Des rôles-clefs pour animer la liturgie : de l’animateur au chantre

animatrice jeunePar Joseph Gélineau, († 2008) père jésuite, liturgiste et compositeur de musique sacrée.

De l’animation de chant au ministère du chantre.

Coup d’œil rétrospectif

Avant Vatican II, il y avait dans chaque paroisse, pour la messe chantée, un ou plusieurs chantres. Le chantre se situait dans le chœur, revêtu d’une soutane et d’un surplis. Son rôle consistait à répondre au prêtre dans les dialogues, à assurer l’exécution des pièces du « propre » de la messe et à dialoguer les chants « de l’Ordinaire » avec d’autres chantres ou un chœur de chanteuses situées dans la nef.

Amorces d’une évolution

Dans les années 1950 se manifeste un mouvement irréversible pour que les fidèles participent activement au chant liturgique. Ce courant aboutira, au concile de Vatican II, à la revalorisation du chant comme mode privilégié de participation des fidèles à la liturgie. Mais cette mise en cause d’une forme séculaire du ministère liturgique des chantres fut souvent perçu – ainsi que l’usage des langues vivantes au lieu du latin – comme une mise en question des chantres et des chorales traditionnelles. De fait, la plupart des chantres traditionnels, disparurent de nos paroisses, en même temps que s’éteignait la distinction entre « la messe chantée » et « les messes basses ».

Après Vatican II

En encourageant le chant des assemblées et en permettant l’usage des langues vivantes, la réforme conciliaire supposait tout à la fois la création de nouveaux répertoires de chants liturgiques et les moyens de leur mise en œuvre pastorale. Le plus souvent, c’est une « bonne volonté » qui venait au micro – innovation qui modifie radicalement le fonctionnement traditionnel du chant ! – qui chantait « devant le peuple » pour « l’entraîner » en s’aidant de gestes … Pour désigner ce rôle, on employa de plus en plus le nom d' »animateur » oui « animatrice ».

Le rôle de l’animateur de chants

Il est important des réfléchir au rôle de l’animateur. Si l’on repart de la Présentation générale du Missel romain, apparaît le rôle du chantre :

  • Soit comme un ministère propre en tant que psalmiste (PGMR, n° 67) ;
  • Soit comme service de l’assemblée « pour guider et soutenir le chant du peuple » ; ses interventions sont expressément mentionnées pour le chant d’entrée, le kyrie, le psaume ; l’Alléluia, l’Agneau de Dieu, le chant de communion, la prière universelle et le chant de communion.

Le chantre : un ministère à redécouvrir

Il semble en effet que le moment soit venu de redécouvrir le ministère du chantre ; un certain nombre de questions se posent alors.

La place

Il n’est pas traditionnel que les chantres se placent face à l’assemblée (on n’est pas au concert !).

Les chantres sont traditionnellement en position latérale dans le chœur. Quand quelqu’un prie ou chante dans l’assemblée il est normalement orienté vers le centre de l’action. Exception faite pour l’annonce de la parole de Dieu – et donc du psaume – faite au peuple. Notons qu’un chantre peut très bien se situer dans une chorale si l’acoustique et l’orientation sont bonnes.

La tenue

Si le chantre est situé dans la zone du sanctuaire, il est très bien qu’il porte un vêtement approprié, genre châle ou tunique (mais peut-être pas une aube de prêtre !). S’il doit à certains moments faire un geste de départ à l’assemblée, il se tourne vers elle.

Comme tout ministre, il doit être de ceux qui vivent intensément la liturgie : écouter la Parole ; se recueillir pour prier ; s’incliner ; etc. C’est sur cette attitude que se greffe son rôle propre et qu’il devient signe du mystère célébré.

La voix

Il n’est gratifiant pour personne que le ou la chantre ait une voix hésitante, pas juste ou au timbre désagréable. Tous les dons ou charismes dans l’assemblée ne sont pas donnés à tous ni
interchangeables. Ce n’est pas une discrimination que de tenir compte de la voix pour choisir un chantre.

La compétence

En plus d’une voix convenable, les chantres doivent bien posséder le répertoire et en connaître, non seulement la technique mais aussi la signification rituelle et mystique.

L’esprit de service

L’histoire de la liturgie montre que la « vanité » des chantres est un mal endémique et tenace. Il faut éviter les monopoles.

Pratiquement : on peut estimer que partout, même dans les petites assemblées, on doit pouvoir trouver une solution, sinon exemplaire, du moins honorable et digne des mystères célébrés.

Le jugement n’est pas à porter selon une esthétique profane mais selon ce qui est bon pour l’assemblée célébrante.

Télécharger l’article ci-contre

  • Benoît XVI lors des vêpres à l'issue de la semaine de prière pour l'Unité des chrétiens en la bas.

    Des rôles-clefs pour animer la liturgie : le cérémoniaire

    Celui qui veille au bon déroulement : le cérémoniaire. Dans la « messe chantée » d’avant Vatican II, il y avait parmi les enfants de chœur, un cérémoniaire, censé guider les autres. Dans les célébrations épiscopales, un « maître des cérémonies » remplissait ce rôle.

Approfondir votre lecture

  • cathopic_1539178935365358

    En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité

    Face aux multiples difficultés engendrées par la pandémie, qui obligent à repenser les liens sociaux et les modes d’expression de la fraternité humaine, le pape François invite à ne pas dissocier la manière de vivre sa foi dans une vie liturgique et la façon de la vivre dans une charité active. (…)

  • cathopic_1539284915890138

    En dehors de la messe, vivre la communion et la fraternité, comment ?

    Face à l’absence de rassemblements communautaires, diverses propositions permettront aux fidèles de célébrer la mort et la résurrection du Seigneur, que ce soit à domicile ou dans leur église paroissiale, durant cette nouvelle période de confinement, et dans l’attente de la possibilité de rassembler les fidèles plus largement dans les semaines à venir.

  • 10 mars 2020 : Dans le cadre des mesures prises contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, le pape François célébre la messe quotidienne, seul, sans fidèles, dans la chapelle de la résidence Sainte Marthe au Vatican.

    La messe TV ou sur le Web, un exercice de communion !

    24 mars 2020 – La maladie, l’âge, la distance ou des circonstances exceptionnelles privent souvent les chrétiens de la messe dominicale. Les alternatives radiophoniques, télévisuelles ou sur le Web existent tout au long de l’année et se multiplient en ce moment de confinement généralisé.