Prose

Du mot latin prorsus ou prosus : « tournée en avant (pro « en avant » et vorsus : « tourné ») ». La prosa oratio est le discours qui va en droite ligne, un alignement de mots simplement agencés. Parmi les textes liturgiques, la prose ou séquence est la composi­tion, paradoxalement poétique, destinée à soutenir et à prolonger les neumes de l’Alleluia.

Le chant de la dernière syllabe de l’Alle­luia s’est développé pour permettre au diacre d’avoir le temps de gravir les degrés de l’ambon ; comme cette mélodie ample — le jubilus — déroutait les moines français, ils imaginèrent de glisser des paroles sous les notes : ce fut l’origine de cet alignement de mot (« prose ») qui suit (« séquence ») l’Alleluia.

C’est pourquoi on ne peut chanter l’une des quatre séquences du Missel romain — celles de la semaine de Pâques, du jour de la Pentecôte, de la Fête-Dieu et de la fête de Notre-Dame des Douleurs — que si l’on a d’abord chanté l’Alleluia.

D’autres proses ou séquences sont parfois chantées lors du salut du Saint-Sacrement ou d’autres célébrations para-liturgiques comme le mois de Marie (voir Paraliturgie) : le réper­toire latin — sinon grégorien — conserve surtout les compositions de Notker, moine de Saint-Gall (IXe-Xe s.), et celles d’Adam de Saint-Victor (XIIe s.).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • 7 Juin 2014 : Lecture de l'Evangile lors de la Vigile de Pentecôte présidée par Mgr Michel AUPETIT, év. de Nanterre. Egl. Saint Pierre Saint Paul. Colombes (92) France.

    Célébrer la Pentecôte

    La réforme liturgique du concile Vatican II a modifié bien des choses et, entre autres, la façon de célébrer la Pentecôte. On a voulu d’abord insister sur l’unité du temps pascal. Nous redécouvrions cette unique fête de cinquante jours, avec deux sommets, Pâques et la Pentecôte.

  • Évangéliaire ouvert un Dimanche de Pâques.

    Naître aujourd’hui à la vie de Dieu : le mystère pascal

    À la fin de l’été 1993, je travaillais avec un groupe d’étudiantes et d’étudiants de l’Institut de pastorale de Montréal sur les rapports entre liturgie et justice sociale. Alors que je tentais de leur expliquer ma compréhension de leur articulation dans leur commun enracinement dans le mystère pascal, je fus interrompue par un participant – un animateur de pastorale très engagé – qui me lança :

  • 23 mai 2010 : Seaux à eau bénite et buis pour l'aspersion lors de la messe de Pentecôte, Beauvais (60), France.

    Le rite pénitentiel et l’aspersion durant le Temps pascal

    On a tous vu, une fois ou l’autre, au début d’une célébration eucharistique solennelle ou télévisée, le président asperger généreusement l’assemblée d’eau bénite. Utilisant souvent un bouquet de branches de cèdre ou d’olivier, il s’exécute en traversant la foule tandis qu’un chant festif souligne le caractère baptismal de l’action posée.

  • L’Exultet, chanter l’événement pascal

    Proclamé auprès du cierge pascal après la procession des lumières, l’Exultet débute par « Exultez de joie multitude des anges » (forme longue) et « Qu’éclate dans le ciel la joie des anges » (forme courte).

  • composition-florale-cierge

    Fleurir le cierge pascal

    Après le long temps de Carême, au terme de la semaine sainte, voici Pâques. Lors de veillée pascale et de la messe du jour de Pâques, l’assemblée est invitée à une participation active et joyeuse. Le chant de l’Exultet ouvre un accès au cœur de l’année liturgique, il proclame la victoire de la lumière sur les ténèbres, de la vie sur la mort.