Faire mémoire des fidèles défunts, après le COVID-19

Cimetière de village.

Cimetière de village.

La crise sanitaire que nous traversons prive souvent les familles et les proches d’un défunt de l’accompagner pleinement jusqu’à son inhumation. Et même si les églises continuent à accueillir pour les obsèques, l’impossibilité pratique pour beaucoup de s’y rendre pour la célébration d’adieu ou la réduction à un nombre restreint de participants entraînent des souffrances, puisqu’une étape importante du processus de deuil ne peut se déployer normalement. Cette situation va durer.

Les communautés chrétiennes font déjà le maximum pour accompagner les familles dans les conditions de la pandémie. Mais elles vont devoir aussi apporter consolation à tous ces vivants blessés parce qu’ils n’auront pas pu entamer suffisamment un vrai processus de deuil.

Deux pistes parmi d’autres peuvent d’ores et déjà être réfléchies pour répondre plus tard au besoin des familles de faire mémoire de leurs défunts :

  • La première consisterait, si la famille le demande, à célébrer, à l’église, une messe en commémoration du fidèle défunt permettant de rassembler les proches.
  • La seconde serait de proposer à la sortie du confinement une célébration communautaire en mémoire de tous les défunts, comme l’Eglise le fait le 2 novembre.

Dans les deux cas, on pourrait suggérer aux familles d’aller vivre ensuite un temps de prière au cimetière, soit juste à l’issue de la célébration à l’église, soit à un autre moment préférable pour elles. Selon les habitudes locales, les équipes de funérailles proposeront de les accompagner ou pas. Quoiqu’il en soit, elles remettront aux familles un feuillet avec des suggestions pratiques pour les aider à se recueillir et à prier au lieu où repose le défunt. Vous trouverez les éléments pour préparer ce feuillet dans Prières pour les défunts à la maison et au cimetière. Rituel des funérailles II ou Dans l’espérance chrétienne). Il serait bon que ce temps de prière comporte la dépose d’une lumière remise au nom de la communauté chrétienne.

Il est à noter que ces deux propositions ne sont pas à opposer. Elles sont complémentaires et permettent à la communauté chrétienne d’exprimer sa solidarité avec les familles en deuil et de rappeler sa foi en la résurrection et à la vie éternelle.

Les paroisses et les équipes bénévoles au service des funérailles, en première ligne pour l’accompagnement des familles, sauront bien sûr adapter ces pistes aux situations particulières.

L’équipe du SNPLS, le 31 mars 2020

Pour une paroisse, si elle veut célébrer en mémoire de tous les défunts de la communauté :

Pour la famille endeuillée et les proches du défunt :

Guide pour prier au cimetière après la célébration :

Poursuivre votre lecture

  • « Que Dieu, le Père plein de tendresse,
le Dieu de qui vient tout réconfort,
nous apporte la consolation. »

    Deuil et après-confinement : célébrer l’eucharistie en mémoire des défunts

    Les familles en deuil ont célébré les funérailles d’un proche à l’église au cours du confinement en l’absence des membres de plus de 70 ans, leurs amis et de la communauté paroissiale. Dans certaines situations, la célébration à l’église n’a pas été possible. Voici des propositions de célébrations pour vivre le temps d’adieu, en famille ou en communauté paroissiale, avec la prière de l’Église avant de se rendre au cimetière.

  • Un cimetière à la campagne.

    COVID-19 : Célébrer les funérailles au lieu de l’inhumation

    Le contexte épidémique et les dispositifs de confinement des personnes ont des conséquences sur les dispositifs pastoraux dans les diocèses concernant la célébration des funérailles. Cette note propose une piste pour célébrer des funérailles au lieu de l’inhumation, si le passage par l’église n’est pas ou plus possible.

  • 7 octobre 2015 : Messe de funérailles. Egl. Saint-Jean-de-Montmartre. Paris (75) France.

    COVID-19 : Note sur la célébration des funérailles en France

    Le Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) publie cette note afin de répondre aux questions sur la célébration des funérailles dans le contexte actuel de crise sanitaire en raison de l’épidémie du coronavirus COVID-19 qui se répand sur l’ensemble du territoire français.

Célébration de l'Eucharistie

L'offrande eucharistique

Collection Célébrer - Vie reçue vie donnée

Acteurs de la célébration

Assemblée liturgique

Eucharistie en dehors de la messe

Lieux de la liturgie

Catéchèses du pape François sur l'Eucharistie et la messe

Sur la Web TV

Approfondir votre lecture

  • « Que Dieu, le Père plein de tendresse,
le Dieu de qui vient tout réconfort,
nous apporte la consolation. »

    Deuil et après-confinement : célébrer l’eucharistie en mémoire des défunts

    Les familles en deuil ont célébré les funérailles d’un proche à l’église au cours du confinement en l’absence des membres de plus de 70 ans, leurs amis et de la communauté paroissiale. Dans certaines situations, la célébration à l’église n’a pas été possible. Voici des propositions de célébrations pour vivre le temps d’adieu, en famille ou en communauté paroissiale, avec la prière de l’Église avant de se rendre au cimetière.

  • 17 Novembre 2013 : Messe dominicale, présidée par P. Jacques BADJI, dans l'égl. Saint Jean Baptiste de Sceaux (92) France.

    COVID-19 : Dispositions pratiques en vue de la reprise des célébrations liturgiques

    La Conférence des évêques de France (CEF) se réjouit que le décret publié le 23 mai 2020 par le Gouvernement, conformément à la sentence rendue par le Conseil d’État lundi dernier, 18 mai, redonne sa juste place à la liberté d’exercice des cultes ; les restrictions qui y sont apportées, comme à toute liberté fondamentale, devant être justifiées et proportionnées. La CEF note :

  • Foi, espérance, charité : par-delà le confinement, que fait l’Église pour accompagner les familles en deuil ?

    Accompagner les familles en deuil : la pandémie interroge la pastorale des funérailles

    La pandémie de COVID-19 qui sévit actuellement a fortement ébranlé tous les secteurs de nos sociétés. Les plus vulnérables en seront durablement affaiblis. Dans ce contexte, comment l’Eglise vient en aide aux familles qui affrontent un deuil ? Cet éditorial de Mgr Guy de Kerimel, évêque de Grenoble-Vienne, président de la Commission épiscopale pour la liturgie et la pastorale sacramentelle, publié sur le site Eglise catholique en France, introduit le dossier Foi, Espérance, charité : par-delà le confinement, que fait l’Église pour accompagner les familles en deuil ?