Aide-mémoire pour célébrer la messe à partir de la PGMR

Le CNPL (Centre national de Pastorale Liturgique) a publié en 2003 un guide pastoral sur l’art de célébrer, et l’a complété par un « aide-mémoire des animateurs ». En l’actualisant un peu, cet aide-mémoire (CNPL, L’art de célébrer, tome 2, Aide‑mémoire des animateurs, Cerf, collection « Guides Célébrer » 10) fournit toujours des repères précieux pour la préparation ou la réalisation de la célébration, en prenant appui sur la Présentation générale du missel romain (PGMR) et sur l’expérience dans la recherche d’un art de célébrer. Visant surtout la célébration de la messe, cet ouvrage aidera aussi à ajuster son art de célébrer pour d’autres liturgies.

Par commodité, on présentera ici chaque mois les chapitres – légèrement actualisés – correspondant à UN des temps de la célébration (le mois suivant, ceux d’une autre partie etc…). On veillera cependant à ne pas oublier que ces différents temps s’articulent au service d’une dynamique d’ensemble.

Cet été : La liturgie Eucharistique

(Il s’agit ici de la troisième partie de l’ouvrage, qui fait suite aux Rites d’ouverture et à la Liturgie de la Parole)

16. LE MEMORIAL

  • Programme : « À la dernière  Cène,  le Christ  a institué le sacrifice et le banquet  pascal par lequel le sacrifice de la croix est sans cesse rendu présent dans l’Église lorsque le prêtre, représentant  le Christ  Seigneur,  accomplit  cela même que le Seigneur  lui-même  a fait et qu’il  a transmis  à ses disciples  pour qu’ils  le fassent en mémoire  de lui. » (PGMR n°  48)
  • Points d’attention : consulter le PDF

17. LA PREPARATION DES DONS

  • Programme : « Au commencement de la liturgie eucharistique, on apporte à l’autel les dons qui deviendront le Corps et le Sang du Christ. D’abord  on prépare  l’autel,  ou table  du Seigneur,  qui  est le centre  de toute la liturgie  eucharistique, en y plaçant  le corporal,  le purificatoire, le missel et le calice,  à moins que celui-ci  ne soit préparé à la crédence. Puis on  apporte  les offrandes : c’est un  usage  à recommander que  de faire présenter le pain et le vin par les fidèles ; le prêtre ou le diacre reçoit ces offrandes à un endroit favorable, pour les déposer sur l’autel. Même si les fidèles n’apportent  plus,  comme  autrefois,  du pain  et du vin de chez eux, ce rite de l’apport  des dons garde sa valeur et sa signification spirituelle. De l’argent, ou d’autres dons au profit des pauvres ou de l’Église, peuvent être apportés par les fidèles ou recueillis  dans l’église ; on les dépose à un  endroit  approprié  hors  de  la  table  eucharistique. » (PGMR n° 73)
  • Points d’attention : consulter le PDF

18. LA PRIERE EUCHARISTIQUE

  • Programme : « C’est  maintenant que commence  ce qui est le centre et le sommet de toute la célébration  : la Prière eucharistique, prière d’action  de grâce et de  sanctification. Le prêtre  invite  le  peuple  à élever  les  cœurs  vers le Seigneur dans la prière et l’action  de grâce, et il se l’associe dans la prière qu’il adresse à Dieu le père par Jésus Christ dans l’Esprit Saint, au nom de toute la communauté.  Le sens de cette  prière  est que  toute  l’assemblée  des fidèles s’unisse au Christ dans la confession des hauts faits de Dieu et dans l’offrande  du  sacrifice. » (PGMR n° 78)
  • Points d’attention : consulter le PDF

19. LA PREFACE

  • Programme : « On peut distinguer  comme suit les principaux  éléments qui forment la prière eucharistique :
    a) L’action de grâce (qui  s’exprime  surtout  dans la préface) : le prêtre, au nom  de tout le peuple  saint,  glorifie  Dieu  le Père et lui  rend grâce pour toute l’œuvre  de salut ou pour un de ses aspects particuliers, selon la diversité des jours, des fêtes ou des temps.

b) L’acclamation : toute l’assemblée, s’unissant  aux  puissances d’en haut, chante le Sanctus. Cette  acclamation, qui fait partie de la prière eucharistique, est prononcée par tout le peuple avec le prêtre (…) » (PGMR, n° 79)

20. L’EPICLESE

  • Programme : « L’épiclèse : par des invocations particulières,  l’Église  implore  la puis- sance de l’Esprit-Saint,  pour que les dons offerts par les hommes soient consacrés, c’est-à-dire  deviennent  le Corps  et le Sang  du  Christ,  et pour  que  la victime  sans tache,  qui sera reçue dans la communion, profite au salut de ceux  qui  vont  y participer. » (PGMR n° 79)
  • Points d’attention : consulter le PDF

21. LE RECIT DE L’INSTITUTION

  • Programme : « Le récit de l’Institution et la consécration : par les paroles et les actions du Christ  s’accomplit le sacrifice  que  le Christ  lui-même a institué à la dernière Cène  lorsqu’il  offrit son Corps et son Sang sous les espèces du pain et du vin, les donna  à manger  et à boire aux Apôtres et leur laissa l’ordre de perpétuer  ce mystère. » (PGMR n° 79)
  • Points d’attention : consulter le PDF

22. L’ANAMNESE

  • Programme : « L’anamnèse  : en  accomplissant l’ordre  qu’elle  a  reçu  du  Christ Seigneur par l’intermédiaire des Apôtres,  l’Église  fait mémoire  du Christ  lui-même, en célébrant principalement le mémorial de sa passion bienheureuse, de sa glorieuse résurrection et son ascension  dans le ciel. L’offrande : au cœur  de cette mémoire,  l’Église surtout  celle  qui  est actuellement ici rassemblée,  offre au Père, dans le Saint-Esprit,  la victime sans tache… » (PGMR n° 79)
  • Points d’attention : consulter le PDF

23. L’OFFRANDE

  • Programme : « L’offrande : au cœur de cette mémoire,  l’Église, et surtout celle qui est actuellement ici rassemblée,  offre au Père, dans le Saint-Esprit,  la victime sans tache. L’Église veut que les fidèles non seulement  offrent cette victime  sans tache,  mais encore qu’ils  apprennent à s’offrir eux-mêmes  et soient  parfaitement réunis,  de jour  en jour,  par la médiation du Christ,  dans l’unité  avec Dieu et entre eux, pour qu’à la fin Dieu soit tout en tous. » (Présentation générale du Missel romain, PGMR n° 79)
  • Points d’attention : consulter le PDF

24. LES INTERCESSIONS

  • Programme : « Les intercessions : on y exprime que l’eucharistie est célébrée en union avec toute l’Église, celle du ciel comme celle de la terre, et que l’offrande est faite pour elle et pour tous ses membres vivants et morts, qui ont été appelés à participer à la rédemption et au salut qui lui ont été obtenus par le Corps et le Sang du Christ. » (PGMR n° 79)« Dans la célébration  de la messe, les fidèles constituent le peuple saint, le peuple acquis par Dieu et le sacerdoce royal, pour rendre grâce à Dieu et pour offrir la victime  sans tache ; l’offrir non seulement par les mains  du  prêtre,  mais  l’offrir  avec  lui  et apprendre  à s’offrir eux-mêmes. Ils s’efforceront de le manifester par un profond sens religieux et par leur charité envers les frères qui participent  à la même célébration. » (PGMR, n° 95)
  • Points d’attention : consulter le PDF

25. LA DOXOLOGIE

  • Programme : « La doxologie  finale : elle exprime la glorification de Dieu, elle est ratifiée  et conclue  par  l’acclamation du  peuple. » (PGMR n° 95)
  • Points d’attention : consulter le PDF

26. LA CONCELEBRATION

  • Programme : « La concélébration qui manifeste  heureusement l’unité  du sacerdoce et du sacrifice, ainsi que l’unité  du peuple de Dieu tout entier, est prescrite par le rite lui-même : à l’ordination d’un  évêque  ou à celle de  prêtres, à la messe pour la bénédiction d’un abbé, à la messe chrismale.En outre,  elle  est recommandée, à moins  que  l’utilité   des  fidèles  ne requière  ou ne suggère de faire autrement.  » (PGMR n° 199)
  • Points d’attention : consulter le PDF

L’art de célébrer, tome 2, Aide‑mémoire des animateurs, Cerf, collection « Guides Célébrer » 10.

Dans la même collection

  • L’art de célébrer, un art de l’ajustement

    Voici quelques extraits de L’art de célébrer, tome 1 (Cerf, collection « Guides Célébrer » 9) choisis pour aider les acteurs de la liturgie à adapter les célébrations à la nouvelle traduction du Missel romain.

  • Guide pastoral L’art de Célébrer, tome I

    La liturgie est une action, qu'elle soit geste, déplacement, musique ou parole. Et comme toute action, elle demande un «art de faire». La liturgie est un acte de communication, entre des frères et sœurs rassemblés en Église, et avec le Seigneur lui-même qui les convoque et vient à leur rencontre. Et pour que la communication s'opère bien, elle demande à être soignée et signifiante.

  • Présentation Générale du Missel Romain : l’art de célébrer la messe

    La mise en œuvre de la réforme liturgique programmée à Vatican II a conduit en 1970 à une nouvelle édition typique du Missel romain. La PGMR est une présentation qui donne le sens de la liturgie célébrée avec le Missel Romain.