Évangile

Eu-aggélion, en grec, signifie « bonne nouvelle ». Ce mot, écrit dès le premier verset de saint Marc, résume la Bonne Nouvelle du salut annoncé et opéré par Jésus Christ. Il désigne ensuite les quatre récits de la vie, de la mort et de la Résurrection de Jésus, qui constituent le sommet de toute l’Écriture. L’Église a toujours eu les évangiles en particulière vénération.

La lecture solennelle de l’Évangile à la messe est le moment le plus solennel de la liturgie de la Parole : tous doivent écouter alors comme s’ils entendaient le Christ lui-même leur annoncer la Bonne Nouvelle du salut. Le héraut de l’Évangile est le diacre ou, à son défaut, le prêtre lui-même : telle est sa dignité qu’il ne peut être proclamé, dans la liturgie, que par un ministre ordonné. Pour souligner encore le respect dû à la parole de Jésus, le livre des évangiles est placé sur l’autel dès l’entrée ; c’est là que le diacre va le chercher pour se rendre processionnellement jusqu’à l’ambon, précédé des céro-féraires et du thuriféraire.

Avant de lire l’évangile du jour, le diacre salue l’assemblée, annonce la lecture qu’il va faire ; il trace un signe de croix sur l’évangéliaire, puis il se signe sur le front, la bouche et le cœur, imité en cela par les fidèles, qui sont debout ; il encense l’évangéliaire et commence le chant ou la proclamation de l’évangile, à la lumière des cierges portés par les céroféraires, symboles de Christ, lumière du monde. Une acclamation du Peu­ple, à l’invitation du diacre, conclut cette lecture et, en signe nou­veau de respect, le diacre baise l’évangéliaire (voir Baiser). Lors de son ordination, le diacre reçoit solennellement le livre de l’Évangile, après l’imposition des mains et la prière consécratoire ; l’évêque lui dit alors : « Recevez l’Évangile du Christ que vous avez la mission d’annoncer ».

Avant l’imposition des mains et la prière consécratoire, à l’ordina­tion épiscopale, l’évêque consécrateur principal place le livre des évangiles, ouvert, au-dessus de la tête de l’élu agenouillé, pour signifier que l’Esprit Saint est sur lui, parce qu’il l’a consacré par l’onction, pour porter la bonne nouvelle aux pauvres (Lc 4, 18 ; Is 61, 1). L’évêque est le véritable annonciateur de l’Évangile, à la suite du Christ : il donne au diacre une participation à ce minis­tère.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Mettre en valeur la Parole de Dieu : note de la Congrégation pour le Culte divin

    Dans une note parue samedi 19 décembre 2020, la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements développe dix points pour mieux mettre en valeur la Parole de Dieu lors des célébrations, explorant sa relation avec la liturgie.

  • Dimanches de Carême : les trois évangiles des scrutins

    Pour accompagner l’ultime préparation des catéchumènes à leur baptême, et le cheminement des fidèles vers les célébrations pascales, la liturgie dominicale offre un parcours jalonné de trois grands récits empruntés à l’évangile selon saint Jean. S’ils ne forment pas à proprement parler, dans le 4ème Évangile, une séquence, la tradition chrétienne n’a cependant pas trahi l’intention de l’évangéliste en les rapprochant. Dans sa présentation du ministère de Jésus, saint Jean a en effet traité ces trois rencontres avec un soin et un déploiement sans équivalents.

  • Vivre la conversion à la lumière d’Evangelii Gaudium

    N’y a-t-il pas plus parfaite expression de la nouveauté qu’une naissance ? L’avènement d’un enfant, d’un fils ou d’une fille est bien l’avènement du nouveau par excellence ! Cet adjectif « nouveau » présent dans les écrits prophétiques, apocalyptiques de la Bible, signifie : ce que Dieu seul peut donner.

  • La liturgie, lieu privilégié de la parole de Dieu

    Concernant l’importance de la sainte Écriture pour la liturgie depuis la réforme du Concile Vatican II, on peut retenir trois orientations déterminantes : la lecture plus abondante de l’Écriture, la dimension dialogale et le lien entre Parole et Sacrement.

  • Les évangiles des huit dimanches du Temps pascal

    Les évangiles des huit dimanches « entre Pâques et Pentecôte nous révèlent un itinéraire qui donne au peuple de Dieu les vivres nécessaires pour parcourir ce temps « intermédiaire ». L’Église y fait l’expérience de la proximité du Ressuscité, tous les jours jusqu’à la fin du monde … en attendant précisément son retour dans la gloire.