La Toussaint et la Commémoration de tous les fidèles défunts

1er novembre, la solennité de tous les saints (1)

L’Église commémore, en ce jour-là, la fête de tous les saints (d’où le terme Toussaint) connus et inconnus.

« Tous ces gens vêtus de blanc, qui sont-ils, et d’où viennent-ils ? Ils viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs vêtements, ils les ont purifiés dans le sang de l’Agneau » (Apocalypse de saint Jean 7, 14)

La Solennité de tous les saints semble liée, historiquement, à la dédicace de l’ancien temple romain du Panthéon par le pape Boniface IV au début du VIIe siècle. Originellement dédié à tous les dieux — c’est le sens du nom en grec — le Panthéon fut consa­cré à Marie et à tous les martyrs, auxquels on ajouta plus tard les confesseurs. L’anniversaire de la dédicace du Panthéon, et donc la fête de tous les saints, fut fixée d’abord au 13 mai, puis, en 835, au 1er novembre.

La fête de la Toussaint unit l’Église de la terre à la béatitude de l’Église du ciel : cette célébration groupe non seulement tous les saints canonisés, c’est-à-dire ceux dont l’Église assure, en engageant son autorité, qu’ils sont dans la Gloire de Dieu, mais aussi tous ceux qui, en fait et les plus nombreux, sont dans la béatitude divine. Comme la fête de la dédicace, la Toussaint donne un avant-goût de la liturgie éternelle, celle que la liturgie de la terre inaugure (cf. Vatican II, Constitution sur la sainte Liturgie, n° 8).

Cette définition provient du Dictionnaire de la Liturgie de Dom Robert Le Gall © Editions CLD, tous droits réservés

Toussaint, le 1er novembre

Peuple de bienheureux, peuple de Dieu en marche …

La communion des saints tient une grande place dans les liturgies. Dès le Vème siècle, on a fait mémoire des saints dans la prière eucharistique.

La fête de tous les saints était célébrée le premier dimanche après la Pentecôte. Elle fut ensuite transférée au 1er novembre. Le 13 mai 610, le pape Boniface IV transforma en église le Panthéon romain qu’il dédia à Marie et aux Martyrs et fit de ce jour la fête de tous les saints. En 835, le pape Grégoire IV fit promulguer par l’empereur d’Occident Louis le Pieux un décret qui fixait la fête de tous les saints à la date du 1er novembre. A partir de ce moment, cette célébration devint rapidement dans toute l’Europe latine, une solennité commune et la fête du 13 mai disparut.

De nombreuses personnes humbles ont donné à leur entourage immédiat le témoignage authentique et admirable de la sainteté. Il est juste de les célébrer en les associant aux saints inscrits dans les divers martyrologes.

La liturgie célèbre le Dieu trois fois saint entouré de tous les élus sanctifiés par sa grâce. Chacun ne reflète qu’une part infime de la sainteté infinie de Dieu. L’adoration de Dieu est au centre de la célébration de la Toussaint. La liturgie est une action de grâce à Dieu qui a fait de nous ses enfants. Les chrétiens proclament leur espérance. La solennité nous fait prendre conscience de la foule de tous les rachetés qui nous ont précédés et du monde invisible qui nous attend. Par solidarité, ils intercèdent pour nous.

La Toussaint nous invite à être en communion avec tous les rachetés, le prêtre peut nous amener à nous souvenir des personnes que nous avons aimées. Cette célébration se démarque de celle du lendemain, une prière pour toutes les personnes défuntes.

La Toussaint n’est pas le seul jour où nous fêtons les saints. Tout au long de l’année, nous fêtons ces personnes qui ont eu une vie exemplaire et sont des modèles pour nous, ils nous appellent à l’imitation. Nous célébrons ainsi le Christ qui les a façonnés à son image et a créé entre tous les hommes une communion spirituelle.

L’étude de la vie des saints a une valeur pédagogique, elle nous entraîne vers le Christ. Ce ne sont pas des personnes « brillantes » mais elles reflètent par leur vie la lumière du Christ. Le mystère même de l’Eglise est la communion fraternelle qui existe entre les vivants et les morts à travers la prière et les sacrements. Nous formons un seul corps dont le Christ est la tête. Les saints « nous aident à libérer le saint qui se cache en nous comme un bloc de marbre non encore sculpté que l’amour de Dieu veut ciseler pour qu’apparaisse son image ».

Solennité de Tous les saints

Commémoration des fidèles défunts, le 2 novembre

La fête de la Toussaint est inséparable de la commémoration des défunts. La première célébration s’est vécue dans la joie ; la seconde est plus en lien avec les souvenirs envers ceux que nous avons aimés.

Commémoration des tous les fidèles défunts

Le saint du jour

Sur Nominis

Saint Edmond le Martyr - roi d'Est-Anglia, martyr (✝ 870)

ou saint Edme. Il était le roi d'un petit royaume de l'est de l'Angleterre que les Danois envahissaient souvent. Fait prisonnier lors d'une bataille dans le Suffolk, il refusa leurs…

Sur la Web TV

Catéchèse & Catéchuménat

Unn numéro pour la Toussaint

Oasis 9 Couverture

Eglise catholique en France

Toussaint-vignette

Approfondir votre lecture

  • Novembre 2014 : Fresque de l'Anastasis (Resurrection). Le Christ prend Adam et Eve par le poignet pour les sauver de la mort et de l'Enfer. Eglise byzantine Saint Sauveur in Chora. Istanbul (Istamboul), Turquie.

November 2014: Fresco of the Resurrection (Anastasis). Byzantine Ch. St. Saviour in Chora. Istanbul, Turquey.

    Le Christ, roi de l’Univers

    La fête du Christ Roi a été créée en 1925 par le pape Pie XI dans le but d’affirmer la royauté du Christ. Elle a pris un sens différent avec la réforme du calendrier liturgique demandée par le Concile du Vatican II.

  • 7 juillet 2013 : Prière eucharistique lors de la première messe de Fère Jean-Yves LEBEC, moine de la communauté Saint Jean, en la basilique de Vezelay (69), France.

    Le Temps ordinaire

    Le temps ordinaire se déploie à 2 périodes distinctes de l’année liturgique. En effet, entre le baptême du Seigneur et le mercredi des Cendres, puis entre la Pentecôte et l’Avent, se déroule le temps dit « Ordinaire », au sens d’habituel (ordinarius) familier, proche du déroulement quotidien de l’existence. Il est jalonné d’un certain nombre de fêtes et solennités.

  • 30 juin 2017 : Petit cimetière de Sant'Antonino surplombant la mer, Haute Corse, France.

30 June 2017: small cemetery of Sant'Antonino above the sea, Corsica, France.

    Les funérailles

    C’est le mystère pascal du Christ que nous célébrons lors des funérailles de nos frères.