processus de deuil ne peut se déployer normalement. Cette situation va durer.

  • 29 juillet 2019 : Chemin de croix dans l'église Notre-Dame du Raincy (Notre-Dame-de-la-Consolation) a été construite en 1922-1923 par les architectes français Auguste et Gustave PERRET.

    Chemin de croix pour les premiers jours saints

    Depuis toujours les chrétiens célèbrent la mémoire de la passion et de la résurrection du Christ dans l’attente de sa venue définitive. Tout particulièrement, durant le temps du Carême, la méditation du Chemin de croix continue d’ancrer notre prière dans cet événement fondateur. Cet ancrage aide à rendre grâce et intercéder pour le salut du monde, en toutes circonstances.

  • Cierge allumé pour la Vigile pascale : Bénis le Seigneur, ô mon âme ;
Seigneur mon Dieu, tu es si grand !
Revêtu de magnificence,
tu as pour manteau la lumière ! Ps 103 (104)

    Carême et liturgie, un même défi : le Mystère pascal au centre de nos vies !

    Dans son message pour le Carême 2020, le pape François invitait à accueillir l’appel à nous laisser réconcilier avec Dieu (2 Co 5, 20) en fixant davantage « le regard du cœur sur le Mystère pascal ». Remettre au centre le Mystère pascal permet en effet d’entrer dans « un dialogue ouvert et sincère avec Dieu ». Et selon le Pape, grâce à ce dialogue, il devient alors plus facile aux disciples que nous sommes de devenir « sel de la terre et lumière du monde » (Mt 5, 13‑14). Or l’invitation vaut bien au-delà du Carême.