Célébration

Action de célébrer. Célébrer une cérémonie, une fête ou un anniversaire, c’est vivre avec plénitude un événement, lui donner tout son relief, l’accomplir solennellement. Une célébration implique en effet une certaine totalité : elle revêt un caractère public, festif, visible et même rituel, qu’il s’agisse d’un anniversaire familial, d’une commémoration nationale ou d’un office religieux.

La note de totalité ou d’intégralité fait partie de la liturgie et du sacré qu’elle exerce : célébrer, c’est tout mettre en œuvre, en vue de donner à un acte solennel toute sa dimension. Il vaut la peine de regarder d’un peu près l’étymologie d’une notion aussi centrale, que l’usage finit par rendre assez terne. Celeber, en latin, signifie « nombreux », « en grand nombre » : un lieu célèbre désigne un endroit très fréquenté ; une fête célèbre le sera parce que des foules s’y rendent ; des personnes ou des faits peuvent être dits « célèbres » parce que connus par le grand nombre.

En conséquence, celebrare ou « célébrer » voudra dire d’abord : « fréquenter en grand nombre un lieu », ou « entourer une personne » ; puis : « assister en foule à une fête », « fêter en grand nombre, solennellement » ; et encore : « répandre parmi un grand nombre de personnes », « publier », « faire connaître » ; enfin : « employer souvent », « pratiquer ». Dans la même ligne, celebratio ou « célébration » signifiera « affluence », « réunion nombreuse », « rassemblement », « assemblée » ; puis, par dérivation : « solennité », « fête ».

Ces constatations étymologiques ont l’intérêt de ramener à la réalité biblique fondamentale du Peuple de Dieu, rassemblé par Dieu, en vue d’exercer avec plénitude la vie de l’Alliance. Une « célébration » est un acte total qui unit le Peuple de l’Alliance à son Dieu et le fait entrer dans sa vie. Quel que soit le nombre des participants, une célébration engage toute l’Église, cette « multi- tude de frères » (Rm 8, 29) pour qui le Christ a versé son sang (Mt 26, 28) et qu’il ramène à l’unité de la Trinité.

Quand le prêtre « célèbre », il exerce toujours, comme le Christ et en lui, une fonction de rassembleur « dans l’unité du Saint-Esprit » (voir Célébrant) ; avec lui et face à lui, l’assemblée devient de plus en plus ce qu’elle est : le Peuple de Dieu, le Corps du Christ, le Temple de l’Esprit (cf. la huitième Préface des dimanches ordinaires).

Les degrés des célébrations liturgiques sont les suivants : Solennité, Fête, Mémoire (obligatoire ou facultative).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Commander en ligne le Dictionnaire de Liturgie

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • 15 Septembre 2011 : P. Frédéric MOUNIER, et P. Gustave LUSASI TAMPIKU lors de la Messe du jeudi matin célébrée par les trois prêtres membres de la Fraternité Missionnaire des Prêtres pour la Ville (FMPV) d'Aubervilliers. Egl. Notre Dame des Vertus, Aubervilliers (93), France.   
September 15th, 2011 : A Missionary Brotherhood of Priests for the City. Aubervilliers (93) France.

    Les bénédictions au cours d’une célébration

    Pendant une célébration chrétienne qui est dans le Christ, structurée par un échange de bénédictions entre Dieu et les hommes, l’Eglise est appelée à recevoir ou à prononcer diverses bénédictions. Mais qu’est-ce que cela produit en elle ?

  • Baptistère de l'église Notre-Dame des Anges à Bordeaux (33)

    De l’usage du baptistère en dehors du baptême

    Depuis quelques années, les communautés chrétiennes ont pris conscience de l’importance du lieu du baptême. Et même si certains baptistères sont encore délaissés ou encombrés d’objets de toutes sortes, les curés et leurs équipes pastorales ont cherché et cherchent à redonner au baptistère toute sa place dans l’espace liturgique.

  • Accueil du presbyterium, réception du nouvel évêque cathédrale Saint-Etienne, Meaux

    Les « ministres ordonnés » : l’évêque, le prêtre et le diacre

    Du latin ordinatio : « action de mettre en ordre », « action d’orga­niser la distribution des charges », l’Ordination se déroule au cours d’une cérémonie solennelle qui confère le sacrement de l’ordre. L’acte essentiel de l’ordination épiscopale, presbytérale et diaconale est l’imposition des mains suivie de la prière consécratoire. Le caractère épiscopal est requis pour procéder validement à des ordinations.

  • 6 Octobre 2015 : Messe de funérailles célébrée par P. Thomas de BOISGELIN. Egl. Notre-Dame des Vertus. Aubervilliers (93), France.

October 6th, 2015: Funeral mass. Notre-Dame des Vertus ch. Aubervilliers, France.

    La rencontre entre ceux qui préparent une célébration pour des funérailles et les familles concernées

    6 Octobre 2015 : Messe de funérailles célébrée par P. Thomas de BOISGELIN. Egl. Notre-Dame des Vertus. Aubervilliers (93), France. Par Béatrice Brie, Laïque en mission ecclésiale, membre de l’équipe PLS, déléguée pour la pastorale des funérailles pour le diocèse de Créteil   Nous le voyons bien, à la lumière des tragédies de notre temps, le […]

  • Une aumonière, dirige la cérémonie des obsèques au crématorium

    La communauté catholique et le ministre ordonné dans la célébration des funérailles

    Dans les diocèses, la pastorale des funérailles s’est développée. Cette pastorale a généré de nombreuses études et documents que nous pouvons rappeler :