Trait

Du latin tractus ou, plus exactement, Psalmus tractus : « Psaume chanté d’un trait (uno tractu) ». Aux origines de la liturgie chré­tienne, le Trait se différenciait du Graduel en cela qu’un soliste l’exécutait en entier sans que l’assemblée intervienne. Actuellement, le Trait est chanté, en Carême, entre la deuxième lecture et l’évan­gile, le dimanche et les jours de Solennités : il remplace donc l’Alleluia. Le texte du Trait est presque toujours un extrait de Psaume, ou même un Psaume tout entier, comme au premier dimanche de Carême et au dimanche de la Passion.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Aide-mémoire pour célébrer la messe à partir de la PGMR

    L’art de célébrer, tome 2, Aide‑mémoire des animateurs (Cerf, collection « Guides Célébrer » 10) fournit toujours des repères précieux pour la préparation ou la réalisation de la célébration, en prenant appui sur la Présentation générale du missel romain (PGMR) et sur l’expérience dans la recherche d’un art de célébrer la liturgie.

  • Mettre en valeur la Parole de Dieu : note de la Congrégation pour le Culte divin

    Dans une note parue samedi 19 décembre 2020, la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements développe dix points pour mieux mettre en valeur la Parole de Dieu lors des célébrations, explorant sa relation avec la liturgie.

  • Chemin de croix, de l’évangile aux psaumes

    Cet article intervient en supplément du numéro 389 de la revue Célébrer, paru en janvier-février 2012 – La rubrique Chrétiens en prière (Célébrer, p. 42-43) vous a présenté un chemin de croix composé d’extraits de psaumes. Le voici en intégralité. C’est une évocation de tous ceux qui souffrent aujourd’hui.

  • Alléluia, aspersion d’eau, cierge pascal : les signes du Temps pascal

    Le mystère pascal est célébré chaque dimanche, et les signes de Pâques sont mis en œuvre (le 1er jour de la semaine, l’assemblée, l’eau du bénitier, les luminaires près de l’autel …). Mais pendant les sept semaines du Temps pascal, ces mêmes signes sont valorisés et d’autres s’y ajoutent. Comment parlent-ils du Christ ressuscité, lui qu’on ne peut pas voir mais qui a promis d’être avec ses disciples jusqu’à la fin du monde (cf. Mt 28, 20b) ?

  • Le psaume invitatoire, psaume de la première Heure

    Faut-il vraiment un psaume invitatoire ? Un psaume en plus, vous n’y pensez pas ! Penser ainsi obligation et quantité démolit la liturgie, en fait un devoir pesant. Alors que la liturgie des heures nous est offerte comme nourriture quotidienne pour notre vie spirituelle.