Messe

Du latin missa : «action de laisser aller» , « renvoi » (de mittere : « envoyer », « renvoyer »), « congé ». La missa signifie l’acte de congédier les fidèles au terme de la liturgie eucharistique ; la for­mule Ite, missa est veut dire : « Allez, le congé vous est donné ». A la fin de la liturgie de la Parole, les catéchumènes étaient jadis renvoyés par une missa : non encore baptisés, ils n’étaient pas admis au sacrifice eucharistique et on les congédiait après l’homé­lie.

A partir du IVe siècle, le mot missa vint à désigner, non le simple renvoi, mais tout l’office qui le précède : c’est ainsi que la liturgie de la Parole est devenue la « messe » des catéchumènes, et que l’ensemble de la liturgie eucharistique est devenue la « messe ». Ce dernier sens s’est imposé en Occident à partir du VIe siècle. L’appellation originelle de la célébration de la messe est : « Repas du Seigneur » (1 Co 11, 20.33), « Fraction du pain » (Ac 2, 42.46 ; 20, 7), « Eucharistie ». Les Orientaux parlent de la “Liturgie”, là où nous parlons de la « messe ».

Tandis que le mot « Eucharistie » signifie surtout le mystère célébré, en sa plus grande profondeur, le mot « messe » désigne plutôt l’ensemble des rites par lesquels on le célèbre. Il n’y a qu’une Eucharistie, mais il existe de nombreuses façons de célébrer la messe, dans l’espace et dans le temps, suivant les familles liturgiques : messe romaine, messe gallicane, messe ambrosienne, messe domi­nicaine, etc. (voir Liturgies).

L’Eucharistie n’est pas susceptible de changement, car son mystère est d’institution divine, mais l’Ordo missae, ou manière de célébrer la messe, est réformable. Les rites essentiels de la messe romaine actuelle (Ordo missae de Paul VI) sont les suivants :

chant d’entrée (voir Introït), salut du célébrant, acte pénitentiel, Kyrie, Gloria, Collecte, première lecture (Ancien Testament), Psaume ou Graduel, deuxième lec­ture (le plus souvent empruntée à saint Paul), Alleluia, évangile, homélie, Credo, Prière universelle, préparation des dons, Prière sur les offrandes, Prière Eucharistique, Pater et son embolisme, prière et rite de la paix, fraction du pain, communion, Prière après la communion, bénédiction et Renvoi de l’assemblée.

Cette liste vaut pour les dimanches, les Solennités et les Fêtes ; les messes des Mémoires et des Féries omettent le Gloria et le Credo ; elles n’ont qu’une lecture (Ancien Testament ou Nouveau Testament) avant l’évangile. Voir Missel. Pour les messes votives, voir Votif.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • 10 mars 2020 : Dans le cadre des mesures prises contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, le pape François célébre la messe quotidienne, seul, sans fidèles, dans la chapelle de la résidence Sainte Marthe au Vatican.

    La messe TV ou sur le Web, un exercice de communion !

    La maladie, l’âge, la distance ou des circonstances exceptionnelles privent souvent les chrétiens de la messe dominicale. Les alternatives radiophoniques, télévisuelles ou sur le Web existent tout au long de l’année et se multiplient en ce moment de confinement généralisé. Mais l’écran risque de laisser passifs, alors que la Constitution sur la Liturgie du Concile Vatican II a tenu à rappeler un principe fort : on n’assiste pas à la messe comme des spectateurs, mais on participe ensemble à l’action par laquelle, mystérieusement mais réellement, le Christ rejoint chacun et forme son corps qu’est l’Église.

  • « Nous voici dépouillés de ce qui est le cœur de la vie chrétienne, sa source et son sommet : l’eucharistie. »

    En l’absence de rassemblement dominical, garder la communion entre nous !

    Que nous arrive-t-il en ces jours ? Alors que le Carême nous appelle à vivre un certain dépouillement intérieur pour accueillir avec plus de vigueur la vie du Christ, le monde entier se trouve sous la crainte d’un virus qui nous menace. Et nous voici dépouillés de ce qui est le cœur de la vie chrétienne, sa source et son sommet : l’eucharistie. Plus encore, nous sommes privés de communauté, de cette communauté au sein de laquelle le Christ vient, chaque dimanche, nous redire : « La paix soit avec vous », lui qui se fait reconnaître dans la fraction du pain comme Seigneur de nos vies.

  • 30 mars 2008: 26èmes assises nationales des EDC (Entrepreneurs et dirigeants chrétiens) sur le thème "Diriger et Servir", Marseille (13), France.

    Quelques gestes de la liturgie

    Dans la célébration liturgique, toute la personne est engagée et les gestes qu’elle pose revêtent autant d’importance que les mots, les chants, les silences. C’est un ensemble d’éléments variés qui fait accéder au mystère et entrer en relation avec Dieu.

  • Célébration communion

    Catéchèse mystagogique pour la première des communions

    En cette période de l’année où est encore majoritairement célébrée la « première des communions » des enfants – mais aussi celle des jeunes et des adultes – nous vous proposons des points d’appuis pour intégrer une catéchèse mystagogique dans le cadre de la célébration de ce sacrement.

  • 27 novembre 2016 : Célébration de la messe dominicale, 1er dimanche de l'Avent. Prêtre entouré des servants de messe. Paroisse Saint-Ambroise, Paris (75), France.

    Vivre l’Eucharistie comme servant d’autel

    Rassemblés pour célébrer : Les servants d’autel sont membres de l’assemblée même s’ils sont placés dans le sanctuaire de l’église. Les servants d’autel ont une fonction spéciale à jouer dans les célébrations liturgiques. Les servants d’autel participent activement à la prière de l’assemblée puisqu’ils en font partie : chants, prières communes, attitudes physiques.