La messe TV ou sur le Web, un exercice de communion !

10 mars 2020 : Dans le cadre des mesures prises contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, le pape François célébre la messe quotidienne, seul, sans fidèles, dans la chapelle de la résidence Sainte Marthe au Vatican.

10 mars 2020 : Dans le cadre des mesures prises contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, le pape François célébre la messe quotidienne, seul, sans fidèles, dans la chapelle de la résidence Sainte Marthe au Vatican.

La maladie, l’âge, la distance ou des circonstances exceptionnelles privent souvent les chrétiens de la messe dominicale. Les alternatives radiophoniques, télévisuelles ou sur le Web existent tout au long de l’année et se multiplient en ce moment de confinement généralisé. Mais l’écran risque de laisser passifs, alors que la Constitution sur la Liturgie du Concile Vatican II a tenu à rappeler un principe fort : on n’assiste pas à la messe comme des spectateurs, mais on participe ensemble à l’action par laquelle, mystérieusement mais réellement, le Christ rejoint chacun et forme son corps qu’est l’Église.

Alors vu les circonstances, comment ne pas rester passifs et participer comme l’on peut ?

Chacun, chacune peut :

  • s’associer à ce qui se passe en préparant les lectures avant d’allumer l’écran.
  • s’efforcer de s’organiser pour être devant l’écran à l’horaire même de la diffusion ; le « direct » crée une sorte de communion invisible plus facilement que le « replay »
  • s’associer aux prières habituellement prononcées par l’assemblée en les disant tout haut, même si on est seul à la maison.
  • prononcer une prière dite de « communion spirituelle » dans le silence méditatif qui suit le moment habituel de la communion.
  • prendre des nouvelles de quelques personnes qu’on sait seules, soit avant, soit après la messe pour ne pas la réduire à un acte de dévotion personnelle ou purement intellectuel.

« En attente du bonheur de la communion sacramentelle … »

Pour la prière de « communion spirituelle », on peut par exemple redire celle proposée le 19 mars par le pape François aux spectateurs lors de la messe qu’il célébrait presque seul dans la chapelle Sainte Marthe au Vatican et qui était diffusée en direct à la télévision à cause du confinement :

« A tes pieds, O mon Jésus, je me prosterne

et je t’offre le repentir de mon cœur contrit

qui s’abîme dans son néant et dans Ta sainte présence.

Je t’adore dans le Saint-Sacrement de ton amour,

désireux de te recevoir dans la pauvre demeure que t’offre mon cœur.

En attente du bonheur de la communion sacramentelle,

je veux te posséder en esprit.

Viens à moi, O mon Jésus, pour que je vienne à Toi.

Que ton amour enflamme tout mon être,

pour la vie et pour la mort.

Je crois en toi, j’espère en toi, je t’aime.

Ainsi soit-il. »

Aussi douloureuse soit-elle, la privation exceptionnelle de contacts subie en ce Carême 2020 pourrait devenir une chance s’il en découle une conscience renouvelée que le christianisme est une religion de l’Incarnation, et donc du corps et des relations. La communication virtuelle, aussi riche de potentialités soit-elle, ne remplace pas les relations humaines et la célébration vécue concrètement ensemble. « En attente du bonheur de la communion sacramentelle », les multiples moyens de la « communion spirituelle » nous préparent à désirer plus profondément encore le dynamisme à la fois personnel et communautaire qui découle du Mystère de la mort et de la résurrection de Jésus.

Épidémie COVID-19 : prier et célébrer au temps du coronavirus

  • « La « communion spirituelle » désigne l’union au Christ qui se réalise par le désir de la réception du sacrement, un désir qui, par nature, est donc assorti de l’attente de la communion sacramentelle ».

    Vivre la « communion spirituelle » : repères pour le discernement

    Comment discerner la question de la « communion spirituelle » lorsque les fidèles n’ont plus accès à la communion sacramentelle ? En raison des décisions de confinement prises pour lutter contre le coronavirus, et par conséquent dans un contexte inédit touchant la vie sacramentelle, la proposition faite aux fidèles de remplacer la communion sacramentelle (qui peut être sous une seule ou sous les deux espèces) par une « communion spirituelle » ou mieux une « communion de désir » est désormais largement relayée dans les médias.

  • « Pourquoi célébrer en famille la Parole de Dieu ? »

    Célébrer la liturgie de la Parole le dimanche en famille : pourquoi ? Comment ?

    Devant l'impossibilité de se réunir en communauté paroissiale, beaucoup de familles se demandent comment vivre le dimanche de manière qu'il reste le « jour du Seigneur ». La messe à la télévision ou par vidéo est une possibilité. Mais cette possibilité présente l'inconvénient de laisser chacun « spectateur », passif devant l'écran. La tradition de l'Église dispose d'autres ressources, telle la célébration de la liturgie de la Parole, que les difficultés actuelles peuvent nous faire redécouvrir pour célébrer activement en famille.

  • 27 septembre 2019 : Illustration. Haut de la fontaine de la place Saint Sulpice à Paris et fenêtres éclairées des appartements proches. Paris (75), France.

    Confinement : vivre une liturgie familiale pour le 6ème dimanche de Pâques

    « Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur » (Jn 14, 15-21). Voici la trame d’une célébration dominicale à vivre à la maison, avec des supports-ressources, pour le 6ème dimanche du Temps pascal, année A.

Célébration de l'Eucharistie

L'offrande eucharistique

Collection Célébrer - Vie reçue vie donnée

Acteurs de la célébration

Assemblée liturgique

Eucharistie en dehors de la messe

Lieux de la liturgie

Catéchèses du pape François sur l'Eucharistie et la messe

Sur la Web TV

Approfondir votre lecture

  • 23 Mars 2013 : 78ème pélerinage de Chartres pour les 18-30 ans, avec la "route" du diocèse de Paris. Offrandes eucharistiques posées sur un banc pour la Célébration, présidée par Mgr Jérome BEAU, év. aux. de Paris, dans l'église de Saint-Piat (28) France.

    Catéchèse du pape sur l’eucharistie : Pourquoi aller à la messe le dimanche ?

    Le dimanche, « premier jour de la semaine », « jour du soleil », « Jour du Seigneur » … dans cette catéchèse, le pape François rappelle l’origine de la sanctification du dimanche avec la célébration de l’Eucharistie, et l’importance du repos dominical.

  • 29 juillet 2014 : Messe pour les pèlerins présidée par Mgr Marc STENGER, évêque, de Troyes, accompagnateur de Pax Christi, en l'église d'Ardevon lors du Pèlerinage pour la Paix. Ardevon (50), France.

July 29, 2014: Mass in Ardevon Church during the Peace pilgrimage to Mont-Saint-Michel to mark the 70th anniversary of the Normandy landings and the liberation of France. Ardevon, France.

    La participation active des fidèles durant la messe

    « La mère Église désire beaucoup que tous les fidèles soient amenés à cette participation pleine, consciente et active, aux célébrations liturgiques qui est demandée par la nature de la liturgie elle-même et qui est, en vertu de son baptême, un droit et un devoir pour le peuple chrétien » (Constitution sur la liturgie, n°14). Cette demande du Concile, bien reçue dans les communautés chrétiennes, suppose que chacun comprenne ce dont il s’agit lorsqu’on évoque la participation active des fidèles.

  • 11 nov. 2016 : Fratello à Rome. Pèlerinage de personnes en situation de précarité, à l'occasion du Jubilé de la Miséricorde. Le pape François rencontre les pèlerins lors de la catéchèse dans la salle Paul VI au Vatican, Rome, Italie.

    Catéchèse du pape : « A la messe, élevons nos cœurs, pas nos téléphones »

    Une catéchèse du pape François qui introduisait un cycle de catéchèses sur l’Eucharistie, le « cœur de l’Eglise ». Une invitation du pape à « redécouvrir la beauté qui se cache dans la célébration eucharistique et qui, une fois dévoilée, donne tout son sens à la vie de chaque personne ».