La Maison-Dieu n°298 : Tradition et innovation

La Maison-Dieu 298, éd. Cerf.

La Maison-Dieu 298, éd. Cerf.

En cette fin d’année 2019, la revue trimestrielle d’études liturgiques et sacramentelles La Maison-Dieu consacre un nouveau numéro au cinquantième anniversaire de Missale romanum. Après un volume intitulé « Le travail de traduction du Missel de 1970 », La Maison-Dieu n°298 s’intéresse au rapport entre « tradition et innovation » dans le corpus du Missel romain et dans la constitution apostolique.

Tradition et innovation

Le cinquantième anniversaire de Missale romanum

Comme annoncée, cette dernière livraison de notre revue pour l’année 2019 prolonge le cinquantième anniversaire de la Constitution apostolique Missale romanum promulguée par le pape Paul VI le 3 avril 1969. Le dossier 297 abordait la réalisation du Missel de 1970 et l’immense travail de traduction en langue vernaculaire qui a été réalisé. Le présent dossier aborde un autre aspect majeur de ce missel : la tension entre rapport à la Tradition et ouverture à des innovations. En effet, si le Concile (SC 23) avait décidé que « soit maintenue la saine tradition », il avait aussi demandé que « soit ouverte la voie à un légitime progrès » dans la réalisation des livres liturgiques, demandant même que « les formes nouvelles se développent à partir de formes déjà existantes selon une croissance en quelque sorte organique » ! Ainsi, Vatican II posait d’emblée le rapport entre « tradition et
innovation » comme une tension légitime et profitable.

Le dossier de ce numéro aborde la question sous deux angles majeurs : qu’en est-il du rapport entre tradition et innovation dans le corps du Missel lui-même, en étudiant plus particulièrement le cas typique des prières eucharistiques ? Qu’en est il du rapport entre tradition et innovation en science liturgique, dont on sait qu’elle fut à la base même de la réforme accomplie par le Concile ?

Sommaire

Liturgie et science liturgique : « entre tradition et innovation »

Martin Klöckener

Si la liturgie est, d’une manière ou d’une autre, toujours liée à la Tradition, elle doit aussi toujours composer avec certaines innovations. L’auteur remarque que la tension entre tradition et innovation a presque toujours agité la réflexion de l’Eglise. Ainsi, deux conciles de la période moderne (Trente et Vatican II) l’ont abordé de manière très différente : le premier a cherché à imposer des livres liturgiques issus de la pratique au sein de la curie romaine, les innovations se cantonnant dans les autres aspects de la liturgie ; le second a voulu trouver un juste équilibre entre la saine tradition et un progrès légitime, favorisant une évolution par « un développement en quelque sorte organique » (SC 23). Cette question est toujours à travailler, d’un point de vue théologique, en y intégrant la science liturgique. L’auteur en montre les enjeux à partir de trois exemples concrets : l’ecclésiologie à l’œuvre dans la liturgie par la participation active des fidèles au nom de leur baptême, selon les modalités de mises en œuvre dans les diocèses (en particulier en Suisse alémanique) ; ce que devient le « génie du rite romain » lorsque la liturgie se décline dans des langues vernaculaires prenant en compte nécessairement une connexion particulière avec les différentes cultures ; le rapport nouveau à la Tradition qu’a introduit le motu proprio de Benoît XVI actant l’usage du rite romain dans deux formes différentes, ordinaires et extraordinaire.

La prière eucharistique dans la réforme de l’Ordo Missae. Du Canon romain aux prières eucharistiques

Patrick Prétot

Tandis que nous célébrons les cinquante ans du Missel de Paul VI, cet article considère l’une des innovations majeures de l’Ordo Missae de 1970 : l’introduction de nouvelles prières eucharistiques alors que la tradition latine était caractérisée par l’unicité du Canon romain. Ce changement remarquable de la lex orandi résulte du cheminement de la réforme liturgique en tant qu’elle a cherché à traduire dans le concret les altiora principia posés dans la Constitution sur la liturgie. Avec la concélébration, l’usage de la langue vernaculaire et la profération de la prière eucharistique à haute voix, cette option majeure à laquelle le Pape Paul VI a apporté des impulsions décisives a redonné à la prière eucharistique son statut de grande prière de l’Église.

Mais c’est la question de la participation des fidèles à la prière eucharistique qui doit aujourd’hui retenir l’attention. Ce trésor de l’euchologie demeure trop souvent encore une terre inconnue pour beaucoup de fidèles. Elle demeure dans l’inconscient collectif comme la prière réservée aux prêtres et non la prière de l’Église, qui par elle, fait mémoire de la Pâque. Or, comme le soulignait le Concile à la suite de Pie XII, c’est « non seulement par les mains du prêtre, mais aussi en union avec lui » que les fidèles offrent le sacrifice. Dès lors, la reconquête d’une intelligence de la prière eucharistique par un effort de mystagogie est un grand enjeu actuel de toute pastorale liturgique : car ceci est décisif pour une intelligence du sacerdoce baptismal et de la participation active des fidèles à l’Eucharistie telle que le souhaitait la Constitution conciliaire sur la liturgie.

Le rôle de Dom Cyprien Vagaggini dans la composition des prières eucharistiques du Missel de Paul VI

Enrico Mazza

En étudiant la documentation fournie du travail du Consilium – dont les archives de A. Franquesa (moine du Monastère de Monserrat) qui fut le secrétaire du Coetus X ayant en charge l’Ordo Missae de la réforme conciliaire –, l’auteur enquête sur la manière avec laquelle les quatre prières eucharistiques du Missel de Paul VI ont été élaborées progressivement, mettant en lumière les options prises, et la part majeure qui fut celle de Dom Cipriano Vagaggini. Par la même occasion, nous y percevons aussi le rôle des autres protagonistes avec lesquels il était en dialogue permanent. On voit comment le point de vue de C. Vagaggini a fini par s’imposer sur des questions épineuses, contre l’avis des autres membres parfois, et a permis de constituer le corpus des prières eucharistiques proposé par le Missel. Grâce à lui et au fait que ses options étaient en prise avec le cadre théologique de l’époque conciliaire, ces prières ont été bien reçues, même si pour les favoriser, il a fallu sacrifier d’autres choix dont on peut percevoir davantage aujourd’hui le manque, en particulier du côté de la participation des fidèles lors de la prière eucharistique elle-même.

La recherche en science liturgique. Entre tradition et innovation

Benedikt Kranemann

Dans cet article largement documenté en milieu germanophone, l’auteur s’interroge sur la relation entre tradition et innovation dans le domaine de la science liturgique. Montrant que cette relation est largement tributaire du contexte sociétal dans lequel se trouve l’Église, depuis les débuts de cette science jusqu’au temps présent, pluriel et mondialisé, il en conclut que la science liturgique, doit s’intéresser non seulement à l’histoire et à la théologie mais aussi à la pastorale, pour être en prise avec « la liturgie dans ses multiples dimensions qui vont de sa praxis inter-ecclésiale à la diaconie des rites dans la société ». Il montre que la science liturgique qui s’est développée au XIXe et surtout au XXe siècle, avec le Mouvement liturgique, avait déjà une vision assez large de la liturgie en la considérant comme « phénomène culturel dont l’intérêt n’était pas seulement ecclésial et pastoral », puis comme « source de la théologie ». La réforme liturgique du concile Vatican II s’est beaucoup appuyée sur la science liturgique, au risque parfois de cantonner cette dernière à une recherche exclusivement intra-ecclésiale. C’est pourquoi l’auteur plaide – exemples à l’appui – pour l’élargissement de la science liturgique par le dialogue avec d’autres disciplines, à des approches sociologiques, théologiques, historiques et pastorales prenant en compte la réalité contemporaine, et articulant alors de manière toujours nouvelle, tradition et innovation.

Un missel pastoral pour aujourd’hui (I)

Gilles Drouin

En comparant la liste des messes votives du Missel de 1962, et l’ensemble formé par les Messes rituelles, messes pour intentions et circonstances diverses et messes votives du Missel de 1969, l’auteur pointe la volonté conciliaire marquée d’une liturgie de l’Église « davantage solidaire du genre humain et de son histoire » (selon l’esprit de Lumen Gentium 1) comme l’avait formulé Claude Duchesneau dans La Maison-Dieu lors de la parution du nouveau Missel en français. Mais il remarque aussi combien ce dernier est loin des grandes questions contemporaines et peine à laisser paraître la préoccupation de l’Église dans sa prière publique pour des questions aussi cruciales que l’interculturalité ou la sauvegarde de l’environnement. Ce qui constitue pourtant un enjeu décisif pour situer la liturgie au cœur même de la vie de l’Église et de la vie spirituelle des chrétiens. L’auteur annonce une seconde partie à sa recherche qui sera publiée dans un autre article, vérifiant son hypothèse dans l’étude de l’euchologie comparée des deux missels.

Du signe de la manne à la sacramentalité de la Parole de Dieu : une lecture du chapitre 6 de Saint Jean

Nathalie Courtois

L’insistance de textes magistériels récents (Papes François, Benoît XVI) sur la sacramentalité de la parole de Dieu invite à étudier en profondeur le chapitre 6 de l’Évangile de Jean, souvent cité à ce propos. L’auteure montre, par une étude fine et poussée de ce chapitre, en particulier des catégories juives de « manne » et de « parole », que celui-ci parle avant tout de l’enseignement et de la personne de Jésus en tant que parole de Dieu, Logos venu dans la chair. D’autre part, l’orientation du texte est liturgique : il met en scène le peuple de Dieu assemblé autour de Jésus qui, interprétant les Écritures, donne à chacun le vrai pain du ciel, c’est-à-dire lui-même, parole de Dieu qui donnera sa vie pour le monde. Mal compris comme celui de la manne, le signe des pains – voire le sacrement eucharistique – est mis au second plan : l’interprétation eucharistique, qui s’est développée au cours des siècles, n’est pas inconvenante, mais elle est particulière et n’apparaît qu’en filigrane. Cet article annonce une suite dans la prochaine livraison de La Maison-Dieu pour développer, à partir des données textuelles analysées ici, l’éclairage mutuel entre Jean 6 et la sacramentalité de la parole/ parole de Dieu.

Protection, Délivrance, Guérison. Célébrations et prières

Bernard Maitte

En 2017, le Service national de pastorale liturgique et sacramentelle (SNPLS) de la Conférence des évêques de France a publié un recueil de prières et de célébrations intitulé Protection Délivrance Guérison. Célébrations et prières (Desclée-Mame, 2017).

Dans cet article, l’auteur en expose la structure fondamentale et présente les enjeux théologiques et pastoraux auxquels il a cherché à répondre. Il souligne en particulier, l’importance de ce ministère aujourd’hui, un ministère porté par la communauté chrétienne, un ministère de discernement, d’accompagnement et de soutien des personnes en détresse.

Approfondir votre lecture

  • Missel romain.

    Le Missel romain, un livre à explorer

    Par Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen. En explorant les différentes parties du Missel romain, nous découvrons le caractère organique de la messe et son déploiement liturgique. Sa structure montre son unité au service de l’action eucharistique ainsi que la diversité euchologique qui est proposée.

  • Découvrir la nouvelle traduction du Missel romain

    Un livret de l’AELF pour découvrir la nouvelle traduction du Missel romain

    Pour se préparer à l’entrée en vigueur de la nouvelle traduction du Missel romain, l’Association épiscopale liturgique pour les pays francophones (AELF) a publié un livret le 26 novembre 2019. Intitulé Découvrir la nouvelle traduction du Missel romain, il est destiné à tous ceux qui souhaitent profiter des prochains mois pour découvrir les changements de l’ordinaire de la messe et en profiter pour approfondir le sens de l’eucharistie.

  • La Maison-Dieu 297, éd. Cerf.

    La Maison-Dieu n°297 : Le travail de traduction du Missel de 1970

    A l’occasion du cinquantième anniversaire de la constitution apostolique Missale romanum, la revue d’études liturgiques et sacramentelles La Maison-Dieu consacre son 297e numéro au travail de traduction en français du Missel. Ce volume de la revue trimestrielle du SNPLS, est paru au mois de septembre 2019 aux éditions du Cerf.