Célébrer le dimanche à partir de la Liturgie des Heures

8 décembre 2016 : L'assemblée lors de la messe de l'Immaculée Conception, célébrée en l'église Notre Dame de l'Assomption à Montesson (78), France.

8 décembre 2016 : L’assemblée lors de la messe de l’Immaculée Conception, célébrée en l’église Notre Dame de l’Assomption à Montesson (78), France.

Cette proposition pour un temps de prière dominical en communauté s’inspire de la structure de la prière des Heures.

Suggestions pratiques

Ce temps de prière suit la structure de la Liturgie des Heures avec ses quatre éléments fondamentaux : hymne, psaume, lecture de la Parole de Dieu, prière d’intercession. On pourra y ajouter des éléments tels que :

  • Un lucernaire (rite de la lumière), au début de la prière, qui symbolise la présence du Christ à l’heure où le soir tombe (Luc 24, 29)
  • Une offrande d’encens, au début, qui signifie concrètement l’adoration et la prière (Matthieu 2, 11)
  • On pourra éventuellement choisir de mettre à l’honneur la Parole, comme signe de la présence du Christ dans la liturgie. « Le Christ est là présent dans sa parole, car c’est lui qui parle tandis qu’on lit dans l’Église les Saintes Écritures. » (Constitution sur la sainte liturgie, n° 7)
  • La croix, signe central de notre foi, marque du chrétien.

On sera cependant attentif à ne pas multiplier l’emploi de ces signes dans la même célébration.

On ne manquera pas de soigner l’aménagement du lieu pour le rendre digne, en le nettoyant, le décorant (selon le temps liturgique), en le chauffant. Selon le nombre de personnes attendues, il faudra aussi penser à la sonorisation. On sera attentif à la présence éventuelle d’enfants.

Proposition de schéma de prière (30’)

Se rassembler

  • Un signe de croix introduit et posé.
  • Un chant : hymne ou cantique connu de tous pour rassembler la communauté. Par exemple Reste avec nous (Chants notés de l’assemblée, CNA n° 815).
  • Si on choisit de mettre en valeur le rite de la lumière (lucernaire), on aura intérêt à prendre Joyeuse Lumière (CNA n° 806). Pendant le chant, une personne allumera les bougies sur l’autel (à partir du cierge pascal, en dehors du Carême).
  • Si on choisit de privilégier le rite de l’encens, on peut prévoir une vasque dans laquelle on fera brûler l’encens, elle sera placée devant l’autel. Pendant ce temps, la communauté pourra chanter Que ma prière devant toi, (CNA n° 814).

Chanter un psaume

Choisir un psaume proposé dans Prière du Temps Présent pour le dimanche soir.

Deux mises en œuvre sont possibles :

  • La forme responsoriale : Celui qui mène la prière chante ou dit une antienne ou un refrain que tous répètent, au début et à la fin, ainsi qu’après certaines strophes du psaume (le psaume est chanté ou lu par un soliste) ;
  • La forme psalmodiée en alternance : Quelqu’un chante une strophe ou un verset, puis les autres participants le ou la suivante, et ainsi de suite. Tous chantent le « Gloire au Père… »

Écouter la Parole

Lecture de la Parole (Évangile du dimanche) Le lecteur ou la lectrice prend le lectionnaire du dimanche là où il a été déposé avant la célébration, et se rend à l’ambon, près de la croix, pour proclamer l’évangile du dimanche face à l’assemblée.

Un refrain peut alors être lancé en réponse par un soliste puis repris par tous.

Le cantique de la Vierge Marie NT1

Le Magnificat (Luc 1, 47-55) est psalmodié ou chanté selon une mélodie connue.

Intercéder

Prendre la prière d’intercession et de louange tirée de Prière du Temps Présent en ajoutant des intentions libres, ou encore la prière universelle de la paroisse pour ce dimanche.

Prier comme des fils et conclure

Comme nous l’avons appris de Jésus lui-même nous osons dire (ou chanter) : Notre Père…

Avec la doxologie finale : Car c’est à toi qu’appartiennent.

Loraison conclusive peut-être prise dans Prière du Temps Présent ou dans le Missel (Prendre la Prière d’ouverture du dimanche).

Article extrait de la revue Célébrer n°320

Approfondir votre lecture

  • 27 septembre 2019 : Illustration. Haut de la fontaine de la place Saint Sulpice à Paris et fenêtres éclairées des appartements proches. Paris (75), France.

    COVID-19 et confinement : vivre une liturgie familiale à domicile pour le 5ème dimanche de Carême

    En ces jours de confinement, où les catholiques ne peuvent participer à la liturgie dominicale, les célébrations en ligne (via Facebook, Youtube etc…) se multiplient et elles aident à rester dans la communion. On peut aussi faire le choix d’une célébration plus active, en famille, grâce à des propositions comme celle de l’équipe PLS du diocèse d’Orléans qui met à disposition des fidèles un livret pour conduire et vivre une liturgie domestique en famille, en « Église domestique » (Lumen gentium, n. 11). Voici la trame d’une célébration dominicale à la maison, avec des supports-ressources, pour le 5ème dimanche de Carême, année A.

  • « Viens, sers et va » : un message adressé aux servants d'autel pour cheminer vers Pâques.

    « Viens, sers et va » : le Carême, un temps d’entraînement à la vie chrétienne

    La période du confinement tient les servants d’autel, comme tous les fidèles, éloignés de l’église où ils ont l’habitude de servir la liturgie dominicale. En ce temps de Carême bouleversé par l’épidémie du coronavirus, Mgr François Touvet, évêque de Châlons en Champagne, chargé d’accompagner le département Servants d’autel, adresse un message aux enfants et aux jeunes engagés au service de la liturgie. « Viens, sers et va » : trois invitations à vivre ce cheminement vers Pâques comme un temps d’entraînement à la vie chrétienne.

  • 10 mars 2020 : Dans le cadre des mesures prises contre la propagation du nouveau coronavirus COVID-19, le pape François célébre la messe quotidienne, seul, sans fidèles, dans la chapelle de la résidence Sainte Marthe au Vatican.

    La messe TV ou sur le Web, un exercice de communion !

    La maladie, l’âge, la distance ou des circonstances exceptionnelles privent souvent les chrétiens de la messe dominicale. Les alternatives radiophoniques, télévisuelles ou sur le Web existent tout au long de l’année et se multiplient en ce moment de confinement généralisé. Mais l’écran risque de laisser passifs, alors que la Constitution sur la Liturgie du Concile Vatican II a tenu à rappeler un principe fort : on n’assiste pas à la messe comme des spectateurs, mais on participe ensemble à l’action par laquelle, mystérieusement mais réellement, le Christ rejoint chacun et forme son corps qu’est l’Église.