La Maison-Dieu n°300 : « 1945-2020 », relire quelques textes majeurs pour aujourd’hui

La Maison-Dieu 300, éd. Cerf.

La Maison-Dieu 300, éd. Cerf.

Pour son 75ème anniversaire, La Maison-Dieu (re)publie dans ce 300e volume de juin 2020 quelques-uns des grands textes parus dans la revue d’études liturgiques et sacramentelles depuis sa création en 1945.

« 1945-2020 » : 300 numéros de La Maison-Dieu

« Nous voulons mettre en pleine valeur la liturgie et ramener non pas seulement une élite, mais les fidèles, tous les fidèles, tout le peuple de Dieu, à cette source authentique de la vie chrétienne1. » Tels sont les premiers mots de Dom Lambert Beauduin qui ouvrent le premier numéro de La Maison-Dieu – Cahier de pastorale liturgique, en 1945, pour désigner le travail que s’assigne le Centre de Pastorale liturgique (CPL) né deux années plus tôt. Très vite, la publication, que les responsables de l’époque considéraient comme « l’organe du CPL2 », se fit ainsi « laboratoire d’idées neuves » et surtout « œuvre de formation » pour reprendre les catégories présentées3 par Patrick Prétot, alors directeur de notre revue, pour son 70e anniversaire en 2013. Depuis 75 ans, La Maison-Dieu n’a cessé de valoriser la liturgie de l’Église, par des articles scientifiques, des études théologiques, bibliques, historiques, anthropologiques, spirituelles et des analyses pastorales, afin que les fidèles puissent toujours davantage « y puiser un esprit vraiment chrétien » (SC 14). Ce travail de formation et de recherche, a toujours eu cette visée pastorale fondamentale, tout en tenant compte des exigences scientifiques sans lesquelles il n’y a pas de véritable formation.

En 1984, soit après 40 ans d’existence, Mgr Martimort indiquait des « chemins d’avenir » pour La Maison-Dieu : « approfondir, surtout doctrinalement et spirituellement, quelques aspects que l’on croyait évidents et, qu’à cause de cela on a laissés un peu dans l’ombre, ce qui a des conséquences sur la pratique pastorale4. » Il pointait, pour cela, la nécessité de travailler à l’enjeu de la mémorisation des paroles liturgiques, au déploiement et au sens des signes, et surtout à l’approfondissement de la notion de mémorial et à l’application de Sacrosanctum concilium avec les adaptations5 possibles, conformes aux règles.

Il nous semble que ces chemins d’avenir restent encore les nôtres. Peut-être faut-il simplement ajouter que, les temps que nous vivons depuis lors, nous conduisent à la nécessité, non seulement d’approfondir doctrinalement et spirituellement, mais aussi d’apprendre à discerner et de chercher à explorer des approches théologiques renouvelées, davantage en prises avec les mentalités contemporaines.

En 1995, pour les 50 ans de la revue avec la parution du n° 200, le pape Jean-Paul II avait adressé un message6 à Mgr Michel Moutel (président de la Commission épiscopale de pastorale liturgique et sacramentelle), soulignant le rôle de La Maison-Dieu au sein du Mouvement liturgique et dans la mise en œuvre de la réforme. Il marquait son souhait de voir la revue continuer cette œuvre pour que « les fidèles sachent toujours mieux accueillir les dons admirables que le Seigneur fait à son Église dans la liturgie ». Mgr Dominique Lebrun, directeur de la rédaction de La Maison-Dieu à cette époque, souligne encore – 25 ans après – la même nécessité pastorale dans la préface de cette livraison.

Le n°300 de notre revue nous offre l’occasion de rendre grâce pour le travail effectué jusqu’à maintenant par nos prédécesseurs pour mieux envisager les temps à venir. Nous sommes heureux d’évoquer quelques noms qui ont – ô combien – marqués La Maison-Dieu : les précurseurs dominicains Pie Duployé et Aimon-Marie Roguet, puis le chanoine Aimé-Georges Martimort qui dirigea la publication de nombreuses années avec le P. Roguet ; les directeurs successifs de la publication qui marquèrent la revue, chacun à sa manière : les pères Dominique Dye, op, Jean Evenou, Bernard Marliengeas, op, Pierre-Marie Gy, op, Dominique Lebrun, Paul De Clerck, Jean-Claude Crivelli, cr, et le frère Patrick Prétot, osb.

Il faudrait aussi ajouter les collaborateurs immédiats qui ont participé activement aux comités de rédaction, et la liste pourrait être très longue de Lambert Beauduin à Hélène Bricout, en passant par Louis Bouyer, Dom Bernard Botte et Dom Capelle, Antoine Chavasse et Joseph Lécuyer, Yves-Marie Congar, le Père Doncoeur et le Père Morin, Jean-Marie Hum, Dom Rousseau et Dom Leclercq, Jean Danielou et Joseph Gelineau, Pierre Jounel et Jean-Yves Hameline, Monique Brulin et Pierre Faure, etc. Il est évidemment impossible de citer ici tous les noms de ceux auxquels nous voudrions rendre hommage.

En 300 numéros, il y eut sans doute environ plus de 2000 articles7 ! Tous ne furent bien sûr pas des chefs-d’œuvre, mais il y eut quand même beaucoup de textes remarquables, et il est bien difficile de rendre compte d’une telle richesse. Le comité de rédaction a voulu marquer ce 300e volume en (re)publiant quelques-uns de ses grands textes. Le choix fut bien difficile car, ils sont nombreux ! Et, nous aurions voulu rendre hommage à toutes les grandes figures, mais ce n’était pas possible ! Nous avons retenu finalement onze auteurs à partir de quatre critères : 1) balayer les 75 années de publication ; 2) nous limiter aux auteurs aujourd’hui décédés ; 3) appréhender la diversité des thématiques qui ont marqué la revue ; et 4) retenir des articles ayant une pertinence pour aujourd’hui. Chacun des articles retenus est présenté, dans cette livraison, par un théologien contemporain parmi les auteurs actuels de La Maison-Dieu, membres ou proches du comité de rédaction.

Bien sûr, il manque quelques auteurs majeurs8 dont les articles ont fait date : Pie Duployé, Aime-Georges Martimort, Lambert Beauduin, Louis Bouyer, Bernard Botte, Odon Casel, Pierre Jounel (qui a écrit75 articles dans notre revue !), Balthasar Fisher, Willy Rordorf, Antoine Vergote, Xavier Thevenot, Joseph Caillot… Nous ne les oublions pas. Les critères choisis ne nous ont pas permis de donner place non plus à Louis-Marie Chauvet, Paul De Clerck, Jean-Louis Souletie, Joris Geldhof, Andrea Grillo, Martin Klöckener, Patrick Prétot, Hélène Bricout, etc. : ils sont les témoins vivants du dynamisme de notre revue.

La collection des 300 numéros demeure d’une richesse remarquable. Quant aux volumes à venir, puissent-ils – si ce n’est arriver à la hauteur de leurs devanciers – au moins poursuivre l’effort pour que la parole initiale de Dom Lambert Beauduin, reprise à sa manière par saint Jean-Paul II en 1995, demeure la charte et l’ambition de La Maison-Dieu. Nous accueillons avec gratitude les paroles de Mgr Dominique Lebrun dans la préface à cette livraison pour que La Maison-Dieu demeure une revue scientifique au service de la pastorale.

Sommaire

Préface de Mgr Dominique Lebrun, archevêque de Rouen

Aimon-Marie Roguet

Qu’est-ce que le Mystère pascal ? (Présentation d’Isaïa Gazzola)

Irénée-Henri Dalmais

La liturgie comme lieu théologique (Présentation de Bénédicte-Marie de la Croix Mariolle)

Pierre-Marie Gy

Tradition vivante, réforme liturgique et identité ecclésiale (Présentation de Gilles Drouin)

Yves Congar

Réflexions et recherches actuelles sur l’assemblée liturgique (Présentation de Bernadette Mélois)

Joseph A. Jungmann

La pastorale, clé de l’histoire liturgique (Présentation de Philippe Barras)

Romano Guardini

La prédication mystagogique (Présentation d’Isaïa Gazzola)

Jean Daniélou

Le ministère des femmes dans l’Église ancienne (Présentation d’Hélène Bricout)

Robert Coffy

La célébration comme source de l’expérience spirituelle et de la mission (Présentation de Patrick Prétot)

Marie-Dominique Chenu

Pour une anthropologie sacramentelle (Présentation de Monique Brulin)

Frédéric Debuyst

L’Église : un lieu que la foi vient habiter (Présentation d’André Haquin)

Jean-Yves Hameline

L’invention de la musique sacrée (Présentation d’Olivier Praud)

 

1. Dom Lambert Beauduin, « Normes pratiques pour les réformes liturgiques », LMD 1, 9-22.

2. Selon les mots de la rédaction, LMD 1, p. 171.

3. P. Prétot, « Un anniversaire pour un avenir : La Maison-Dieu et la collection Lex Orandi », LMD 275, 2013/3, p. 37 et 42. Voir aussi dans ce même numéro anniversaire pour les 70 ans de la fondation du CPL et les 50 ans de Sacrosacntum concilium, Mgr Pierre Raffin « Autour de quelques dates significatives », 17-32.

4. A.-G. Martimort, « Chemins d’avenir », LMD 160, 1984, 5-8.

5. Ibid., p. 7. Pour travailler ce dernier point, l’auteur précise les questions qu’il faudrait se poser : « Quels sont les faits fondateurs de l’ordre sacramentel et de la liturgie, ce qui ne peut par conséquent pas changer, malgré le caractère historique, donc contingent, de ces faits ? En prolongement de cette première question, quels sont les gestes, attitudes et signes même non liés aux faits fondateurs, qui s’imposent à la liturgie par leur appartenance à 1’imaginaire biblique ? Comment assurer l’équilibre entre unité et diversité, prière de l’Église locale et prière de l’Église universelle ? Qu’est-ce que le christianisme peut adopter dans sa liturgie, des coutumes civiles ou religieuses (païennes) des peuples que l’Église évangélise ? Qu’est-ce que l’Église peut célébrer dans sa liturgie ? Le travail ? La patrie ? Dom Casel répondrait justement : le mystère pascal tout court (schlechthin) ! »

6. Pape Jean-Paul II, « Message à l’occasion des 50 ans de La Maison-Dieu », LMD 201, 1995, 3-5.

7. Outre les tables régulières par années, on trouve trois dossiers comportant l’ensemble des tables : LMD 200 avec les « Tables générales de 1945 à 1994 » ; LMD 240 avec les « Tables décennales de 1995 à 2004 » ; LMD 280 avec les « Tables 2005-2014 ».

8. Dans LMD 200, en 1994, le Père Pierre-Marie Gy pointait les articles des 199 premiers numéros qui lui semblaient décisifs : Dom Bernard Botte, « L’onction des malades », LMD 15, 1948, 91-107 ; Balthasar Fischer, « Le Christ dans les psaumes », LMD 27, 1951, 86-113 ; Henri Cazelles, « Eucharistie, bénédiction et sacrifice dans l’Ancien Testament », LMD 123, 1975, 7-28 ; Thomas J. Talley, « De la berakah à l’eucharistie : une question à réexaminer », LMD 125, 1976, 11-39 ; Georg Kretschmar, « Nouvelles recherches sur l’initiation chrétienne », LMD 132, 1977, 7-32 ; Marie-Dominique Chenu, « Pour une anthropologie sacramentelle », LMD 119, 1974, 85-100. Nous aurions pu tous les ajouter !

9. On relira avec plaisir les hommages rendus aux Pères Dalmais et Jounel, dans LMD 158, à l’issue de leur service. On y trouvera en particulier les bibliographies détaillées de chacun d’eux.

Approfondir votre lecture

  • La Maison-Dieu n°301, éd. Cerf.

    La Maison-Dieu n°301 : Chemins de réconciliation et de guérison

    La Maison-Dieu n°301, éd. Cerf. Fidèle à sa tradition, La Maison-Dieu propose dans ce dossier, d’aborder cette grande question de la réconciliation et de la guérison intérieure sous plusieurs angles, associant expériences pastorales et réflexions théologiques fondamentales, constats et analyses. Quelles sont les situations envisagées où s’expriment ce besoin de réconciliation et de guérison ? Ce […]

  • La Maison-Dieu 299, éd. Cerf.

    La Maison-Dieu n°299 : L’acte de mémoire

    Dans cet ouvrage, La Maison-Dieu propose un recueil de conférences du congrès Societas liturgica qui avait pour thème « Anamnèsis : Faire mémoire en action, dans l’espace et le temps » en août 2019.

  • La Maison-Dieu 298, éd. Cerf.

    La Maison-Dieu n°298 : Tradition et innovation

    En cette fin d’année 2019, la revue trimestrielle d’études liturgiques et sacramentelles La Maison-Dieu consacre un nouveau numéro au cinquantième anniversaire de Missale romanum. Après un volume intitulé « Le travail de traduction du Missel de 1970 », La Maison-Dieu n°298 s’intéresse au rapport entre « tradition et innovation » dans le corpus du Missel romain et dans la constitution apostolique.