Alleluia

Acclamation hébraïque qui joint à l’impératif de la deuxième personne du pluriel du verbe hâlal (« louer ») le diminutif de Yahvé : hallelou-Yah ; elle signifie donc littéralement : « louez Yah » « louez Yahvé ». On la trouve vingt-trois fois dans les Psaumes, et uniquement en eux, dans la Bible hébraïque ; elle encadre les Psaumes 105, 112, 134, 145-150, auxquels elle sert d’inclusion. Noter qu’elle semble se multiplier, à mesure que l’on arrive à la fin du Psautier, au moment où la prière inspirée d’Israël se résout progressivement dans la jubilation pure.

La liturgie juive, comme la liturgie chrétienne, qui utilisent largement, l’une comme l’autre, le livre des Psaumes, ne pouvaient manquer d’adopter l’Alleluia pour en faire un des refrains les plus simples, soit au début et à la fin des Psaumes, soit comme refrain au cœur de la psalmodie (voir Antienne). L’Église latine en a fait le refrain très orné du Psaume que l’on chante avant l’évangile : dans le Chant grégorien, la mélodie développe longuement la dernière syllabe qui est, comme il vient d’être dit, le diminutif du Nom même de Yahvé ; cette complaisance musicale, sorte de plus-être dans l’ordre de l’expression, porte le nom de jubilus (voir une raison pratique au mot Prose).

Cri de jubilation de l’Église, l’Alléluia donne le ton de toute la liturgie ; dans le temps pascal surtout, il revient constamment ; en signe de pénitence, on l’omet durant le Carême.

Dom Robert Le Gall – Dictionnaire de Liturgie © Editions CLD, tous droits réservés

Tout le lexique :
  1. a
  2. b
  3. c
  4. d
  5. e
  6. f
  7. g
  8. h
  9. i
  10. j
  11. k
  12. l
  13. m
  14. n
  15. o
  16. p
  17. q
  18. r
  19. s
  20. t
  21. u
  22. v
  23. w
  24. x
  25. y
  26. z
  • Aide-mémoire pour célébrer la messe à partir de la PGMR

    L’art de célébrer, tome 2, Aide‑mémoire des animateurs (Cerf, collection « Guides Célébrer » 10) fournit toujours des repères précieux pour la préparation ou la réalisation de la célébration, en prenant appui sur la Présentation générale du missel romain (PGMR) et sur l’expérience dans la recherche d’un art de célébrer la liturgie.

  • Mettre en valeur la Parole de Dieu : note de la Congrégation pour le Culte divin

    Dans une note parue samedi 19 décembre 2020, la Congrégation pour le Culte divin et la discipline des Sacrements développe dix points pour mieux mettre en valeur la Parole de Dieu lors des célébrations, explorant sa relation avec la liturgie.

  • Dimanches de Carême : les trois évangiles des scrutins

    Pour accompagner l’ultime préparation des catéchumènes à leur baptême, et le cheminement des fidèles vers les célébrations pascales, la liturgie dominicale offre un parcours jalonné de trois grands récits empruntés à l’évangile selon saint Jean. S’ils ne forment pas à proprement parler, dans le 4ème Évangile, une séquence, la tradition chrétienne n’a cependant pas trahi l’intention de l’évangéliste en les rapprochant. Dans sa présentation du ministère de Jésus, saint Jean a en effet traité ces trois rencontres avec un soin et un déploiement sans équivalents.

  • Vivre la conversion à la lumière d’Evangelii Gaudium

    N’y a-t-il pas plus parfaite expression de la nouveauté qu’une naissance ? L’avènement d’un enfant, d’un fils ou d’une fille est bien l’avènement du nouveau par excellence ! Cet adjectif « nouveau » présent dans les écrits prophétiques, apocalyptiques de la Bible, signifie : ce que Dieu seul peut donner.

  • La liturgie, lieu privilégié de la parole de Dieu

    Concernant l’importance de la sainte Écriture pour la liturgie depuis la réforme du Concile Vatican II, on peut retenir trois orientations déterminantes : la lecture plus abondante de l’Écriture, la dimension dialogale et le lien entre Parole et Sacrement.