Commixtion

Du latin commixtio : « action de mêler, de mélanger » (commisceo : « mêler avec »). Rite de la messe, situé après la fraction du pain, qui consiste à laisser tomber dans le calice un fragment de l’hostie. Ce faisant, le prêtre dit la formule suivante : « Que le corps et le sang de Jésus Christ, réunis dans cette coupe, nourrissent en nous la vie éternelle ». La séparation du corps et du sang eucharistiques signifie et actualise, de manière non sanglante, l’unique sacrifice du Calvaire : Jésus glorieux, qui se rend présent sur l’autel, s’y trouve, sacramentellement, dans un état de victime. Le geste de la commixtion évoque la Résurrection qui a réuni à jamais, pour la vie éternelle, l’âme et le corps du Christ.

Ce rite est très ancien ; on le pratique partout. Il est sans doute lié à la coutume primitive de porter aux autres églises, en signe de communion, le corps et le sang consacrés. Dans les messes des « présanctifiés », pour ramollir les pains eucharistiques précédem­ment consacrés, on avait aussi l’habitude de les tremper dans la coupe eucharistique. On dit parfois « immixtion ». Voir Intinction.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Dédicace de l'église Notre-Dame-du-Rosaire par Mgr Delannoy, Les Lilas (93), France, 30 janvier 2011.

    La dédicace d’une église

    « Un édifice cultuel doit être considéré pour ce qu’il est : il n’est ni une salle de spectacle, ni un musée, ni un bâtiment. Il est un édifice religieux, un signe de transcendance dans notre société sécularisée. Pour les uns, un témoin du passé, pour d’autres un lieu de prière, de recueillement, de célébration toujours actuel, il est un monument digne d’être considéré pour ce qu’il est. »

  • 28 mars 2018 : Communion lors de la célébration de la messe chrismale. Paris (75), France.

    « Vous êtes le corps du Christ »

    D’après une intervention de Maxime Leroy, directeur du CIPAC (Centre de formation pastorale et d’animation catéchétique interdiocésain, à Lille) lors d’une journée diocésaine des équipes liturgiques dans le diocèse d’Arras en avril 2000. « La liturgie – et tout spécialement l’eucharistie – est à la fois la source et le sommet de toute vie chrétienne » nous dit le Concile Vatican Il au n°10 de sa Constitution sur la Sainte Liturgie. Source et sommet de toute notre vie. Mais qu’est-ce donc que la vie ?

  • Centre baptismal, église Petri, vue intérieure de l'aile ouest, Lutherstadt Eisleben

    La prière de dédicace d’une église

    La dédicace d’une église est l’acte solennel par lequel un édifice est voué définitivement au culte. Elle est célébrée par l’Église locale rassemblée dans la diversité de ses membres autour de son évêque. Celui-ci prononce la prière de dédicace avant de procéder à l’onction de saint chrême de l’autel et des murs de l’église.

  • 28 Juillet 2015 : Célébration eucharistique dans l'église du Carmel de la Paix. Mazille (71), France.

    La communion pour les personnes allergiques au gluten

    Le Service national de la pastorale liturgique et sacramentelle est régulièrement consulté au sujet de la communion pour les personnes allergiques au gluten (maladie cœliaque). Cette note veut donc apporter quelques éclaircissements dans le but d’aider les pasteurs et les personnes concernées par cette maladie et faciliter leur accès à a communion eucharistique.

  • Détail du tabernacle de l'Eglise Maria Theotokos, Loppiano, Italie.

    Le tabernacle, lieu de la présence : vocabulaire et aménagement

    Le tabernacle, la tente des Hébreux par laquelle Dieu montre son soutien à son peuple, ce qui annonce l’eucharistie, est devenu, dans le culte catholique, un meuble aux aspects divers. Devant permettre la conservation digne du pain consacrée en même temps que l’exaltation de la Présence réelle, son implantation diffère selon l’époque : distinct ou non de l’autel, incorporé au retable situé dans le chœur ou dans une chapelle. La forme est passée de l’ostentatoire au minimalisme, évolution anecdotique si elle n’était liée au message à transmettre.