L’Epiphanie

Gentile da Fabriano, L'Adoration des Mages (détail), 1423, tempera sur bois, 203 x 283 cm, Musée des Offices, Florence, Italie.

Gentile da Fabriano, L’Adoration des Mages (détail), 1423, tempera sur bois, 203 x 283 cm, Musée des Offices, Florence, Italie.

La fête de l’Épiphanie qui signifie « manifestation de Dieu » a lieu le 6 janvier. Après la naissance de Jésus, les trois rois mages, Balthazar, Gaspard et Melchior sont venus l’adorer, reconnaissant en lui sa divinité.

« A la vue de l’étoile, les mages se dirent entre eux : Voici le signe du grand Roi, allons à sa recherche ; offrons-lui en présent l’or, l’encens et la myrrhe, alléluia » (antienne de l’épiphanie).

 

Du grec épiphanéia : « apparition » ; de épiphainéin : « paraître ou briller sur ». La Solennité de l’Epiphanie célèbre la manifestation de Jésus comme Messie. La fête est venue d’Orient où elle a été fixée au 6 janvier : fête des lumières, fête de l’eau, elle est beaucoup plus la célébration de l’inauguration du ministère public du Christ, lors de son baptême au Jourdain, qu’une festivité des événements de l’enfance de Jésus.

En Occident, l’Epiphanie, fixée au 6 janvier ou au dimanche situé entre le 2 et le 8 janvier, est surtout la fête des Mages ou des « Rois ». Les manifestations inaugurales de la vie publique ne sont pas oubliées, puisque l’office de la fête parle des trois mystères de ce jour comme n’en faisant qu’un : l’adoration des Mages, le baptême de Jésus et les noces de Cana (cf. Antienne de Magnificat aux secondes Vêpres) ; il faut dire cependant que les Mages retiennent presque toute l’attention.

Pour laisser à l’Epiphanie toute sa dimension de « Pentecôte » du cycle de la Nativité, l’Église latine a récemment instauré la Fête du Baptême du Seigneur, célébrée le dimanche qui suit l’Epiphanie. Un antique usage de la liturgie romaine fait annoncer solennelle­ment les dates des fêtes mobiles, après le chant de l’évangile, le jour de l’Epiphanie.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Les épiphanies du Seigneur

L’emploi au pluriel du mot épiphanie met en valeur non seulement la fête de l’Épiphanie qui en Occident désigne la manifestation du Seigneur aux mages, mais aussi son baptême au Jourdain et son premier miracle aux noces à Cana.

« Aujourd’hui, l’Église est unie à son Époux ; le Christ au Jourdain la purifie de ses fautes, les mages apportent leurs présents aux noces royales, l’eau est changée en vin, pour la joie des convives, alléluia. » (Antienne du cantique de Zacharie pour l’Épiphanie)

Extrait de Célébrer n°394

Célébrer la solennité de l'Epiphanie

Le saint du jour

Sur www.nominis.cef.fr

Saint Matthieu - Un des apôtres du Christ, martyr (1er s.)

A Capharnaüm, il y avait un poste de douane. Le fonctionnaire qui tenait ce poste s'appelait Lévi ou Matthieu. Il était fils d'Alphée. Un matin, Jésus l'appelle, Matthieu laisse ses…

Sur www.tv.catholique.fr