Le chant et le rôle de la chorale

chorale d'adultesPar Louis Groslambert, Prêtre, responsable de la PLS et de la musique liturgique du diocèse de Belfort-Montbéliard

 

« Parmi les fidèles, la schola ou chorale exerce sa fonction liturgique propre » (Présentation générale du missel romain, n° 103)°

Qu’on l’appelle chorale, schola, chapelle musicale, chœur ou groupe de chanteurs, voilà un groupe auquel l’Eglise reconnaît une fonction liturgique. Qu’il remplisse cette fonction tous les dimanches, ou une fois par mois, ou aux fêtes seulement, ou seulement lors des célébrations diocésaines, ce groupe reçoit de l’Eglise une mission dont il semble utile de rappeler les contours.

L’instruction Musicam sacram (5 mars 1967) le fait en ces termes : « Le chœur, ou chapelle musicale, ou schola cantorum, mérite qu’on lui accorde une attention particulière à cause du service liturgique qu’il rend. A la suite des normes conciliaires concernant la réforme liturgique, sa tâche est devenue encore plus claire et plus importante ; il doit, en effet, veiller à l’exécution exacte des parties qui lui sont propres, selon les divers genres de chants, et favoriser la participation active des fidèles dans le chant.». Et Jean Paul II de continuer « Elle joue en effet dans l’assemblée le rôle de guide et de soutien, et à certains moments de la Liturgie, elle a un rôle propre et spécifique. » (Chirographie pour le centenaire du Motu proprio de saint Pie X Tra le sollicitudini, 22 novembre 2003)

Un brin d’histoire

Déjà à l’époque biblique, il existe des chantres (2 Chroniques 35,15 et 25, Néhémie 7,1) dont on précise l’emplacement « en tête du cortège » (Psaume 67,26) Les assemblées chrétiennes ont bénéficié du concours de groupes de chanteurs qui aidaient l’assemblée ou qui, parfois, s’investissaient dans une musique savante.

Le mouvement liturgique, dès le XIXème siècle, a remis en lumière l’idée de participation active de tous les fidèles ; dès lors, les papes saint Pie X, Pie XI, et Pie XII n’ont pas cessé de plaider pour que la liturgie soit conçue comme l’action de tous. Le concile Vatican II a authentifié cette conviction que la Présentation Générale du Missel Romain formule ainsi : « … la célébration tout entière est organisée pour favoriser chez les fidèles cette participation consciente, active et plénière du corps et de l’esprit… Une telle participation est souhaitée par l’Eglise et demandée par la nature même de la célébration ; elle est un droit et un devoir pour le peuple chrétien en vertu de son baptême » (n° 18)

Cette injonction à promouvoir la participation de tous les fidèles fut diversement reçue. Si beaucoup ont acquiescé, d’autres résisté si fort que de graves conflits ont envenimé le climat de communion de certaines paroisses.

 Quelle conception de la chorale ?

Presque cinquante ans après le concile, il faut discerner les motifs de ces tensions pour qu’elles ne se reproduisent pas. Du côté des responsables pastoraux, critiquait-on l’existence même de toute chorale ou la manière dont telle chorale concevait sa place dans la liturgie ? Du côté des chorales, s’opposait-on vraiment à ce que l’assemblée chante ce qui lui revient et revendiquait-on d’être les seuls à chanter, ou était-on désireux de ne pas abandonner des pièces musicales qui avaient été porteuses de fortes émotions spirituelles ? Du côté des responsables pastoraux, on souhaitait que la chorale se comprenne comme faisant partie de l’assemblée, dialoguant avec elle, lui apprenant les chants nouveaux, servant l’acte liturgique.

[…] Télécharger la suite de l’article ci-contre

Approfondir votre lecture

  • 19 novembre 2013 : Messe de rentrée des étudiants d'Ile-de-France à la cathédrale Notre-Dame, Paris (75), France.

November 19, 2013: Opening mass of the academic year in Notre Dame cath. Paris (75) France.

    Le Notre Père envisagé sous son angle éthique

    Par Philippe Bordeyne, Prêtre, recteur de l’Institut catholique de Paris   Pour bien situer la dimension éthique du Notre Père, il faut avoir à l’esprit que son registre propre est la prière, et non l’éthique. Cependant quelques points communs les rapprochent. Le priant se met à l’heure de Dieu Celle-ci a pour domaine les actions humaines.…

  • 13 juillet 2010 : Cour de chant par Caroline GAULON lors des 10èmes Estivales de chant liturgique, Abbaye d'Ourscamp (60), France.

    Choisir des chants en fonction de l’année liturgique

    Des chants pour des rites L’action liturgique se déploie en des rites variés : l’ouverture n’est pas la communion, la proclamation de l’évangile est autre que la prière de louange. Soit qu’ils les accompagnent (chant de la fraction, processionnal de communion), soit qu’ils les fassent résonner au cœur de l’assemblée pour en magnifier les effets (chant de la…

  • dsc_0573

    Le grand bonheur de servir

    Par Mgr Jean-Pierre Grallet, Archevêque émérite de Strasbourg   Pourquoi es-tu servant d’autel ? Telle est la question que je souhaite te poser aujourd’hui. Pour ma part, j’y vois trois raisons : tu es servant d’autel à cause du Christ, à cause de l’Eglise et aussi à cause de toi-même. Servir à cause du Christ Quand tu entres en…