Rameaux 2020 : Repères et proposition d’une bénédiction des rameaux à la maison

9 mai 2018 : Illustration de la Semaine sainte, de la fêtes des Rameaux aux baptêmes lors de la Vigile pascale. France.

9 mai 2018 : Illustration de la Semaine Sainte, de la fêtes des Rameaux aux baptêmes lors de la Vigile pascale. France.

Cette année, l’épidémie de COVID-19 oblige à vivre autrement les jours saints. La privation de rassemblement sera d’autant plus vive que la Semaine Sainte est d’ordinaire un temps fort de vie communautaire à la suite du Christ. Beaucoup s’uniront donc par la prière aux évêques et aux prêtres qui célébreront en petits comités les mystères saints, parfois devant l’écran ou par la radio. Beaucoup vivront aussi chez eux les jours saints sous la forme adaptée de liturgies domestiques. Des fiches sont disponibles pour cela sur ce site ou celui des diocèses. Mais comment vivre la bénédiction des Rameaux ?

Ni bénédiction publique, ni distribution immédiate

Aucune bénédiction publique de rameaux ni aucune distribution ne seront possibles pour ne pas inciter au moindre regroupement. De plus, cette bénédiction appartient à un rite complet intitulé « Entrée Messianique du Seigneur à Jérusalem » et il ne serait pas cohérent de reporter cette bénédiction, isolée de son contexte, à une date ultérieure. La plupart des paroisses et les diocèses ont donc renoncé cette année à cette forme habituelle de l’entrée dans les jours saints.

Cependant, pour éviter la déstabilisation notamment de celles et ceux qui fréquentent les églises surtout ce jour-là, certains diocèses ont fait le choix d’une bénédiction « à distance » des rameaux, un peu comme pour la bénédiction du Pape sur le monde : elle concernera donc les personnes confinées suivant en direct la célébration de leur évêque ou de leur curé par la radio, la télévision ou le Web et tenant à ce moment en main un feuillage (buis, laurier, olivier, ou ce qu’ils auront sous la main). D’autres diocèses ont préféré maintenir, malgré l’absence de peuple, une bénédiction de rameaux (voir note complémentaire), qui seront conservés dans un endroit sûr en l’attente de leur distribution ultérieure, quand les conditions sanitaires la rendront possible.

Bénir les rameaux à la maison ?

Une autre possibilité est apparue : que les personnes qui le souhaitent puissent faire elles-mêmes chez elles une prière de bénédiction sur leurs propres rameaux !

On trouvera ci-après la proposition du diocèse de Belfort-Montbéliard.

Mais au nom de quelle légitimité des laïcs seraient-ils « autorisés » à bénir leurs rameaux ? Pour répondre, on peut évoquer d’autres bénédictions plus souvent pratiquées, comme celle sur « le repas et ceux qui l’ont préparé »… Ce geste relève de l’exercice du sacerdoce baptismal, ainsi que le précisent les préliminaires du livre des bénédictions : « Le ministère de bénédiction est lié à l’exercice particulier du sacerdoce du Christ, selon la place et l’office propres à chacun dans le peuple de Dieu. » (Livre des bénédictions n° 18). Tout baptisé est « configuré au Christ, prêtre, prophète et roi » ainsi qu’il est dit dans la liturgie du baptême. A ce titre, les « laïcs, hommes ou femmes, en vertu du sacerdoce commun dont ils ont reçu la charge à leur baptême […], peuvent célébrer certaines bénédictions […]. Ils le font soit en vertu de leur charge propre (comme les parents pour leurs enfants), soit qu’ils exercent un ministère extraordinaire, soit qu’ils accomplissent certaines fonctions particulières. » (n° 18). Rappelons que toute bénédiction est avant tout l’action de bénir Dieu (bénir = dire du bien) et de clamer qu’il est la source de tout bien. Bénir les personnes et les choses peut alors être considéré comme une participation de baptisés à l’action même de Dieu qui ne cesse de bénir tout au long de l’histoire du salut : « Soyez bénis, vous qui bénissez Dieu par votre vie ! ».

Si elle adopte cette possibilité, pour éviter tout risque de réduction de la démarche à un geste magique et surtout pour la vivre dans le désir de suivre, avec toute l’Église, le Christ au long des jours saints, chaque famille veillera à vivre ensuite la  fête des Rameaux elle-même, soit en vivant la liturgie domestique suggérée soit en s’associant à une messe des Rameaux retransmise à la radio ou sur écran (celle du pape François en direct sur la chaîne Vatican Média Live, celle de votre diocèse ou de votre paroisse ou encore sur KTO ou Le Jour du Seigneur).

Pour aller plus loin

Approfondir votre lecture

  • Communiqué au sujet du pass sanitaire

    La CEF considère que les règles en cours actuellement restent valables : à savoir l’utilisation du gel hydro alcoolique, le port du masque et tout autre mesure sanitaire liée à la pratique du culte.

  • La Maison-Dieu n°304 : La liturgie au miroir de la crise sanitaire

    Cet ouvrage rapporte cinq conférences du colloque annuel de l’Institut supérieur de liturgie (Theologicum de l’Institut catholique de Paris) qui voulait contribuer aux recherches théologiques actuelles suscitées par la crise sanitaire, notamment en théologie des sacrements et de la liturgie.

  • Pâques 2021 et couvre-feu #1 : célébrer la Vigile pascale avant l’aube du dimanche

    04 mars 2021 – La pandémie va bouleverser une nouvelle fois les célébrations pascales, en particulier la Vigile pascale. Cette célébration, cœur de la foi chrétienne, se trouvera sans doute modifiée pour certains de ses rites car, en beaucoup de lieux en France, en raison du couvre-feu, il faudra en aménager l’horaire pour pouvoir la célébrer.