En temps d’épidémie, célébrer les scrutins et l’Initiation Chrétienne des Adultes

31 mars 2018 : Leslie, catéchumène de 20 ans recevant l'onction lors de la vigile pascale en l'église Saint-Charles au Blanc-Mesnil (93), France.

31 mars 2018 : Leslie, catéchumène de 20 ans recevant l’onction lors de la vigile pascale en l’église Saint-Charles au Blanc-Mesnil (93), France.

Le contexte épidémique dans lequel l’Église vit le Carême cette année modifie profondément l’ultime étape de la préparation des catéchumènes au baptême ainsi que la célébration des sacrements de l’Initiation chrétienne.

Les scrutins, rencontres « salutaires » pour les catéchumènes et aussi moments privilégiés de rencontre avec le Christ, risquent de perdre leur puissance significative s’ils sont célébrés de manière privée et en dehors de l’assemblée dominicale. Il en est de même pour la célébration des sacrements du baptême, de la confirmation et de l’eucharistie, prévue originellement dans la nuit pascale.

Le Rituel de l’Initiation Chrétienne des Adultes (RICA) prévoit au n° 61 et 62, la possibilité « pour des circonstances extraordinaires et des nécessités pastorales de célébrer en dehors du Carême l’appel décisif et les rites du temps de la purification et de l’illumination, et, en dehors de la veillée et du jour de Pâques les sacrements eux-mêmes. Dans ces circonstances, les points d’insertion des célébrations dans l’année liturgique se trouvent changés, mais on respectera la structure d’ensemble du rituel, avec les intervalles convenables »

Ainsi, il est possible d’envisager la célébration de l’Initiation chrétienne des adultes comme des scrutins et des traditions, dans un temps approprié qui peut être celui du temps pascal. Il convient néanmoins d’en conserver l’unité et l’organisation. C’est l’objet de la proposition qui suit :

Célébration exceptionnelle des sacrements de l’Initiation chrétienne à la Vigile de Pentecôte

Si habituellement, une célébration diocésaine de la confirmation des adultes est célébrée à l’occasion de la Vigile de Pentecôte, il est possible de la déplacer au dimanche de la Sainte Trinité.

Scrutins et Traditions

Le report à la Vigile de Pentecôte demande de reporter la célébration des scrutins et des traditions durant le Temps Pascal et à proximité de la Pentecôte.

Certaines paroisses ont déjà pu célébrer le premier scrutin avec leurs catéchumènes. Conformément à la communication envoyée par le Service National pour la Catéchèse et le Catéchuménat le 9 mars 2020, certaines paroisses ont pu également faire le choix de célébrer les scrutins en privé. Il conviendra d‘adapter la proposition à votre situation. Dans une note publiée le 19 mars 2020 sur le site Catéchèse & Catéchuménat, le SNCC rappelle combien il est important de soutenir les catéchumènes et quels peuvent être les moyens de le faire : Un Carême confiné : soutenir particulièrement les catéchumènes.

En conséquence, plusieurs possibilités se dessinent :

  • Célébrer les scrutins lors des dimanches de Pâques (1),
  • Célébrer les scrutins les samedis du temps pascal (2),
  • Célébrer les scrutins dans le temps préparatoire à la fête de Pentecôte, à partir de la solennité de l’Ascension (3).

Chacune de ces propositions présente un intérêt. L’évolution de la situation sanitaire en France imposera de discerner le meilleur choix.

Possibilité 1 – Célébrer les scrutins lors des dimanches de Pâques

Toutes les prières d’exorcisme prévues par le rituel sont inspirées des Évangiles des scrutins. Aussi garderons-nous lors de la liturgie des trois scrutins les Évangiles qui leur sont assignés. Il est possible de les célébrer en les reportant aux dimanches de Pâques qui conviennent le mieux.

On conservera le formulaire du dimanche de Pâques concerné à l’exception de l’Évangile qui sera celui du scrutin correspondant.

Le 3e dimanche de Pâques peut avoir lieu le 1er scrutin avec l’Évangile de la Samaritaine à qui le Christ donne l’eau vive. « Les yeux fixés sur la résurrection du Christ dont Dieu nous donne l’espérance, au milieu de toutes les carences qui nous accablent, monte en nous la soif de la vie incorruptible. Notre chair a soif de Dieu. » (St Augustin)

Le 4e dimanche de Pâques peut avoir lieu le 2e scrutin avec l’Évangile de l’Aveugle-né guéri et illuminé par le Seigneur. « L’aveugle se lava les yeux à la piscine de Siloé, Siloé qui veut dire envoyé. Autrement dit, il fut baptisé dans le Christ. Si donc Jésus lui ouvrit les yeux en le baptisant en lui, d’une certaine manière on peut dire qu’il fit de lui un catéchumène quand il lui fit une onction sur les yeux. » (St Augustin)

Le 6e dimanche de Pâques peut avoir lieu le 3e scrutin avec l’Évangile de la résurrection de Lazare à qui le Christ rend la vie. « Écoutez, écoutez ce que dit Jésus : « Je suis la résurrection et la vie. » « Celui qui croit en moi, même s’il est mort, vivra » ; même s’il est mort comme Lazare, il vivra ; parce que Dieu n’est pas le Dieu des morts mais des vivants. » (St Augustin)

Le 7e dimanche peut être le dimanche orienté vers la venue de l’Esprit Saint et l’attente de l’Église

Les traditions du Symbole de la foi, de l’Oraison dominicale doivent être célébrées dans la suite du 1er et du 3e scrutin. Il est souhaitable qu’elles le soient au cours d’une messe de semaine, à la suite de la liturgie de la Parole. Cependant, elles peuvent l’être également au cours d’une rencontre de l’équipe d’accompagnement.

La tradition de l’Oraison dominicale peut également être réalisée au cours des derniers rites préparatoires.

Possibilité 2 – Célébrer les scrutins les samedis du temps pascal

Si on souhaite préserver la spécificité des scrutins en célébrant la messe avec le formulaire correspondant (RICA n°153 : messe dite « de la Samaritaine », « de l’aveugle-né » et « de Lazare » Année A), les scrutins pourraient être vécus en semaine, par exemple le samedi afin de permettre une présence de la communauté.

Possibilité 3 – Célébrer les scrutins à la fin du Temps Pascal

Parce que la prière qui accompagne chaque exorcisme se conclut par une invocation à l’Esprit Saint, il semble intéressant de vivre les scrutins dans le temps préparatoire à la fête de Pentecôte, à partir de la solennité de l’Ascension ou du 7e dimanche de Pâques.

Le jour de la solennité de l’Ascension, les catéchumènes seront invités à reprendre le temps de la purification et de l’illumination inauguré lors de l’appel décisif, au sein de la communauté paroissiale.

Chaque jour, au rythme qui conviendra, les scrutins et les traditions seront célébrés dans la communauté paroissiale selon ce que propose la liturgie (RICA n°154 ss). Le lieu et l’horaire seront adaptés afin de permettre une présence de la communauté.

Le chant du Veni creator ou un autre chant à l’Esprit Saint orientera vers l’attente de la venue de l’Esprit consolateur.

Proposition d’une célébration exceptionnelle des sacrements de l’Initiation Chrétienne des Adultes à la Vigile de Pentecôte, le 30 mai 2020

L’Initiation chrétienne des catéchumènes lors de la Vigile de Pentecôte, où est donné traditionnellement le sacrement de la confirmation aux adultes, témoigne de l’unité sacramentelle du baptême, de la confirmation et de l’eucharistie.

Les derniers rites préparatoires seront vécus dans la journée du samedi, en proposant aux catéchumènes, un temps privilégié de retraite spirituelle ou de prière.

Le formulaire de la Vigile de Pentecôte offre un cadre adapté pour la célébration des sacrements de l’Initiation Chrétienne. On suivra également pour cela les indications de la troisième étape du RICA (n°202 ss).

A ce sujet, lire l'article :

Durant le chant d’entrée, on pourra proposer une procession solennelle du cierge pascal et une illumination de l’assemblée, afin de marquer l’entrée dans l’achèvement du temps pascal par la fête de Pentecôte.

Au vu des circonstances et de l’absence de bénédiction de l’eau durant la nuit pascale, il conviendra d’en bénir pour l’occasion (Cf. n° 21).

Après la profession de foi de l’assemblée, à laquelle se joindront les néophytes, il serait opportun de proposer le geste de l’aspersion, accompagnée de l’hymne Vidi aquam « J’ai vu l’eau vive » ou d’une hymne qui convient.

Quelques-uns des néophytes participeront à la procession des dons.

Cette note a été envoyée par le SNPLS aux évêques le 18 mars 2020 ; son application dépend des orientations de chaque diocèse.

Approfondir votre lecture

  • 9 mai 2018 : Illustration de la Semaine sainte, de la fêtes des Rameaux aux baptêmes lors de la Vigile pascale. France.

    Rameaux 2020 : Repères et proposition d’une bénédiction des rameaux à la maison

    Cette année, l’épidémie de COVID-19 oblige à vivre autrement les jours saints. La privation de rassemblement sera d’autant plus vive que la Semaine Sainte est d’ordinaire un temps fort de vie communautaire à la suite du Christ. Beaucoup s’uniront donc par la prière aux évêques et aux prêtres qui célébreront en petits comités les mystères saints, parfois devant l’écran ou par la radio. Beaucoup vivront aussi chez eux les jours saints sous la forme adaptée de liturgies domestiques.

  • 14 avril 2019 : Servants de messe tenant  des palmes lors du dimanche des Rameaux. Paroisse Saint Jean Baptiste de Belleville, Paris (75), France.

    COVID-19 : Note complémentaire concernant la bénédiction des rameaux

    La bénédiction des rameaux appartient à un rite complet intitulé « Entrée Messianique du Seigneur à Jérusalem » qui peut prendre trois formes au choix selon les conditions de mise en œuvre, tel que le rappelle la Note concernant la célébration de la Semaine Sainte 2020 du 27 mars 2020.

  • « Seigneur, Dieu de l'univers, fais-nous revenir ; que ton visage s'éclaire, et nous serons sauvés. » (Ps. 79)

    Vivre la pénitence en Carême : les pistes du rituel

    « Dieu fais-nous revenir » (Psaume 79). Ce cri du psalmiste devient souvent le nôtre, lorsque nous réalisons, qu’à cause de notre faiblesse ou du péché, nous avons besoin de renouer avec lui ou tout simplement d’intensifier notre vie baptismale. Chacun alors pense spontanément au sacrement de la pénitence et de la réconciliation, qui représente le chemin de la conversion privilégié dans l’Eglise latine depuis le Moyen Age jusqu’à une période récente. Or l’épidémie nous prive de ce chemin.