Catéchèse mystagogique pour la première des communions

Célébration communionPar Marie-Pierre RIitzenhaler-Thiebo, Membre du service de PLS du diocèse de Strasbourg

En cette période de l’année où est encore majoritairement célébrée la « première des communions » des enfants – mais aussi celle des jeunes et des adultes – nous vous proposons des points d’appuis pour intégrer une catéchèse mystagogique dans le cadre de la célébration de ce sacrement.

Points d’appuis pour bâtir une catéchèse mystagogique

Dans l’exhortation apostolique post-synodale Sacramentum Caritatis, le pape Benoit XVI recommande « de s’assurer de l’accord profond des gestes et des paroles des fidèles avec leurs dispositions intérieures. »1 Car, poursuit-il, « si cela faisait défaut, nos célébrations, bien que vivantes, s’exposeraient à la dérive du ritualisme. C’est pourquoi il faut promouvoir une éducation de la foi eucharistique qui dispose les fidèles à vivre personnellement ce qu’ils célèbrent. » Dans ce texte, Benoit XVI donne trois éléments pour construire un temps de catéchèse mystagogique :

  • Interpréter les rites à la lumière de l’histoire du salut ;
  • Introduire au sens des signes contenus dans les rites ;
  • Montrer la signification des rites en relation avec la vie chrétienne dans toutes ses dimensions.

Rites, Bible et vie chrétienne « ordinaire » sont donc les piliers de la catéchèse mystagogique.

Conditions préalables

Si la mystagogie vise à faire entrer dans le mystère à partir de l’expérience la célébration liturgique, s’il s’agit toujours de faire résonner la parole de Dieu, alors il ne peut y avoir de mystagogie que s’il y a participation à l’assemblée liturgique et que si la qualité de cette célébration est suffisamment travaillée. Il faut donc une assemblée signifiante et un art de célébrer ajusté à ce que demandent les rituels.

Des propositions de catéchèse mystagogique

On peut envisager au moins deux types de propositions :

  • Des temps de catéchèse mystagogique tout au long de l’itinéraire ;
  • Un temps de catéchèse mystagogique après la célébration de la première des communions.

Tout au long de l’itinéraire

  • Dans le diocèse de Strasbourg, les enfants qui vont faire leur première communion cheminent avec un document qui leur propose plusieurs itinéraires pour découvrir et vivre de ce qui rend heureux les Chrétiens quand ils célèbrent l’Eucharistie : Secrets de Vie.2 Pour aller vers la première communion, Secrets de Vie « dépasse l’explication théologique du sacrement »3 et fait vivre des itinéraires qui permettent :
  • de mettre les enfants dans un bain de vie ecclésiale ;
  • d’habiter le langage de la prière liturgique ;
  • d’aider les enfants à se repérer dans une assemblée  ;
  • de célébrer des étapes qui s’enracinent dans la vie liturgique et la prière de l’Eglise ;
  • de poursuivre le cheminement, en participation à l’eucharistie ;
  • d’inviter à des temps de catéchèse mystagogique

Un itinéraire, par exemple, conduit les enfants à la prière eucharistique. Chemin faisant, ils découvrent que Dieu veut que notre vie avec lui réussisse. En se familiarisant avec le chant du Magnificat, ils entrent peu à peu dans la prière de louange et apprennent à dire à Dieu pourquoi les Chrétiens sont heureux avec lui. Ainsi, ils sont progressivement « adaptés » au langage liturgique. Ils ont alors invités à rejoindre la communauté chrétienne qui célèbre l’Eucharistie le dimanche.

Par exemple, dans la communauté de paroisses «Terre de Rencontre-Colmar », à la fin de ces célébrations, les enfants et aussi tous les membres de l’assemblée, sont invités à rester encore un moment à l’église. Il leur est proposé un court temps de mystagogie qui porte sur les rites plus particulièrement mis en valeur ce jour-là.

Pour les enfants, cela résonne avec l’itinéraire qu’ils ont parcouru et la célébration qu’ils viennent de vivre. Pour l’assemblée, au-delà de la surprise de la première fois, cela suscite de l’intérêt, comme si les rites s’éclairaient autrement.

Après la célébration de la première des communions

Il n’est pas sur qu’une catéchèse mystagogique, le jour de la première des communions des enfants, soit bien accueillie. Ce jour-là, les familles sont préoccupées par la fête de famille et le repas qui suivent. Par contre, il est sans doute possible de réinviter ces enfants et les familles qui le souhaitent le dimanche suivant. Il y a plusieurs arguments en faveur d’un tel choix :

  • On est initié à l’eucharistie par l’eucharistie. Il est donc important de proposer de vivre la « deuxième » des communions « dans la foulée de la première ».
  • Les rares enfants qui reviennent les dimanches suivants sont parfois livrés un peu à eux-mêmes. Les accompagner dans la vie eucharistique est de la responsabilité de toute l’assemblée.
  • Un temps de catéchèse mystagogique qui reviendrait par exemple sur le rite de communion trouverait alors toute sa place.

Télécharger une catéchèse rédigée pour les enfants

 

1. Benoit XVI, Exhortation post-synodale Sacramentum Caritatis, 2007, n°64.
2. Service de la catéchèse du diocèse de Strasbourg, Secrets de Vie, vers le sacrement de l’eucharistie, Bayard/Cerf, 2001.
3. Service de la catéchèse du diocèse de Strasbourg, Quand l’Eglise prie, des adultes accompagnent les enfants vers le sacrement de l’eucharistie, Bayard/Cerf, p.7, 2001.

Intérioriser le don qui est fait dans les sacrements

Le mystère du don de Dieu est si grand qu’une vie ne suffirait pas pour le comprendre. C’est pourquoi l’Eglise considère qu’une proposition catéchétique en réponse à une demande sacramentelle comprend aussi un temps de catéchèse après la célébration sacramentelle. Les Chrétiens des premiers siècles l’ont appelé « mystagogie » : il s’agit de prendre appui sur ce qui a été vécu dans le sacrement pour rentrer davantage dans la perception de l’amour gratuit que Dieu y a manifesté. Ce temps de catéchèse après la célébration sacramentelle permet aussi de s’inscrire pleinement dans la communauté des fidèles. Il y a une voie catéchétique d’une grande fécondité que nous ne saurions trop recommander.

Conférence des évêques de France, Texte national pour l’orientation de la catéchèse en France, Bayard, Cerf, Fleurus-Mame, 2006, p. 54-55.

Approfondir votre lecture

  • Bible lors célébration

    Qu’est-ce qu’une catéchèse mystagogique ?

    Ambroise, Cyrille de Jérusalem, Augustin… nous ont laissé de belles catéchèses destinées aux néophytes de leur époque. Dernier terme d’un triptyque préparation/célébration/mystagogie, elles concluaient le processus de l’initiation. Avant de devenir des textes, ces catéchèses ont été des paroles vivantes, adressées à une assemblée concrète.

  • 3 avril 2005 : Dimanche in albis - rencontre des néophytes avec Mgr André  Vingt-Trois à l'église St-Séverin, Paris.

    Le temps pascal, temps de la mystagogie

    La mystagogie est un temps (liturgique) et une action (« …urgie »). C’est un temps à part entière dans le déploiement liturgique de l’initiation chrétienne.

  • 22 juin 2014 : Servant d'autel, lors de l'ordination presbytérale d'Arnaud DHUICQ en la cathédrale Notre-Dame de Reims. Reims ( 51 ), France.

    Mystagogie et service de l’autel : qu’est-ce que la catéchèse mystagogique ?

    Par le père Laurent Tournier, prêtre eudiste, ancien directeur adjoint du service national de la catéchèse et du catéchuménat. Le père Laurent Tournier est intervenu sur ce thème lors de journée nationale organisée par le SNPLS pour les référents diocésains Servants d’autel le mardi 6 juin 2017.