Station

Du latin statio : « fait de se tenir debout ou de s’arrêter ». A Rome, dès l’antiquité chrétienne, la « station » était l’église où l’évêque retrouvait son peuple pour tel ou tel jour liturgique plus solennel ; les sacramentaires romains indiquent la station prévue pour de nombreux dimanches et fêtes (pendant l’Avent et le Carême surtout).

Il arrivait aussi qu’on allât d’un lieu de rassemblement convenu à un autre, comme encore pour la procession des cierges du 2 février et pour la procession des Rameaux (voir Chandeleur). Certaines communautés religieuses, surtout monastiques, ont la coutume de faire « station » dans le cloître avant certains offices : les quelques minutes où les religieux se tiennent debout, chacun à sa place, avant l’entrée processionnelle au chœur, sont destinées à les préparer à la célébration qui va suivre.

Les « stations » du Chemin de croix sont les quatorze moments de la Passion du Christ, marqués par des croix et des évocations artistiques dans nos églises ; la liste traditionnelle de ces stations n’est pas la seule possible, et chacun peut aussi faire son Chemin de croix en suivant les « stations » qui, par exemple, commenceront à la Cène pour se terminer à la Résurrection. Le Chemin de croix n’est pas un acte liturgique, mais un « pieux exercice » (voir Paraliturgie).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Commander en ligne le Dictionnaire de Liturgie

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z