Sacerdoce

Le mot latin sacerdotium : « condition de prêtre » vient de sacerdos : « prêtre ». Le prêtre* est celui qui est doté du sacré* (sacer « sacré » et dotare « doter ») et qui, en conséquence, peut donner le sacré (Sacerdos quasi sacrum dans : « Prêtre comme don­nant le sacré », dit saint Isidore de Séville en ses Etymologies). Comme le sacré est le caractère de tout ce qui touche à Dieu (voir Sacré), le sacerdoce implique une proximité du divin. Dans toutes les religions, le sacerdoce ou la fonction des prêtres consiste bien dans le redoutable devoir et privilège de l’accès au divin ; le prêtre est le préposé au sacré. Dans l’ancienne Alliance, les prêtres sont aussi ceux qui « s’approchent de Yahvé » (Ex 3, 5 ; Lv 9, 7 suiv. ; 21, 17.21 ; Ez 44, 15 ; etc.) pour recevoir sa Parole et la transmettre au Peuple, comme pour lui offrir les sacrifices d’Israël (Ml 2, 7 ; Ex 29, 24.26).

Cependant, dès l’Alliance du Sinaï, le dessein de Dieu est de faire de tout le Peuple « un royaume de prêtres » (Ex 19, 6 ; cf. 1 P 2, 9) ; en vertu de l’Alliance, en effet, c’est tout le Peuple-Épouse qui est uni à la vie de son Dieu et reçoit donc en dot le sacré. Toutefois, parce que le Peuple est pécheur, d’une part, et parce que, d’autre part, il a besoin de signes vivants de la présence agissante de son Dieu, les prêtres lui sont indispensables.

La communauté de vie entre Yahvé et Israël était symbolisée au Sinaï par l’aspersion de l’autel et du Peuple avec le même sang des animaux immolés (Ex 24, 5-8). La nouvelle Alliance est scellée dans le propre sang de Jésus, vrai Dieu et vrai homme ; elle nous assure donc une parfaite proximité du sacré, qui est la vie même de Dieu. Le sacerdoce de Jésus, grand prêtre selon l’ordre de Melchisédech, a sa source dans sa génération éternelle comme Fils dans le sein du Père, ainsi que l’enseigne l’épître aux Hébreux (6, 5-6), le seul texte du Nouveau Testament qui présente le Christ en tant que prêtre.

Grâce à lui, qui est la Parole même de Dieu (1,3) et qui, par son sacrifice, assure la perfection de la Rédemption (cf. 9, 12), les baptisés peuvent « s’avancer vers Dieu » (7, 25) et « avoir accès au sanctuaire » (10, 19) : le privilège des prêtres, qui est de s’approcher de Dieu, est donc devenu le leur (cf. 12, 22).

Le sacerdoce des fidèles est leur capacité d’approcher Dieu et d’entrer dans sa vie, grâce à leur union au Christ dont ils sont l’Épouse et le Corps. Configurés au Christ par les caractères de baptême et de confirmation, ils exercent, principalement dans la liturgie, la vie divine qui est en eux, dans l’attente de la consom­mation de l’Alliance en la Jérusalem céleste.

Pour qu’ici-bas l’Église ait l’assurance d’approcher Dieu et de s’unir à Jésus, le Christ lui a laissé des signes vivants de son amour actif. L’évêque — c’est à lui qu’était réservé dans les premiers siècles le titre de sacerdos — est dans son église la présence visible du Christ dont il reçoit les pouvoirs. Participant au sacerdoce de l’évêque, les prêtres peuvent aussi agir in persona Christi, « en la personne même du Christ », là où ils sont envoyés par l’évêque pour le remplacer. Face à l’assemblée, le prêtre est le Christ, surtout dans l’Eucharistie, acte central où il « fait le sacré » (voir Sacrifice).

On voit de la sorte comment le sacerdoce ministériel de l’évêque et de ses collaborateurs est au service du sacerdoce commun des fidèles : signes vivants de l’Époux, ils permettent à l’Épouse — qu’ils sont eux aussi sous un autre rapport — de s’unir au Christ et d’entrer ainsi dans la vie divine.

La liturgie, définie par le deuxième concile du Vatican comme « l’exercice de la fonction sacerdotale de Jésus-Christ », fonction à laquelle « il associe toujours l’Église, son Épouse bien-aimée » (Constitution sur la sainte Liturgie, n° 7), est l’acte source et sommet (cf. n° 10) de la vie de l’Église, d’où provient et où va tout son dynamisme de vie divine, dans le Christ et l’Esprit Saint à partir du Père et vers le Père.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Oranger du Mexique, chrysanthèmes blancs et lisianthus.

    Fleurir pour une ordination diaconale

    « Nos frères Jean-François et Jean-Luc vont être identifiés au Christ serviteur et devenir avec Lui sacrement de la présence de Dieu auprès des petits et des pauvres… Montrez-nous le chemin des plus pauvres. » C’est lors de la Journée mondiale des pauvres instituée par le pape François que Mgr Scherrer, évêque de Laval, a ordonné deux nouveaux diacres.

  • 10 octobre 2010: Imposition de l'évangéliaire lors de l'ordination épiscopale de Mgr Denis MOUTEL, Saint Brieuc (22), France.

October 10th, 2010: Ordination of Mgr Denis MOUTEL, Saint Brieuc (22), France.

    La prière de l’ordination épiscopale

    Les prières d’ordination (épiscopale, presbytérale ou diaconale) sont adressées à Dieu, le Père de Jésus-Christ. Leur introduction comporte toujours l’expression de sa louange, de manière comparable à celle que l’on trouve au début des prières eucharistiques. La prière d’ordination épiscopale met plus spécifiquement l’accent sur la paternité de Dieu qui s’exprime en termes de tendresse, de réconfort (2Co 1, 3), d’attention aux plus humbles (Ps 112, 6).

  • Saint Paul hors les Murs

    Saints Pierre et Paul, fêtés le 29 juin

    En fêtant depuis la seconde moitié du IV siècle les apôtres Pierre et Paul, l’Eglise nous invite à contempler la grâce qui les a animés. Chacun d’eux a vécu une expérience forte de rencontre avec le Christ qui a bouleversé leur vie. L’amour miséricordieux du Père a inondé et vivifié Pierre jusque dans sa faiblesse. Il deviendra le roc sur lequel reposera l’Eglise. Paul, sur le chemin de Damas a été converti et est source de l’universalité du christianisme.

  • Accueil du presbyterium, réception du nouvel évêque cathédrale Saint-Etienne, Meaux

    Les « ministres ordonnés » : l’évêque, le prêtre et le diacre

    Du latin ordinatio : « action de mettre en ordre », « action d’orga­niser la distribution des charges », l’Ordination se déroule au cours d’une cérémonie solennelle qui confère le sacrement de l’ordre. L’acte essentiel de l’ordination épiscopale, presbytérale et diaconale est l’imposition des mains suivie de la prière consécratoire. Le caractère épiscopal est requis pour procéder validement à des ordinations.

  • 8 octobre 2011 : Un diacre nouvellement ordonné donne la communion lors de sa messe d'Ordination, Cath. Notre Dame, Paris (75) France.


October 8th, 2011 : Ordination of permanent deacons, Notre Dame Cath. Paris (75) France.

    Les grands moments d’une ordination diaconale

    Voici les grands moments et rites qui ponctuent la célébration de l’ordination d’un diacre.