Fleurir le Temps ordinaire

23 avril 2011: Décoration du cierge pascal, paroisse St Ambroise, Paris (75), France. April 23, 2011: Preparation of Easter Vigil, parish Saint Ambroise, Paris (75), France.

23 avril 2011: Décoration du cierge pascal, paroisse St Ambroise, Paris (75), France.April 23, 2011: Preparation of Easter Vigil, parish Saint Ambroise, Paris (75), France.

Par Marie Nathanaël Gagelin et Christiane Chaylard

Entre le Baptême de Jésus et le mercredi des Cendres, puis entre la Pentecôte et l’Avent, se déploient deux périodes que l’Eglise appelle « le temps ordinaire ». Qu’est-ce à dire et comment fleurir la liturgie pendant ce temps ?

Si l’on regarde dans le dictionnaire, nous voyons : « Qui est dans l’ordre commun, habituel » – « qui a coutume d’être, de se faire, d’arriver. » Dans l’évangile de saint Jean au chapitre 21, nous voyons les disciples partir à la pêche … Jésus n’est plus là, il est élevé dans la gloire et sa présence dans leur vie quotidienne, dans leur vie ordinaire, se fait d’une manière nouvelle. Avec la fête de la Pentecôte s’achève le temps pascal, les 50 jours qui font comme une seule fête, une seule « grande semaine ». Commence le temps d’une nouvelle présence du Christ, nous entrons dans ce que l’Église appelle « le temps ordinaire », c’est le temps de l’Église, et nous y sommes !

Pour nos compositions florales, le temps ordinaire n’est pas synonyme de laisser-aller, loin de là ! Il invite à la beauté, la simplicité, la sobriété.

Il convient d’abandonner le fleurissement du cierge pascal – qui lui, est désormais placé près des fonts baptismaux – pour privilégier le fleurissement de l’autel, parfois de l’ambon. Un bouquet d’accueil, là où cela est possible, sera toujours apprécié : il indique que l’on est attendu et que quelque chose va se passer. Il peut, parfois, donner de l’éclat à une fête particulière. Situé en dehors de l’espace de célébration, il n’est pas à proprement parler un bouquet « liturgique », mais il est important.

Les fleurs et les feuillages que donne la nature en cette saison conviendront bien au fleurissement : pivoines, pied d’alouette, marguerites, roses, lys, etc. Cette attention à la nature permet de ne pas oublier les « accords » ! Accord avec la liturgie, accord avec les saisons, accord avec le lieu.

Il est bon de ne pas oublier que chaque eucharistie est célébration du mystère pascal. Cet axe primordial de la liturgie se retrouve dans les compositions ; non pour que les bouquets commentent l’évangile, mais pour se laisser transformer pas la Parole qui peu à peu ouvrira les « fleuristes » au sens de ce qui nécessaire pour servir la liturgie. Les fleurs sont là pour dire la bonté de Dieu, et, rendant grâce au créateur par leur beauté naturelle, elles permettent à l’assemblée d’entrer dans la prière. Les fleurs offertes en bouquet d’action de grâce ne doivent pas avoir plus d’importance qu’il ne faut. Elles ont une juste place et juste la place qui leur revient.

Le service des fleurs est un humble service. Sans fleurs, il manque quelque chose. Avec trop de fleurs ou trop d’explications, on étouffe quelque chose. « L’humble serviteur a la plus belle place, servir Dieu rend l’homme libre comme lui » chante une belle hymne de Didier Rimaud que tout « fleuriste » de la liturgie pourrait méditer dans ce beau temps ordinaire.

Sur le même thème

  • 29 novembre 2015 : Voyage apostolique du pape François en Afrique. Le pape François ouvre la porte sainte de la cathédrale de Bangui, dans un geste solennel pour la paix en Centrafrique et quelques jours avant l'ouverture du Jubilé de la Miséricorde. Bangui, République Centrafricaine.

    Fleurir l’accueil

    Franchir la porte, dit Bénédicte Bouley dans le n°370 de la revue Célébrer, est un appel à la vie, « la porte délimite deux espaces : l’un connu, visible, l’autre chargé du mystère de l’inconnu, de l’invisible, elle sous entend l’accueil, l’hospitalité ». Dans le même numéro Bernard Châtaignier sous le titre « l’architecture de l’église » nous dit : « chaque lieu est plus qu’un moment et peut être considéré comme une étape, un événement ». Nous y voilà, nous les fleuristes !

  • Fleurir en automne

    Fleurir en automne

    L’automne c’est le temps des feuilles qui sèchent et tombent en tourbillonnant, des châtaignes qui se fendent sous les pas. Pommes et poires sont à la fête, les noix, les figues et surtout le raisin abondent sur les marchés. Festival de rouge, de brun, c’est le temps des champignons et des odeurs d’humus. Les couleurs de l’été cèdent la place aux rouilles, orange, brun, or. Les tons dorés et chauds prennent la place des brillantes couleurs de l’été.

  • Dahlias blancs et branches de pyracantha dans un composition florale pour la Toussaint.

    Fleurir pour la liturgie de la Toussaint

    Au début de l’automne, la nature se pare de nouvelles couleurs qui peuvent être employées pour les compositions florales de la liturgie de la fête de la Toussaint, le 1er novembre.