Liturgie de la Toussaint, éléments de célébration

Scènes de la vie de Saint Rémi, Vitrail, Basilique Saint Rémi, Reims, Marne (51), Champagne Ardenne, France.

Chaque 1er novembre, la liturgie de la Toussaint donne de célébrer « la cité du ciel, notre mère la Jérusalem d’en haut ; c’est là que nos frères les saints, déjà rassemblés, chantent sans fin ta louange ». Alors, selon le Missel romain, sur quels éléments l’assemblée célébrante peut‑elle s’appuyer afin d’entrer en communion avec « ces enfants de l’Église dont tu fais un exemple et un secours pour notre faiblesse », « nous qui marchons vers elle par le chemin de la foi » (extraits de la préface de la messe de la Toussaint) ?

À l’origine, la fête de la Toussaint a d’abord été célébrée après les fêtes de Pâques voire suite à la Pentecôte. Puis cette ancienne fête des martyrs a commencé à s’étendre à d’autres saints voire à être fêtée le 1er novembre en certains endroits. Et lorsque vers 830 le pape Grégoire IV ordonne de l’étendre au monde entier, cette décision entraîne la fixation de la fête de la Toussaint au 1er novembre (sur cette histoire et le sens de la fête, lire sur ce site « Fête de la Toussaint, 1er novembre : notre avenir dévoilé »).

L’histoire place donc la fête de la Toussaint sous le signe de la résurrection, celle du Christ et à sa suite celle espérée pour ses disciples. Elle permet d’unir l’Église de la terre à l’֤Église du ciel et en particulier à tous les saints connus ou inconnus déjà parvenus à la béatitude. C’est ce qu’exprime sous forme d’un souhait la finale de la bénédiction solennelle prévue par le missel :

« Puissiez-vous, tous ensemble, posséder le bonheur de la patrie où la sainte Église se réjouit de voir ses enfants associés aux citoyens du ciel dans la paix éternelle ».

Dans le Graduel traditionnel, la liturgie de la Messe de la Toussaint se déroulait ainsi :

  • Le psaume 32 comme chant d’entrée (Introït) avec pour refrain: « Que la joie du Seigneur soit en vous pour chanter avec les anges la gloire des saints » : Gaudeamus omnes in Domino.
  • La lecture de l’Apocalypse 7, 2-12
  • Le Psaume du Graduel est le Ps 33 : Timete Dominum (dans l’actuelle liturgie se prend le Ps 23 « voici le peuple de ceux qui cherchent ta face, Seigneur »)
  • La lecture de la 1ère lettre de saint Jean 3, 1-3
  • l’Alleluia avec pour verset alleluiatique saint Matthieu 11, 28
  • L’Évangile des béatitudes selon saint Matthieu 5, 1-12
  • Ensuite la litanie des Saints en guise de prière universelle
  • Pour l’offertoire : Justorum animae (extrait du livre de la Sagesse 3, 1-3)
  • Pour la communion : Beati mundo corde (extrait de saint Matthieu 5, 8-10)

Dans la continuité, avec les mêmes textes, la liturgie poursuit aujourd’hui la belle tâche de tourner le regard des croyants vers cette « foule immense » issue de « toutes nations, tribus, peuples et langues » qui se tient déjà « devant l’Agneau » (Ap. 7,2-4.9-14). Et cette vision inscrit dans les cœurs que « dès maintenant » « enfants de Dieu », alors « nous lui serons semblables » (1 Jn 3, 1-3) et que pour nous y préparer, nous sommes appelés dès maintenant à vivre les Béatitudes enseignées par Jésus (Mt 5,1-12).

Préface de la Toussaint : La gloire de Jérusalem notre mère

Vraiment, il est juste et bon pour ta gloire et notre salut de t’offrir notre action de grâce, toujours et en tout lieu, Seigneur, Père très saint, Dieu éternel et tout-puissant.

Car tu nous donnes de célébrer aujourd’hui la cité du ciel, notre mère la Jérusalem d’en haut ; c’est là que nos frères les saints, déjà rassemblés, chantent sans fin ta louange. Et nous qui marchons vers elle par le chemin de la foi, nous hâtons le pas, joyeux de voir glorifiés ces enfants de l’Église dont tu fais un exemple et un secours pour notre faiblesse.

C’est pourquoi, avec la foule immense des saints et des anges, d’une seule voix, nous célébrons ta louange en proclamant : Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur…

Pour permettre à l’assemblée d’exprimer son action de grâce de pouvoir avoir devant les yeux un tel avenir, voici une liste non exhaustive de chants. On trouve ainsi dans les « promotions épiscopales » :

  • Aujourd’hui c’est jour de fête (W 47-98-1), prose de N-D de Paris,
  • Autour de trône de l’Agneau (W 587),
  • Bienheureux le pauvre (W 22 – 98),
  • La joie de Dieu ne passe pas (W 13 – 26),
  • Litanie des Saints (W 12 bis),
  • Puissance et gloire de l’Esprit (W 14).

On peut aussi bien sûr se rapporter au recueil des « Chants notés de l’assemblée » :

  • Agneau de dieu, Agneau vainqueur (A 221-1)
  • Amis de Dieu (W13-24)
  • Béatitudes (HL 2)
  • Bienheureux (W67)
  • Chant des béatitudes (HL 2)
  • Dieu nous te louons (W1)
  • Gloire à Dieu (AL 48-00)
  • Heureux, bienheureux (U 589)
  • Heureux ceux que Dieu a choisi (N 23-2)
  • Heureux ceux qui ont tout donné (W 32-24)
  • Heureux le peuple de ceux qui cherchent Dieu (M 37)
  • Heureux le peuple (M37)
  • Heureux les hommes au cœur de chair (W 100)
  • Heureux les pauvres (WLH 106)
  • Ils sont nombreux les bienheureux (W 72)
  • Litanies pour aujourd’hui (W 28-33)
  • Par la musique et par nos voix (U 43-38)
  • Pas de plus grand bonheur (D 13-20)
  • Peuple de bienheureux (W 111)
  • Priez, priez le Seigneur (W 13-23)
  • Que nos cœurs soient en fête (W 13-25)
  • Tous les Saints de nos familles (W 70)
  • Tu es la vraie lumière (CNA 595)
  • Tu fais partager ton bonheur (KT 15-22)
  • Tous les Saints de nos familles (W 70)

Comme y insiste le missel, « la solennité de tous les Saints nous met devant les yeux la foule immense des rachetés, pour nous dévoiler l’avenir vers lequel nous sommes en marche ». On veillera donc à aider les participants à « voir » cet avenir. Ainsi on s’efforcera de dissiper toute confusion avec la célébration du lendemain, la commémoration de tous les fidèles défunts, même s’il est bon d’évoquer à un moment notre espérance que cette Cité des vivants qui dépasse largement la liste des saintes et des saints connus des calendriers liturgiques concerne aussi des saints inconnus et nos défunts. Le président de l’assemblée pourra s’appuyer dans son homélie sur les différentes prières du missel pour « nous rendre conscients de notre solidarité avec ceux qui nous ont précédés dans le monde invisible. Vivant près de Dieu, ils sont pour nous de puissants intercesseurs ». Autrement dit, l’Eglise de la terre n’est pas seule dans sa marche, l’Eglise du ciel est là.

Pour manifester cet horizon, outre le choix des chants, on pourra mettre en valeur certains éléments de l’architecture des églises : vitraux, statues…, peut-être déjà en invitant à les regarder, en nommant certains personnages ou en plaçant des lumignons devant. Une litanie des saints, en nommant les saints patrons des églises de la paroisse, peut servir de prière universelle ou l’introduire. Les mêmes saints patrons peuvent cités au cours de la prière eucharistique. Enfin on peut employer la bénédiction solennelle ou une des prières pour le peuple proposées dans le missel.

Prières sur le peuple prévues pour les fêtes des saints :

27
Que le peuple chrétien exulte, Seigneur,
en vénérant les membres glorieux du Corps de ton Fils ;
quand il les célèbre, c’est à toi qu’il s’attache :
qu’il reçoive avec eux l’héritage éternel
et se réjouisse à jamais de ta gloire.
Par le Christ, notre Seigneur.

28
Nous t’en prions, Seigneur,
tourne vers toi le cœur de ton peuple ;
toi qui le places sous la protection de tant de saints,
dirige-le et tiens-le constamment sous ta garde.
Par le Christ, notre Seigneur.

Ainsi à la Toussaint, Dieu donne de « célébrer dans une même fête la gloire de tous les saints », connus et inconnus. Et grâce à cette célébration, la contemplation de cet l’avenir vers lequel nous sommes en marche encourage à se tourner encore plus résolument vers le Seigneur : « Puisqu’une telle multitude intercède pour nous, accorde‑nous ce que nous désirons, l’abondance de ta miséricorde » (prière d’ouverture du Missel).

1er novembre

TOUS LES SAINTS

Solennité

La solennité de tous les Saints nous met devant les yeux la foule immense des rachetés, pour nous dévoiler l’avenir vers lequel nous sommes en marche. Mais elle doit aussi nous rendre conscients de notre solidarité avec ceux quinous ont précédés dans le monde invisible. Vivant près de Dieu, ils sont pour nous de puissants intercesseurs.

ANTIENNE D’OUVERTURE

Tous ensemble, réjouissons-nous dans le Seigneur,
célébrons ce jour de fête en l’honneur de tous les saints.
Les anges se réjouissent avec nous de cette fête ;
ils en glorifient le Fils de Dieu.

Gloria.

PRIÈRE

Dieu éternel et tout-puissant, +
tu nous donnes de célébrer dans une même fête
la gloire de tous les saints ; *
puisqu’une telle multitude intercède pour nous,
accorde-nous ce que nous désirons, /
l’abondance de ta miséricorde.
Par Jésus Christ, ton Fils, notre Seigneur, +
qui vit et règne avec toi dans l’unité du Saint-Esprit, /
Dieu, pour les siècles des siècles.

Credo.

PRIÈRE SUR LES OFFRANDES

Daigne accepter, Seigneur, l’offrande
que nous te présentons
en l’honneur de tous les saints ; *
puisque nous croyons qu’ils sont déjà dans la paix de l’immortalité, /
accorde-nous d’éprouver aussi leur sollicitude
pour notre salut.
Par le Christ, notre Seigneur.

PRÉFACE (voir plus haut dans le texte de l’article)

Dans les prières eucharistiques I, II et III, il y a des textes propres à la Toussaint.

ANTIENNE DE LA COMMUNION           Mt 5, 8-10

Heureux les cœurs purs,
car ils verront Dieu !
Heureux les artisans de paix,
car ils seront appelés fils de Dieu !
Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice,
car le royaume des Cieux est à eux !

PRIÈRE APRÈS LA COMMUNION

Tu es admirable, Seigneur Dieu ; +
tu es le seul saint,
toi que nous adorons dans tous les saints ; *
nous implorons ta grâce :

quand par elle nous serons parvenus à la sainteté
dans la plénitude de ton amour, /
fais-nous passer de la table des pèlerins

au banquet de la patrie du ciel.
Par le Christ, notre Seigneur.

On peut employer une formule de bénédiction solennelle ou une prière sur le peuple.

(Extrait du Missel romain
selon la traduction entrée en vigueur le 28 novembre 2021)

Le saint du jour

Sur Nominis

Saint Auguste Chapdelaine - Missionnaire, martyr en Chine (+ 1856)

et ses compagnons, martyrs. Ils étaient membres de la Société des Missions Étrangères de Paris et, après deux années d'activités missionnaires, ils sont arrêtés et torturés dans une Chine qui…

Catéchèse & Catéchuménat

Unn numéro pour la Toussaint

Oasis 9 Couverture

Eglise catholique en France

Approfondir votre lecture

  • Notre-Dame des Douleurs, le 15 septembre

    Le 15 septembre, le jour suivant la fête de la Croix glorieuse, nous célébrons la compassion de Marie au pied de la croix : Notre Dame des sept douleurs. Marie partage la souffrance de son fils et nous rappelle la peine des hommes et l’urgence de compatir et de venir en aide à notre prochain.

  • Fête des saints Michel, Gabriel et Raphaël, archanges, le 29 septembre

    Selon le Credo, Dieu est le créateur du monde visible mais aussi de « l’univers invisible ». Le 29 septembre, en fêtant les archanges Michel, Gabriel et Raphaël, l’Église célèbre « tous les anges qui, du Paradis de la Genèse à celui de l’Apocalypse, remplissent de leur présence invisible le déroulement de l’histoire du salut. Messagers du Seigneur pour révéler ses desseins et porter ses ordres, ils constituent, avec les saints, la foule immense des adorateurs du Dieu Vivant » (notice du Missel romain).

  • Marie

    Nativité de la Vierge Marie, le 8 septembre

    Au mois de septembre, en semaine, l’Église fête trois fêtes mariales, la naissance de Marie, le nom de Marie et les douleurs de Marie. Moins solennelle que l’Assomption, la Nativité de Marie est fêtée avec joie par le peuple chrétien, comme celle de Jean-Baptiste. L’une et l’autre annoncent l’aurore du salut. Dans la prière, la naissance de Marie et sa maternité divine sont mises en relation.