Vendredi saint

Jour solennel où l’Église célèbre le chef-d’œuvre de l’Amour du Christ pour son Père et pour nous (cf. Jn 13, 1 ; 14, 31); jour de la Passion et de la Mort de Jésus où, remettant au Père son esprit (Jn 19, 30), il donne à l’Église l’Esprit Saint. Jour de pénitence et de deuil, le Vendredi saint doit être aussi, pour être vraiment chrétien, l’Heure où l’Église contemple la Gloire du Fils de l’homme, exalté en son sacrifice même (cf. Jn 12, 23.28. 32 ; 17, 1).

Tandis que la liturgie des Heures prend un caractère dépouillé, la célébration solennelle de l’après-midi a la structure d’une messe : trois lectures dont la dernière est la Passion selon saint Jean ; une Prière universelle développée ; en lieu et place du sacrifice eucha­ristique, l’adoration ou vénération de la Croix ; enfin la commu­nion.

Pour donner plus de relief au sacrifice du Calvaire, offert par le Christ « une fois pour toutes » (He 7, 27), l’Église ne le renouvelle pas sacramentellement le Vendredi saint ; pour la commu­nion, on utilise les hosties consacrées la veille à la messe du soir ; c’est pourquoi on appelle traditionnellement l’office solennel du Vendredi saint « la messe des Présanctifiés » (voir Présanctifiés).

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Célébration de première eucharistie.

    Quand et comment célébrer la première communion des adultes ?

    De plus en plus d’adultes, baptisés dans leur enfance, se rapprochent de l’Église et demandent à recevoir l’eucharistie. Appelés souvent « recommençants », si l’Église les considère non plus comme des catéchumènes puisqu’ils ont été baptisés, leur préparation relève avant tout d’une démarche catéchuménale : un temps prolongé qui permet la croissance de leur foi et son intelligibilité par des catéchèses, des relations réelles avec d’autres chrétiens, leur participation à des rites liturgiques, en particulier des célébrations de la Parole.

  • 9 mai 2018 : Illustration de la Semaine sainte, de la fêtes des Rameaux aux baptêmes lors de la Vigile pascale. France.

    La réforme liturgique de la Vigile pascale et de la Semaine sainte sous Pie XII

    Un des fruits de la réforme liturgique entreprise par le pape Pie XII sera de célébrer avec plus de vérité le mystère du Salut du Christ grâce à la restauration de la Vigile pascale en 1951 puis de la totalité de la Semaine sainte en 1955.

  • XXVIIème festival de musique sacrée de Sylvanès

    Musique liturgique : l’emploi du répertoire historique pour les Rameaux et la Semaine sainte

    Peut-on utiliser le « trésor » musical de l’Eglise dans nos liturgies ? Comment ? A quelles conditions ? Que faire des motets, hymnes, psaumes hérités de plusieurs siècles par des compositeurs de grand talent, parfois au rang de chef d’œuvre ? Voici une proposition de répertoire historique pour le temps de la Passion : le Dimanche des Rameaux et la Semaine sainte.

  • 24 Novembre 2013: Célébration de la Parole présidée par P. Arnaud ALLIBERT, et animée par Laurent GRZYBOWSKI, lors de la Journée mondiale de prière et d'action pour les enfants organisée, à Paris, par le Bureau International Catholique de l'Enfance (BICE). Egl. Saint Ignace. Paris (75) France.

    Les différentes formes de célébrations de la Parole

    Quelles sont les sources des célébrations de la Parole ? La forme la plus connue est celle de la liturgie de la Parole lors de la célébration de la messe : La partie principale de la liturgie de la Parole est constituée par les lectures tirées de la sainte Écriture, avec les chants qui s´y intercalent. En outre, l’homélie, la profession de foi et la prière universelle la développent et la concluent.

  • 25 mars 2016 : Chemin de croix du vendredi Saint en l'église Notre Dame du Rosaire. Les Lilas (93), France.

    Chemin de croix, méditation active de la Passion

    Pour comprendre ce qu’est un chemin de croix, il faut se reporter à Jérusalem au IVe siècle. Égérie, la pèlerine, raconte comment se célébrait la Passion du Seigneur qui commençait dans la nuit du jeudi saint et se poursuivait dans la journée du Vendredi au cours d’une lente pérégrination qui menait les fidèles de l’église de Gethsémani jusqu’au Saint-Sépulcre à travers toute la ville.