En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité, comment ?

cathopic_1539284915890138

Le contexte épidémique et les dispositions sanitaires visant à limiter sa propagation ont des conséquences sur les dispositifs pastoraux qui concernent l’assemblée dominicale, la célébration de l’eucharistie et l’accès à la communion. Face à l’absence de rassemblements communautaires, diverses propositions permettront aux fidèles de célébrer la mort et la résurrection du Seigneur, que ce soit à domicile ou dans leur église paroissiale, durant cette nouvelle période de confinement, et dans l’attente de la possibilité de rassembler les fidèles plus largement dans les semaines à venir. Les suggestions qui suivent ne visent donc pas seulement la période actuelle du confinement. Il est probable en effet qu’en raison des conditions sanitaires, un nombre conséquent de fidèles sera empêché durablement de rejoindre de manière habituelle l’assemblée dominicale : personnes malades ou à risque, personnels soignants, et en fonction de la limite imposée du nombre de participants.

Quelles que soient les possibilités choisies, il faudra toujours veiller à ne pas créer une assemblée de fait dans l’église, pour rester dans le cadre d’un accueil individuel. À titre d’exemple, pour ceux qui choisiront de proposer la communion en dehors de la messe, il sera nécessaire que le temps prévu de méditation de la Parole soit vécu individuellement par chacun à l’aide d’un feuillet support, avant la rencontre avec le prêtre. Une certaine sobriété dans les initiatives doit manifester leur portée ecclésiale, l’attente du rassemblement effectif de la communauté et le souci de l’évangélisation comme du service des pauvres.

Voici quelques éléments de discernement qui seront à apprécier selon les situations et les orientations en vigueur dans les diocèses et leurs pratiques pastorales, afin d’évaluer la meilleure façon d’assurer le lien des fidèles à l’Eucharistie.

Ces propositions prennent appui, entre autres, sur le Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe (REM), AELF 1996, 2e éd., sur le Livre des Bénédictions – Rituel Romain, AELF 1995, 2e éd., et le Directoire pour la piété populaire et la liturgie, 2001.

1 – Ouverture des églises et dévotions populaires

Parce que les églises restent ouvertes, les fidèles sont encouragés à y passer pour un bref temps de prière personnelle, dans le cadre de la sortie d’une heure pour motif de promenade. Si les prêtres sont encouragés à s’y tenir largement, pour offrir notamment accueil, écoute et possibilité de recevoir le sacrement de la pénitence et de la réconciliation, il faudra veiller à proposer des moyens (feuillet ou livret de prière individuel) afin de permettre une prière chrétienne enracinée dans la méditation des Écritures. Un certain nombre de dévotions populaires le permettront également comme la prière du chapelet et du rosaire.

Des parcours individuels pourront être proposés afin de permettre la contemplation d’une œuvre d’art sacré (tableau, sculpture, fresque, vitrail…) en lien avec un passage de l’Écriture sainte.

2 – Le culte eucharistique en dehors de la messe

S’il peut être envisagé de célébrer la messe au domicile des familles, plusieurs points de vigilance demandent à être considérés : une prudence théologique concernant la privatisation des messes, le souci d’équité entre les fidèles et l’affaiblissement de la dimension ecclésiale de sa célébration[1] ; une vigilance sanitaire, afin que le ministre, allant de maison en maison, ne soit pas un facteur aggravant ou accélérateur de la circulation du virus ; un rappel canonique qu’un prêtre ne peut célébrer la messe qu’une fois par jour à moins que son ordinaire ne lève la limite, ainsi qu’une célébration dans un lieu digne[2]. Plusieurs propositions peuvent répondre à la demande eucharistique des fidèles, sans se focaliser sur une seule pratique au détriment des autres.

Durant le temps de l’épidémie, les ministres ordonnés et les ministres extraordinaires de la communion auront le souci de veiller aux personnes âgées comme aux malades et, tout particulièrement, aux personnes qui vont quitter cette vie. Ils pourront se reporter au Chapitre II du Rituel de l’eucharistie en dehors de la messe, « La communion et le viatique portés aux malades par un ministre extraordinaire », qui offre une aide précieuse pour exercer cette mission.

Si elle peut être proposée afin de maintenir un lien avec le sacrement de l’Eucharistie, les fidèles « doivent se rappeler que cette présence dérive du sacrifice et tend à la communion sacramentelle en même temps que spirituelle » (REM n. 80). Les notes pastorales, qui déploient les conditions et modalités d’exposition du Saint Sacrement, attirent l’attention sur la relation qui l’unit à la messe et qui peut se manifester de diverses manières : chants accompagnant l’exposition et la reposition, prières et lectures tirées de la Sainte Écriture, silence sacré. Il est également possible de prier une heure principale de la liturgie des heures.

Durant le confinement actuel, un rite bref (REM nn. 42ss) peut être employé puisque le nombre de communiants ne permet pas une célébration communautaire. En conséquence, il est possible de proposer aux fidèles ce rite préparatoire avant la distribution de la communion. On veillera préalablement à rendre possible la célébration de la Parole de Dieu à domicile (ou individuellement sur place) avec les textes liturgiques du dimanche et/ou la participation à une retransmission télévisuelle en direct de la messe paroissiale ou non.

La réception de la communion en dehors de la messe devra se faire à heures fixes et en présence d’un ministre dûment mandaté par l’autorité compétente. Elle ne doit pas se faire au détriment de la communion portée aux malades et aux mourants.

3 – Liturgies domestiques

Le temps du confinement a offert à beaucoup de fidèles de faire l’expérience de la prière personnelle ou familiale au travers de liturgies domestiques, véritables célébrations de la Parole de Dieu. On veillera à ce que ces célébrations manifestent toujours l’accueil de la Parole de Dieu, qui fait naître une authentique action de grâce et une véritable intercession en s’appuyant sur les textes du dimanche. Ainsi sera manifesté le lien eucharistique de toute célébration liturgique.

4 – Célébration de la Liturgie des Heures

Certains fidèles ont découvert également la joie et la beauté de la sanctification du temps, au travers de la célébration de la Liturgie des Heures. Comme le rappelle la Présentation Générale de la Liturgie des Heures n°12, elle constitue avec la célébration de l’Eucharistie, un diptyque de la prière chrétienne. On veillera donc à la proposer de manière renouvelée comme une source et un modèle de prière chrétienne.

[1] Cf. Sacrosanctum concilium 41 & 42.

[2] Cf. Code de droit canonique nn. 905 & 932.

SNPLS, 19/11/2020

Retrouvez une mise en perspective de ce même thème dans l’article suivant :

  • cathopic_1539178935365358

    En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité

    Face aux multiples difficultés engendrées par la pandémie, qui obligent à repenser les liens sociaux et les modes d’expression de la fraternité humaine, le pape François invite à ne pas dissocier la manière de vivre sa foi dans une vie liturgique et la façon de la vivre dans une charité active. (...)

Approfondir votre lecture

  • cathopic_1539178935365358

    En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité

    Face aux multiples difficultés engendrées par la pandémie, qui obligent à repenser les liens sociaux et les modes d’expression de la fraternité humaine, le pape François invite à ne pas dissocier la manière de vivre sa foi dans une vie liturgique et la façon de la vivre dans une charité active. (…)

  • Les Pèlerins d'Emmaüs, Duccio di Buoninsegna.

    Liturgies domestiques, chemins vers l’Eucharistie

    Les temps du confinement privent les communautés chrétiennes de la célébration de l’Eucharistie. Comment, dès-lors, vivre cette privation dans une prière qui mette chacun en attente de l’Eucharistie et entretienne le désir ? Les liturgies domestiques peuvent nourrir attente et désir à la manière dont le Seigneur (…)

  • Covid-19, funérailles à Paris (75), France.

    Obsèques religieuses selon le décret du 29 octobre 2020

    10 novembre 2020 – L’article 47 du Décret n° 2020-1310 du 29 octobre 2020 prescrivant les mesures générales nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire porte sur les lieux de culte. Quelles précisions en déduire sur les obsèques ?