Forme

En termes de théologie sacramentaire, la forme est l’un des deux éléments essentiels d’un sacrement : la formule qui donne au signe sensible une signification précise. Le baptême, par exemple, est ce « bain d’eau qu’une parole accompagne » (Ep 5, 26) : une immersion ou une aspersion peuvent avoir des sens multiples ; la formule baptismale enlève toute ambiguïté au rite, mais, isolée, elle n’est qu’une parole sans fondement.

Forme et matière sont donc nécessaires dans les sacrements, la formule et le rite se complétant l’un l’autre : dans l’Eucharistie, la forme est constituée par les paroles de la consécration, la matière par le pain et le vin ; dans le sacrement de l’ordre, la forme est la prière consécratoire, la matière l’imposition des mains ; et ainsi de suite pour les autres sacrements (voir Matière).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Le sacrement de pénitence et de réconciliation pour les néophytes et recommençants

    Cette démarche de conversion à laquelle nous sommes tous invités, les nouveaux baptisés et les recommençants la font avec une particulière intensité.

  • La Parole de Dieu dans la préparation des sacrements

    Pour préparer à un sacrement, les rituels offrent un appui certain ! Mais il peut arriver que nous ne voyions pas le lien entre le geste à faire et la parole de Dieu à proclamer. On choisit, privilégie l’un par rapport à l’autre. Que faire ?

  • Fleurir pour les premières communions

    Les premières communions des enfants catéchisés se font souvent au cours de la messe dominicale paroissiale, et parfois au cours d’une messe dite « des familles ». C’est un événement paroissial qui rassemble beaucoup de monde, y compris des personnes qui sont éloignées de l’église et d’une pratique liturgique. Le soin apporté à la beauté des lieux, et plus spécifiquement par les fleurs sera un gage d’accueil de ces personnes.

  • Face à la maladie, une rencontre avec le Christ

    Le sacrement des malades revisité : « Le spirituel en l’homme n’est pas déconnecté du corps. C’est dans le regard et le sourire de l’autre, dans une main tendue que se pressentent la joie de la personne, sa peine, son désespoir. La joie, la peine, la paix sont de l’ordre du spirituel. Il s’agit de tout ce qui est ouverture du corps, de l’être vers l’au-delà du corps.

  • Les « ministres ordonnés » : l’évêque, le prêtre et le diacre

    Du latin ordinatio : « action de mettre en ordre », « action d’orga­niser la distribution des charges », l’Ordination se déroule au cours d’une cérémonie solennelle qui confère le sacrement de l’ordre. L’acte essentiel de l’ordination épiscopale, presbytérale et diaconale est l’imposition des mains suivie de la prière consécratoire. Le caractère épiscopal est requis pour procéder validement à des ordinations.