L’hymne du « Te Deum » : A toi, Dieu, notre louange !

31 Décembre 2011 : Christ en croix lors des vêpres et du Te Deum à la Bas. Saint Pierre, Rome, Vatican.

31 Décembre 2011 : Christ en croix lors des vêpres et du Te Deum à la Bas. Saint Pierre, Rome, Vatican.

Par Louis Groslambert, Prêtre, responsable de la PLS et de la musique liturgique du diocèse de Belfort-Montbéliard

Cette hymne A toi, Dieu, notre louange ! est placée par la liturgie des Heures en conclusion de l’Office des lectures des dimanches (sauf en Carême), des solennités et des fêtes. Cette composition de Nicetas, qui était évêque en Roumanie à la fin du IVe siècle, l’Église l’a transmise précieusement et en a fait le chant privilégié des actions de grâce.

Structure

Cette doxologie solennelle est apparentée à une Préface ; en effet, après l’adresse à Dieu le Père et l’énoncé de ses titres, elle fait entendre l’acclamation « Saint, saint, saint ». Elle affirme que le chant de l’Église de la terre rejoint le chant de l’Église du ciel, le chœur des apôtres, des prophètes et des martyrs. Après avoir nommé les trois personnes (« Père infiniment saint, Fils éternel et bien-aimé, Esprit de puissance et de paix ») viennent trois strophes destinées à louer le Christ incarné, victorieux de la mort et qui revient pour le jugement. On reconnaît dans ces lignes les trois affirmations de l’anamnèse.

Sources scripturaires

« A toi, Dieu… l’hymne de l’univers » rappelle les psaumes du règne cosmique, par exemple : « Le Seigneur est roi » (psaume 46, 3… 8 ; 94, 4 ; 144, 1). Dans « Saint, saint, saint », on reconnaît le chant des chérubins dans la vision d’Isaïe 6.

Les qualités du Christ reprennent des textes du Nouveau Testament. « Fils bien aimé » est le titre donné à Jésus lors du baptême (Mt 3, 17 ; Act 13, 33) et de la transfiguration (Mc 9, 7). « Le Fils du Dieu vivant » est la profession de foi de Pierre à Césarée (Mt 16, 16), celle des démons (Mt 8, 29), des pêcheurs après la tempête (Mt 14, 33) et du centurion au pied de la croix (Mt 27, 54).

« Tu n’as pas craint de prendre chair dans le corps d’une vierge » fait référence aux évangiles de l’enfance (Luc 1, 26-35, Mt 1,18) et à He 10, 5 ainsi que Gal 4, 4. L’expression « ta victoire sur la mort » fait venir à la mémoire les évangiles de Pâques et à l’exclamation ironique de Paul : « mort, où est ta victoire » (1 Co 15, 54).

En lisant « tu as ouvert les portes du royaume », on pense au larron (Lc 23, 43), et aux textes où Paul affirme « vous êtes ressuscités » (Col 2, 12 ; 1 Co 6, 11 ; Rm 5, 9 ; Rm 8, 30) ; « il nous a fait entrer dans le royaume de son fils bien aimé » (Col 1, 13). « Tu règnes à la droite du Père » reformule Mc 16, 19 et donc les récits d’Ascension. «Tu viendras pour le jugement » énonce Jn 5, 22 ou Jn 12, 48 ou Mt 25, 40.

On voit que la louange du Seigneur, telle que l’Église la conçoit, ne jaillit pas d’émotions sentimentales, mais du kérygme. Lorsqu’elle loue le Seigneur, l’Église fait mémoire des merveilles du salut.

A toi, Dieu, notre louange !

Nous t’acclamons : tu es Seigneur !

A toi Père éternel,

L’hymne de l’univers

(Prière du temps présent, p. 581)

Te Deum laudamus,

te Dominum confitemur.

Te aeternum patrem,

omnis terra veneratur.

(texte latin)

Approfondir votre lecture

  • La Maison-Dieu n°301 : Chemins de réconciliation et de guérison

    Cet ouvrage aborde la grande question de la réconciliation et de la guérison intérieure sous plusieurs angles, associant expériences pastorales et réflexions théologiques fondamentales, constats et analyses.

  • Dans les temps qui courent, oser chanter l’espérance

    13 mai 2020 – Combien de fois a dû résonner depuis le début de la crise sanitaire, dans la douleur et l’absence des proches, l’antienne du De Profundis : « Je mets mon espoir dans le Seigneur, je suis sûr de sa parole »1? La vertu théologale de l’espérance vient nous chercher au plus profond de notre foi en ce temps de confinement. (…)

  • La prière d’intercession, une forme de soin des autres

    24 avril 2020 – « Nous sommes confiés les uns aux autres ». La pandémie du Coronavirus a conduit les hommes à le reconnaître comme jamais auparavant. (…)