Malades (sacrement des)

Le sacrement des malades continue dans l’Église l’œuvre de miséricorde accomplie par le Seigneur au bénéfice des infirmes à qui il imposait les mains (Mt 8, 3.15 ; Mc 6, 5 ; cf. Ac 4, 30).

De son vivant déjà, Jésus avait envoyé ses apôtres en mission : « Ils chassaient beaucoup de démons et faisaient des onctions d’huile à de nombreux infirmes et les guérissaient » (Mc 6, 13). Au moment de quitter définitivement ses disciples, Jésus indique « les signes qui accompagneront ceux qui auront cru » (Mc 16, 17), parmi lesquels celui-ci : « Ils imposeront les mains aux infirmes et ceux-ci seront guéris » (v. 18). Aussi n’est-on pas étonné de lire en l’Êpître de saint Jacques : « Quelqu’un parmi vous est-il malade ? Qu’il appelle les Anciens de l’Église et qu’ils prient sur lui, après l’avoir oint d’huile au nom du Seigneur. La prière de la foi sauvera le patient et le Seigneur le relèvera. S’il a commis des péchés, ils lui seront remis » (5, 14-15).

Le sacrement des malades comporte essentiellement, après un acte pénitentiel et une prière litanique (voir Litanie), une imposition silencieuse des mains du prêtre sur la tête du malade, puis une onction de l’huile des malades, bénite par l’évêque au Jeudi saint, sur son front et sur ses mains : en faisant ces onctions, le prêtre dit :

« N., par cette onction d’huile sainte, que le Seigneur vous manifeste sa grande bonté et vous remette tout ce que vous avez fait de mal ».

Une oraison, le Pater et une bénédiction concluent le rite.

En lien avec le soulagement qu’apporte naturellement, dans cer­taines maladies, l’onction d’un baume quelconque, l’onction des malades opère surnaturellement un apaisement de la maladie, mais surtout une pacification de l’âme ainsi que la rémission des péchés et de ses suites ; elle ne dispense pas du sacrement de la pénitence, mais elle en est un certain achèvement. Le sacrement des malades n’est pas l’ « extrême-onction » réservée aux mourants ; toute maladie grave est un titre à recevoir la grâce propre à cette situation particulière de la vie du chrétien, ou simplement le grand âge et la vieillesse.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Célébration de première eucharistie.

    Quand et comment célébrer la première communion des adultes ?

    De plus en plus d’adultes, baptisés dans leur enfance, se rapprochent de l’Église et demandent à recevoir l’eucharistie. Appelés souvent « recommençants », si l’Église les considère non plus comme des catéchumènes puisqu’ils ont été baptisés, leur préparation relève avant tout d’une démarche catéchuménale : un temps prolongé qui permet la croissance de leur foi et son intelligibilité par des catéchèses, des relations réelles avec d’autres chrétiens, leur participation à des rites liturgiques, en particulier des célébrations de la Parole.

  • 9 mai 2018 : Illustration de la Semaine sainte, de la fêtes des Rameaux aux baptêmes lors de la Vigile pascale. France.

    La réforme liturgique de la Vigile pascale et de la Semaine sainte sous Pie XII

    Un des fruits de la réforme liturgique entreprise par le pape Pie XII sera de célébrer avec plus de vérité le mystère du Salut du Christ grâce à la restauration de la Vigile pascale en 1951 puis de la totalité de la Semaine sainte en 1955.

  • XXVIIème festival de musique sacrée de Sylvanès

    Musique liturgique : l’emploi du répertoire historique pour les Rameaux et la Semaine sainte

    Peut-on utiliser le « trésor » musical de l’Eglise dans nos liturgies ? Comment ? A quelles conditions ? Que faire des motets, hymnes, psaumes hérités de plusieurs siècles par des compositeurs de grand talent, parfois au rang de chef d’œuvre ? Voici une proposition de répertoire historique pour le temps de la Passion : le Dimanche des Rameaux et la Semaine sainte.

  • 24 mars 2016 : Lavement des pieds, lors de la célébration du Jeudi Saint à la paroisse Saint-Jean-Baptiste de Belleville. Paris (75), France.

    Jeudi saint : le rite du lavement des pieds

    Le jeudi saint, lors de la Messe du soir en mémoire de la cène du Seigneur est mis en lumière « les mystères principaux que célèbre cette messe, à savoir l’institution de l’eucharistie et du sacerdoce, ainsi que le commandement du Seigneur sur la charité fraternelle… » (Missel romain, messe du jeudi saint, n° 5).

  • 16 Avril 2014 : Consécration du saint Chrème et bénédiction de l'huile des catéchumènes et de l'huile des malades lors de la messe chrismale présidée par Mgr Gérard DAUCOURT, év. de Nanterre. Cath. Sainte Geneviève. Nanterre (92) France.

    L’huile, l’onction et la messe chrismale

    Pourquoi donc utiliser de l’huile en des célébrations liturgiques ? L’huile n’a, en soi, rien de spirituel … Cependant, si l’eau coule sur le corps, l’huile le pénètre : l’effet est tout différent.